La­ville­nie en bonne com­pa­gnie

■ Fi­nale de la Dia­mond League, à Bruxelles, ce soir

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Sports Auvergne - Jean-Phi­lippe Béal

Toute la crème de la perche mon­diale s’ali­gne­ra, ce soir (19 h 30), à Bruxelles, au cô­té de Re­naud La­ville­nie, en vue de rem­por­ter la fi­nale de la Dia­mond League.

La nou­velle for­mule de la Dia­mond League, mise en place pour la 2e sai­son, et qui re­met tous les comp­teurs à zé­ro pour sa fi­nale, n’est pas pour plaire à Re­naud La­ville­nie, vain­queur des 7 pre­mières édi­tions, entre 2010 et 2016 : « Dans l’ab­so­lu, il est évident que ça reste une grosse com­pé­ti­tion. Après, se dire que ce­lui qui va ga­gner de­main (ce soir, NDLR )va rem­por­ter la Dia­mond League, pour moi, c’est énor­mé­ment frus­trant. »

Et d’en dé­tailler les rai­sons à la veille du ren­dez­vous fi­nal, jus­te­ment, à Bruxelles : « Parce qu’à au­cun mo­ment, ce n’est vrai­ment ré­vé­la­teur de l’en­semble du cir­cuit… Pour moi, le nou­veau tro­phée n’a pas du tout la même va­leur par rap­port à ceux que j’ai à la mai­son, parce que ceux­là, je ne suis pas al­lé les cher­cher en une fois, j’ai dû me battre sur plu­sieurs mee­tings… »

Reste que le spec­tacle semble as­su­ré sur le sau­toir, ce soir, à par­tir de 19 h 30 : « A Zü­rich, mer­cre­di, on était 6 à pas­ser 5,80 m ; si on ra­joute Ken­ dricks et Du­plan­tis, on est 8 à pou­voir faire po­ten­tiel­le­ment 5,80 m et même 5,90 m, ce qui est né­ces­saire en ce mo­ment pour ga­gner des mee­tings ! »

Le concer­nant, le per­chiste cler­mon­tois reste sur un concours suisse où, 5e avec une barre à 5,81 m tout de même, il n’a pas eu de bonnes jambes, alors que la dou­leur à son ge­nou gauche s’était éga­le­ment ré­veillée : « Dans l’en­semble, je suis quand même as­sez content d’avoir fran­chi 5,81 m, d’au­tant plus que si j’ai réa­li­sé un bon dé­but d’échauf­fe­ment, après, je n’ai pas réus­si à pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure. Et sur la com­pète, je suis res­té un peu dans les mêmes dis­po­si­tions… »

À ce­la, La­ville­nie trouve une rai­son : « Je manque de pré­pa­ra­tion et d’en­traî­ne­ment sur la sai­son, dans sa glo­ba­li­té. D’ha­bi­tude, j’avais pu tra­vailler cor­rec­te­ment toute la sai­son, pour mon­ter en puis­sance. Et jus­qu’à la fin, j’ar­ri­vais à main­te­nir le cap sans trop de dif­fi­cul­tés parce qu’il y avait tout le bou­lot ef­fec­tué der­rière qui payait. Là, clai­re­ment, dé­jà en pleine sai­son, il me man­quait un peu de puis­sance, ce qui fait que je ga­lé­rais un pe­tit peu. Et à pré­sent, for­cé­ment, je pêche un peu plus. Il faut que je m’y adapte. Au moins, Zü­rich m’a don­né des in­di­ca­tions pour Bruxelles, à sa­voir que sur la tech­nique, je suis en­core ca­pable de faire de bons trucs. »

« Je suis face à des jeunes loups qui sont à bloc »

Le 3e des der­niers Eu­rope der­rière le Sué­dois Du­plan­tis et le Russe Mor­gu­nov, qui se­ront de ce Mé­mo­rial Van Damme, es­time ain­si avoir « tou­jours une carte à jouer. Même si je suis face à des jeunes loups qui sont à bloc. C’est loin d’être ga­gné d’avance mais à au­cun mo­ment, je ne vais bais­ser les bras. Mon pre­mier ob­jec­tif, c’est de ré­cu­pé­rer au maxi­mum. Après… sau­ter sur la fa­tigue, ce ne se­ra ni la pre­mière, ni la der­nière fois et j’ai dé­jà pas­sé plus de 5,90 m dans cet état… »

Il est vrai aus­si que la se­maine pas­sée, moins bien à Chor­zow, il sem­blait ré­gé­né­ré à An­vers. Alors, pour­quoi ne pas en­vi­sa­ger, après un Zü­rich en de­çà, un nou­veau re­gain de forme à Bruxelles ? ■

LA­VILLE­NIE. Face à forte ad­ver­si­té, pour al­ler cher­cher une 8e Dia­mond League, dans le cadre du Me­mo­rial Van Damme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.