L’exé­cu­tif face à un choix dif­fi­cile

■ Un simple rem­pla­ce­ment ou un re­ma­nie­ment gou­ver­ne­men­tal plus vaste ?

La Montagne (Clermont-Limagne) - - France & Monde Actualités -

Édouard Phi­lippe et Emmanuel Macron, de re­tour à Pa­ris hier en fin de jour­née, font face à un choix dé­li­cat pour trou­ver un suc­ces­seur à Ni­co­las Hu­lot, après le dé­part en forme de coup d’éclat du mi­nistre éco­lo­giste.

L’exé­cu­tif pro­cè­de­ra­t­il a un simple rem­pla­ce­ment, ou à un re­ma­nie­ment plus vaste ? Une source gou­ver­ne­men­tale a as­su­ré qu’il n’y au­rait sans doute pas de « grand cham­bou­le­ment » et qu’Emmanuel Macron et Édouard Phi­lippe ne sont « pas pres­sés ».

« Opé­rer un large re­ma­nie­ment pour­rait vou­loir dire cé­der à la pres­sion et re­con­naître que des er­reurs ont été com­mises, ce qu’Emmanuel Macron pour­rait ne pas vou­loir faire », note Jé­rôme Four­quet, di­rec­teur du dé­par­te­ment Opi­nion et stra­té­gies d’en­tre­prise de l’Ifop.

Choix com­pli­qué

La presse spé­cule de­puis le dé­part de Ni­co­las Hu­lot mar­di sur le nom de son suc­ces­seur. Mais le choix du gou­ver­ne­ment est com­pli­qué par le « legs » d’un mi­nistre po­pu­laire par­ti en cla­quant la porte car il se sen­tait seul à la ma­noeuvre sur le ter­rain en­vi­ron­ne­men­tal, sou­ligne Jé­rôme Four­quet.

Par­mi les noms sur les­quels misent les ob­ser­va­teurs, ceux de Pascal Can­fin, an­cien mi­nistre de Fran­çois Hol­lande et ac­tuel di­rec­teur gé­né­ral de l’ONG WWF France, du se­cré­taire d’État à la Tran­si­tion éco­lo­gique Sé­bas­tien Le­cor­nu, ou de Bar­ba­ra Pom­pi­li (ex­Verts) et de Mi­chèle Pap­pa­lar­do, di­rec­trice de ca­bi­net de Ni­co­las Hu­lot.

Pascal Can­fin a lui­même ajou­té à la liste, hier, le lea­der his­to­rique de l’éco­lo­gie Da­niel Cohn­Ben­dit, la di­rec­trice gé­né­rale de la Fon­da­tion eu­ro­péenne du cli­mat, Lau­rence Tu­bia­na, et le pré­sident de l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe), Ar­naud Le­roy.

Le nom de Chan­tal Jouan­no, pré­si­dente de la Com­mis­sion na­tio­nale du dé­bat pu­blic, ex­mi­nistre et ex­pré­si­dente de l’Ademe, re­vient éga­le­ment, ain­si que ceux du pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale, Fran­çois de Ru­gy, seul éco­lo­giste de poids dans la ma­jo­ri­té, de l’ex­mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment Sé­go­lène Royal et de l’an­cien Pre­mier mi­nistre et éphé­mère mi­nistre de l’Éco­lo­gie en 2007, Alain Jup­pé.

De Ru­gy et Royal ont as­su­ré n’être can­di­dats « à rien », comme Alain Jup­pé. Dans les rangs d’ac­teurs du mi­lieu éco­lo­gique, cer­tains pa­rient tou­te­fois sur Jup­pé si le pré­sident par­vient à le convaincre, mais aus­si Royal, qui connaît bien les dos­siers et les rouages de la po­li­tique, et a la ré­pu­ta­tion de bien s’en­tendre avec Emmanuel Macron. Sé­go­lène Royal a ap­pe­lé mer­cre­di à « un sur­saut ».

Nom­mer un poids lourd comme Da­niel Cohn­Ben­dit ou Sé­go­lène Royal pour­rait consti­tuer

une « prise de risque » trop grande après l’épi­sode Hu­lot, note aus­si Ade­laïde Zul­fi­kar­pa­sic, di­rec­trice de BVA Opi­nion. L’exé­cu­tif pour­rait ain­si pré­fé­rer « un pro­fil à la Blan­quer : plus dis­cret, plus tech­nique, avec une connais­sance par­faite des su­jets », dit­elle. Autre piste, pro­mou­voir un membre du gou­ver­ne­ment ac­tuel pour mar­quer la conti­nui­té de l’ac­tion dans la­quelle l’exé­cu­tif en­tend s’ins­crire en ma­tière de po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale, avance­t­elle. ■

PHO­TO BEP

CASSE-TÊTE. Le rem­pla­ce­ment de Ni­co­lat Hu­lot est un exer­cice com­pli­qué pour le couple exé­cu­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.