L’ha­lo­gène s’éteint pour de bon

■ Les am­poules LED vont dé­sor­mais ré­gner sur le mar­ché du lu­mi­naire

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Jeux -

In­ter­dites à la vente à par­tir de de­main en Eu­rope car trop gour­mandes en élec­tri­ci­té, les am­poules ha­lo­gènes vont lais­ser le champ libre aux LED (diodes élec­tro­lu­mi­nes­centes) qui ont dé­jà conquis une large part du mar­ché.

Six ans après la fin des lampes à in­can­des­cence, la qua­si­to­ta­li­té des lampes ha­lo­gènes se­ront in­dis­po­nibles à par­tir du 1er sep­tembre, même si les stocks chez les dis­tri­bu­teurs pour­ront être écou­lés. Deux mo­dèles d’ha­lo­gènes (R7 et G8) bé­né­fi­cie­ront en outre d’une exemp­tion.

Un mar­ché en ex­plo­sion

Cette mise hors la loi va consa­crer l’hé­gé­mo­nie des LED, dont le taux d’équi­pe­ment a dé­jà « ex­plo­sé », ré­sume Sé­bas­tien Flet Reitz, porte­pa­role du Syn­di­cat fran­çais de l’éclai­rage : « On a vu ap­pa­raître les lampes LED, et pe­tit à pe­tit la place dans les rayons dé­diés aux lampes ha­lo­gènes se ré­dui­sait ». Fin 2017, en France, moins de la moi­tié des lampes des­ti­nées à l’éclai­rage do­mes­tique ven­dues étaient des ha­lo­gènes, se­lon les chiffres du syn­di­cat pro­fes­sion­nel. Et en un an, entre 2016 et 2017, le nombre de lampes LED ven­dues a bon­di de près de 46 %, pas­sant de 87 mil­lions à 127 mil­lions. Le mar­ché mon­dial de l’éclai­rage LED de­vrait at­teindre 30 mil­liards d’eu­ros en 2020, se­lon l’Ademe.

Des prix en baisse et des per­for­mances amé­lio­rées en qua­li­té d’éclai­rage, pour une du­rée de vie net­te­ment plus longue que leurs concur­rentes et une consom­ma­tion élec­trique ré­duite, ont per­mis à ces lampes de s’ins­tal­ler dans les ha­bi­ta­tions. La du­rée d’une lampe LED est com­mu­né­ment es­ti­mée à 15.000 heures, mais elle peut al­ler jus­qu’à 40.000 heures, se­lon l’Ademe, l’agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie. Les ha­lo­gènes sont don­nées pour 2.000 heures et les fluo­com­pactes 8.000. « Les am­poules LED sont d’ores et dé­jà à pri­vi­lé­gier pour l’éclai­rage do­mes­tique », a in­di­qué l’Ademe dans un avis pu­blié l’an der­nier.

Le Bu­reau eu­ro­péen de l’en­vi­ron­ne­ment a sa­lué le re­trait des ha­lo­gènes : « Une ex­cel­lente nou­velle pour les consom­ma­teurs et pour l’en­vi­ron­ne­ment ». Il a cal­cu­lé qu’une lampe ha­lo­gène re­ve­nait 6,3 fois plus cher en consom­ma­tion qu’une LED. Les lampes fluo­com­pactes (LFC) consti­tuent ce­pen­dant « tou­jours une so­lu­tion ac­cep­table », in­dique Bru­no La­fitte, ex­pert en éclai­rage à l’Ademe. Elles « ne cor­res­pondent plus aux meilleures tech­no­lo­gies dis­po­nibles » mais « elles ont per­mis d’éco­no­mi­ser des mil­lions de kWh », rap­pelle l’ex­pert de l’Ademe.

L’éclai­rage LED avait tou­te­fois sus­ci­té des mises de garde, no­tam­ment de la part de l’Anses, l’agence de sé­cu­ri­té sa­ni­taire, qui avait poin­té dans un avis en 2010 l’ef­fet toxique de la lu­mière bleue. « Ce pro­blème de lu­mière bleue est pris au sé­rieux main­te­nant. Les choses ont été faites », es­time l’ex­pert de l’Ademe. ■

PHO­TO D’IL­LUS­TRA­TION AFP

LU­MIÈRE. Prix avan­ta­geux, ren­tables et basse consom­ma­tion, l’am­poule LED a dé­ci­dé­ment tout pour plaire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.