L’aé­ro­nau­tique donne des ailes à l’Au­vergne

La Montagne (Clermont-Limagne) - - La Une - Patrice Cam­po patrice.cam­[email protected]­tre­france.com

■ EM­PLOIS. La sous­trai­tance et la main­te­nance aé­ro­nau­tique re­pré­sentent 13.000 em­plois en Au­vergne et sont des fleu­rons de l’in­dus­trie ré­gio­nale.

■ IS­SOIRE. Après avoir vé­cu au rythme du mee­ting Cer­vo­lix ce week­end, Is­soire ac­cueille, à par­tir d’au­jourd’hui dans le cadre d’Ailes et Vol­cans, la semaine de l’aé­ro­nau­tique.

Sa­voir­faire L’Au­vergne – Puy-de-Dôme et Al­lier en par­ti­cu­lier – cultive un sa­voir­faire re­con­nu dans le do­maine de l’aé­ro­nau­tique. L’his­toire a com­men­cé il y a plus d’un siècle avec Mi­che­lin et se pro­longe de­puis avec des fleu­rons qui nour­rissent l’aé­rien et le spa­tial, ci­vil et mi­li­taire.

Avec ses 13.000 em­plois di­rects pour un chiffre d’af­faires entre 1,5 et 2 mil­liards d’eu­ros, l’aé­ro­nau­tique pointe au rang des poids lourds de l’in­dus­trie au­ver­gnate. Un sa­voir­faire plus que cen­te­naire mis au­jourd’hui au ser­vice des ac­teurs in­con­tour­nables dans le do­maine de l’aé­rien et du spa­tial : Air­bus, Boeing, Das­sault ou Aria­nes­pace pour ne ci­ter que les plus grands.

Dans ce ta­bleau, ap­pa­raissent çà et là quelques tur­bu­lences, in­hé­rentes aux lois de l’éco­no­mie de mar­ché (*). Mais dans l’en­semble, le sec­teur se porte bien en Au­vergne, tant la sous­trai­tance que la main­te­nance, avec comme lo­co­mo­tive le Puyde­Dôme : Mi­che­lin, évi­dem­ment, mais aus­si Au­bert & Du­val, Cons­tel­lium et l’AIA, tan­dis que l’Al­lier ap­porte son écot prin­ci­pa­le­ment grâce à Sa­fran et NSE.

Cette tra­di­tion aé­ro­nau­tique lo­cale, c’est le géant du pneu ba­sé à Cler­mont­Fer­rand qui l’a ini­tiée, non seule­ment avec des pneus mais aus­si avec des tis­sus et des toiles ca­ou­tchou­tées pour aé­ro­nefs et en conce­vant, avec l’in­gé­nieur Louis Bré­guet, le pre­mier Bre­guet­Mi­che­lin dès 1915. Sui­vront plu­sieurs évo­lu­tions dont, en 1917, le Bré­guet XIV, sur­nom­mé l’avion de la vic­toire car il don­ne­ra aux al­liés un avan­tage dé­ci­sif dans les airs lors de la Pre­mière Guerre mon­diale.

Entre­temps, en 1916, sur le ter­rain d’avia­tion amé­na­gé par le ma­nu­fac­tu­rier qui de­vien­dra l’aé­ro­drome d’Aul­nat, est construite la pre­mière piste en dur de l’his­toire, an­crant l’aé­ro­nau­tique dans les gènes au­ver­gnats. Quand l’ar­mis­tice est si­gné, en no­vembre 1918, 1.884 avions ont été pro­duits chez Mi­che­lin, qui ces­se­ra cette ac­ti­vi­té confor­ mé­ment aux en­ga­ge­ments pris en 1914. Mais le ma­nu­fac­tu­rier ne dé­lais­se­ra plus cette in­dus­trie neuve.

Au­jourd’hui, Mi­che­lin in­nove tou­jours dans le sec­teur. Et si la pro­duc­tion de pneus d’avions se par­tage entre Bourges, la Thaï­lande et les États­Unis, une par­tie de la re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment tout comme la main­te­nance des pneus de la com­pa­gnie Hop sont réa­li­sées à Cler­mont­Fer­rand.

La fi­liale d’Air France a, du reste, im­plan­té sur la pla­te­forme d’Aul­nat un centre de main­te­nance de ses ap­pa­reils, por­té en 2012 à 6.700 mètres car­rés. Re­gio­nal Air­lines, de­ve­nu Hop, n’a ja­mais re­mis en cause ce centre lo­ca­li­sé dans un bas­sin in­dus­triel « fa­vo­rable ». En­ten­dez par là pro­pice au re­cru­te­ment des mé­tiers de la main­te­nance aé­ro­nau­tique.

Une spé­cia­li­té dans la­quelle l’AIA, ses cinq ate­liers et plus de 1.200 em­ployés font aus­si fi­gure de poids lourd dy­na­mique. Cette his­toire­là dure de­puis 1939 et l’en­tre­prise vient de me­ner son plus am­bi­tieux plan de re­cru­te­ment (200 per­sonnes). ■

(*) En 2016, Au­vergne Aé­ro­nau­tique, groupe de 750 sa­la­riés dont 350 ba­sés à Aul­nat, a va­cillé une nou­velle fois. Mais un ac­teur du Lot, Fi­geac Aé­ro, a ra­che­té la so­cié­té (en sup­pri­mant vingt­quatre postes) et a re­lan­cé l’ac­ti­vi­té sur la zone aé­ro­por­tuaire cler­mon­toise. Sur cette même zone, au prin­temps, En­hance Aé­ro (80 em­plois) a fait l’ob­jet d’une pro­cé­dure de re­dres­se­ment ju­di­ciaire et a dû stop­per son ac­ti­vi­té en août.

Sec­teur de poids en sous­trai­tance et en main­te­nance

PHOTO D’ARCHIVES FRED MAR­QUET

PHOTO FRAN­CIS CAMPAGNONI

HIS­TOIRE. De­puis la construc­tion de la pre­mière piste en dur au monde à Aul­nat, en 1916, l’Au­vergne a éten­du son maillage et joue tou­jours un rôle pri­mor­dial dans l’in­dus­trie aé­ro­nau­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.