Près de 1.500 em­plois ai­dés en moins

■ Après la dis­pa­ri­tion, en jan­vier, des contrats ai­dés rem­pla­cés par les par­cours em­ploi com­pé­tences

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Puy-de-dôme Actualité - Patrice Cam­po patrice.cam­[email protected]­tre­france.com

Les com­munes et le sec­teur de la san­té, Eh­pad en tête, ont été les plus af­fec­tés par la sup­pres­sion des contrats ai­dés en jan­vier der­nier. Le dis­po­si­tif qui les rem­place, plus contrai­gnant, est lar­ge­ment moins uti­li­sé.

Les chiffres bruts parlent d’eux­mêmes. En 2017, sur l’en­semble du Puy­de­Dôme, 1.908 contrats ai­dés (CAE, contrats d’ac­com­pa­gne­ment dans l’em­ploi, ou CUI, contrats uniques d’in­ser­tion) ont été si­gnés. Entre le 1er jan­vier et le 20 août 2018, les par­cours em­ploi com­pé­tences (PEC), qui rem­placent les contrats ai­dés, ont culmi­né à 463 uni­tés. Même en ta­blant sur une cer­taine conti­nui­té d’ici la fin de l’an­née, le compte n’y se­ra pas.

En l’état, ce sont 1.500 postes de ce type qui ont donc dis­pa­ru, au dé­tri­ment des struc­tures qui en em­ployaient le plus, en pre­mier lieu les com­munes. « Beau­coup d’entre elles se sont re­trou­vées en dif­fi­cul­té, confirme Pier­rette Daf­fix­Ray, maire de Youx et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion des maires du Puy­de­Dôme. Ces em­plois ai­dés n’ont qua­si­ment pas été rem­pla­cés. Il s’agis­sait pour beau­coup d’em­plois en lo­cal, de dames no­tam­ment qui n’avaient pas la pos­si­bi­li­té de se dé­pla­cer ou d’as­su­mer un em­ploi à temps com­plet. Les PEC sont moins uti­li­sés car beau­coup moins sub­ven­ tion­nés. » Et ces PEC s’ac­com­pagnent d’une obli­ga­tion de for­ma­tion sou­vent très dif­fi­cile à rem­plir.

Her­vé Pro­nonce, maire du Cendre, abonde : « Sur une soixan­taine d’em­plois en équi­va­lents temps plein, nous avions quatre contrats ai­dés. Cha­cun coû­tait entre 7.000 et 8.000 € par an. Les PEC, c’est le double et il est plus dif­fi­cile de trou­ver des per­sonnes éli­gibles. Nous avons pro­lon­gé deux per­sonnes han­di­ca­pées pour six mois dans ce cadre, mais elles n’étaient plus éli­gibles à par­tir de juillet et, de­puis cette date, nous n’avons plus au­cun em­ploi ai­dé. »

La com­mune du Cendre, comme d’autres, est re­pas­sée pour ses écoles à la semaine de quatre jours, ce qui a per­mis d’en­cais­ ser la perte d’un AT­SEM (agent ter­ri­to­rial spé­cia­li­sé des écoles ma­ter­nelles). « Nous en avons en­core trois par école, ce qui est bien, es­time le maire. Mais nous avons dé­sor­mais un ac­cueil sur toute la jour­née de mer­cre­di à as­su­rer. »

Pour le reste, adap­ta­tion est le maître­mot. « Nous avons ré­or­ga­ni­sé nos ser­vices tech­niques en rem­pla­çant cer­taines tâches ma­nuelles par la tech­nique ou en fai­sant ap­pel à la sous­trai­tance ». Her­vé Pro­nonce dit en outre com­prendre la sup­pres­sion des contrats ai­dés « qui coûtent une for­tune à l’État et baissent ar­ti­fi­ciel­le­ment les chiffres du chô­mage ».

Autre sec­teur par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché : l’hos­pi­ta­lier et les Eh­pad (éta­blis­se­ments d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées), qui pèsent 24.000 em­plois dans le dé­par­te­ment. Jac­ ques Co­cheux, se­cré­taire gé­né­ral CGT pour le sec­teur, chiffre à 300 le nombre de contrats ai­dés qui ont dis­pa­ru « et une cen­taine d’em­plois sup­pri­més en plus dans le cadre du re­fi­nan­ce­ment des Eh­pad ». Et très peu de PEC en rem­pla­ce­ment « car on ne trouve pas de per­sonnes qui ré­pondent aux nou­veaux cri­tères ».

Ré­sul­tat, « moins de monde au­près des per­sonnes âgées dans les Eh­pad où la si­tua­tion reste très ten­due, sous­trai­tance d’une par­tie des ac­ti­vi­tés d’en­tre­tien et de mé­nages dans les centres hos­pi­ta­liers et adap­ta­tion des plan­nings des per­son­nels avec congés et re­pos sup­pri­més ». ■

Si­tua­tion « ten­due » dans les Eh­pad

ILLUSTRATION FLO­RIAN SALESSE

AF­FEC­TÉS. Les éta­blis­se­ments d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées (Eh­pad) ont per­du quelque 300 postes di­rec­te­ment, se­lon la CGT.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.