Une jour­née à l’ac­cueil de jour à la ré­si­dence Re­nouard

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Limagne Bédat -

Le 21 sep­tembre est la jour­née mon­diale de sen­si­bi­li­sa­tion sur la ma­la­die d’Alz­hei­mer. L’oc­ca­sion de pas­ser une jour­née en com­pa­gnie des per­sonnes fré­quen­tant l’ac­cueil de jour de la ré­si­dence Re­noaurd à Cler­mont-Fer­rand.

A notre ar­ri­vée, vers 9h15, nous dé­cou­vrons un bâ­ti­ment à la fa­çade cou­leur brique et beige ain­si qu’un es­pace ver­doyant agré­men­té de pe­tites tables de jar­din, de chaises et de bancs, d’un po­ta­ger, de fi­guiers et d’ar­bustes. Anne-Claire, sa­la­riée de la struc­ture, nous ac­com­pagne vers une pièce de vie lu­mi­neuse. Sur le cô­té droit, une cui­sine en­tiè­re­ment amé­na­gée. Dans le fond de la salle, de jo­lis ca­na­pés en cuir rouge qui donnent une am­biance apai­sante. Et face à nous, une grande ter­rasse. « Une à plu­sieurs journées (ou de­mi-journées) par semaine, nous ac­cueillons des per­sonnes âgées vivant à do­mi­cile et at­teintes de la ma­la­die d’Alz­hei­mer ou d’une ma­la­die ap­pa­ren­tée », in­dique Anne-Claire. « Cet ac­cueil de jour per­met de par­ta­ger des mo­ments de plai­sir, tout en sti­mu­lant les ca­pa­ci­tés pré­ser­vées des ma­lades grâce à des ac­ti­vi­tés adap­tées », ajoute Li­sa, psy­cho­logue de l’éta­blis­se­ment. La jour­née dé­bute vers 9h30, les per­sonnes ar­rivent avec le mi­ni-bus af­fec­té par la ré­si­dence. Au­tour d’un ca­fé, on évoque l’ac­tua­li­té, en li­sant quelques ar­ticles de La Montagne. Les ac­ti­vi­tés s’en­chaînent tout au long de la ma­ti­née, la séance de gym­nas­tique adap­tée dé­bute vers 10h30. Puis ar­rive le mo­ment du dé­jeu­ner où les échanges se pour­suivent. L’après mi­di est ryth­mée par dif­fé­rents ate­liers ( Sti­mu­la­tion Co­gni­tive, ate­liers ma­nuels), mais il est éga­le­ment ponc­tué de sor­ties di­verses et va­riées, en fonc­tion de la mé­téo. Vers 16h, un goû­ter est ser­vi avant de faire le point avec les par­ti­ci­pants sur la jour­née écou­lée. Il est bien­tôt l’heure de ren­trer Ca­the­rine, le chauf­feur ar­rive pour ra­me­ner les per­sonnes à leur do­mi­cile. Se­lon Li­sa, « tout a été pen­sé pour contri­buer à leur bien-être et au main­tien de leur au­to­no­mie le plus long­temps pos­sible, tout en of­frant à l’ai­dant un temps de ré­pit per­met­tant d’évi­ter l’épui­se­ment et d’être en­suite plus dis­po­nible pour son proche ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.