Ma­rine Le Pen en­tend re­naître

■ La pré­si­dente du par­ti s’en est pris à la « folle po­li­tique im­mi­gra­tion­niste »

La Montagne (Clermont-Limagne) - - France & Monde Actualités -

Ma­rine Le Pen s’en est prise avec vi­ru­lence à la « folle po­li­tique im­mi­gra­tion­niste » de l’UE lors de sa ren­trée hier à Fré­jus (Var), creu­sant le sillon par­ta­gé avec ses al­liés na­tio­na­listes qui ont le vent en poupe en Eu­rope.

«Au­jourd’hui, les pré­fets n’ont plus qu’une seule ac­ti­vi­té, l’im­plan­ta­tion des mi­grants », a af­fir­mé la pré­si­dente du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal de­vant quelque 800 mi­li­tants réunis dans le théâtre de Fré­jus. « Pour cette folle po­li­tique, qui exas­père une ma­jo­ri­té de Fran­çais, l’ar­gent coule à flots » alors qu’il « n’y a ja­mais eu d’ar­gent pour les SDF », a­telle fus­ti­gé.

La fi­na­liste de la pré­si­den­tielle en 2017 s’en est prise aus­si à Em­ma­nuel Ma­cron, sou­mis à cette po­li­tique se­lon elle, et qui « ne marche pas mais rame ». Le pré­sident, qui a en­dos­sé le rôle de pre­mier ad­ver­saire des « na­tio­na­listes » en Eu­rope, ap­pa­raît au coude à coude avec le RN dans un son­dage Odoxa sur les élec­tions eu­ro­péennes pa­ru jeu­di (21,5 % pour LREM contre 21 % pour le RN). Un score sem­blable à ce­lui de Ma­rine Le Pen au pre­mier tour de la pré­si­den­tielle sa­lué par les mi­li­tants réunis à Fré­jus.

Fi­nances plom­bées

Le ma­tin, les élus ont en­ten­du, « ra­vis », l’es­sayiste Her­vé Ju­vin, in­con­nu du grand pu­blic, proche de la Nou­velle droite, leur par­ler d’éco­lo­gie, un thème que le RN vou­drait dé­ve­lop­per pour sé­duire les classes moyennes et su­pé­rieures. Her­vé Ju­vin, ci­té pour conduire la liste du RN, a été men­tion­né plu­sieurs fois par Ma­rine Le Pen dans son dis­cours.

Mal­gré l’af­faire des em­plois fic­tifs au Par­le­ment eu­ro­péen, pour la­quelle Ma­rine Le Pen est à nou­veau convo­quée par les juges en oc­tobre, Ca­ro­line An­dré, conseillère mu­ni­ci­pale de Cagnes­sur­Mer (Alpes ma­ri­times) « n’est pas in­quiète » pour la cheffe du RN. Cette en­quête a plom­bé les fi­nances du par­ti, dé­jà très en­det­té. Les juges ont or­don­né fin juin la sai­sie de 2 mil­lions d’eu­ros d’aide pu­blique due au RN, crai­gnant que le par­ti n’uti­lise cet ar­gent pour rem­bour­ser ses dettes au lieu de payer d’éven­tuels dom­mages.

Le RN risque en outre un nou­veau pro­cès sur le fi­nan­ce­ment de ses cam­pagnes en 2014 et 2015.

« Ce sont des per­sé­cu­tions », se­lon les di­ri­geants du RN. Bien qu’à court d’ar­gent, le RN a pré­sen­té plu­sieurs tracts à Fré­jus, dont l’un montre Ma­rine Le Pen à cô­té de son al­lié ita­lien de­ve­nu mi­nistre de l’In­té­rieur, Mat­teo Sal­vi­ni.

« Is­la­mi­sa­tion »

« Avec nous, l’Aqua­rius (ba­teau hu­ma­ni­taire in­ter­dit de ve­nir en Ita­lie, N.D.L.R.) n’ac­cos­te­ra plus sur les côtes fran­çaises », a pro­mis Ma­rine Le Pen, en ré­fé­rence à une dé­ci­sion contro­ver­sée de Mat­teo Sal­vi­ni, et en

pré­sence de re­pré­sen­tants de la Ligue ita­lienne et du FPÖ au­tri­chien. Long­temps son ins­pi­ra­trice, Ma­rine Le Pen en­tend pro­fi­ter de l’ex­pé­rience de son ami au pou­voir de­puis mai.

Maxi­mi­lian Krauss, re­pré­sen­tant des jeunes du FPÖ, a dé­non­cé à Fré­jus « l’is­la­mi­sa­tion (du) con­tinent », et plai­dé pour « une re­nais­sance des cultures ». « Oui à l’Eu­rope des peuples, non à l’Eu­rope des tech­no­crates et des spé­cu­la­teurs », a dé­cla­ré le dé­pu­té de la Ligue Fla­vio di Mu­ro. ■

PHOTO AFP

EU­RO OU PAS EU­RO ? Hier à Fré­jus, Ma­rine Le Pen n’a en re­vanche pas abor­dé la ques­tion de la sor­tie de l’eu­ro, qui di­vise ses élec­teurs et n’est plus la prio­ri­té du RN.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.