Ch­ris­tiane Lam­bert et ses dos­siers brû­lants

Une nou­velle fi­lière dé­ve­lop­pée en Au­vergne.

La Montagne (Clermont-Limagne) - - La Une - Do­mi­nique Dio­gon do­mi­nique.dio­[email protected]­tre­france.com

Sé­che­resse cas­tro­phique, dé­bat em­poi­son­né au­tour des pes­ti­cides mais aus­si dé­cep­tion à l’is­sue des États gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion : la pré­si­dente du prin­ci­pal syn­di­cat agri­cole re­vient sur les dos­siers brû­lants de la ren­trée.

Entre adap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique et at­tentes so­cié­tales, Ch­ris­tiane Lam­bert, pre­mière femme à pré­si­der la FNSEA, es­saie de tra­cer un cap et tente de faire avan­cer les dos­siers prio­ri­taires à ses yeux, no­tam­ment le sto­ckage des eaux de pluie.

■ Cet été ex­trê­me­ment sec, c’est un peu le scé­na­rio ca­tas­trophe pour l’agri­cul­ture fran­çaise ? Le coup fa­tal a été por­té par la ca­ni­cule fin juillet dé­but août, où pen­dant dix jours, nous avons eu des tem­pé­ra­tures de 35°c dans énor­mé­ment d’en­droits, ce qui a to­ta­le­ment grillé les four­rages, les prai­ries et les es­poirs de pro­vi­sions pour l’hi­ver. Nous sommes dé­jà mi­sep­tembre et au­cune pluie est an­non­cée pour la se­maine qui vient. Et celles qui ar­ri­ve­ront après, même de ma­nière abon­dante, ne per­met­tront pas de re­faire du stock comme nous en avons l’ha­bi­tude à l’ar­rière­sai­son. C’est du ja­mais vu.

■ Avec le chan­ge­ment cli­ma­tique, ce type de phé­no­mène risque de se re­pro­duire plus sou­vent. Com­ment s’adap­ter ? Le pro­blème vient non seule­ment de la ré­cur­rence mais aus­si de la vio­lence de ces phé­no­mènes. Comme on ne com­mande pas la pluie, si­non ce­la se sau­rait, nous de­vons être ca­pables de da­van­tage sto­cker l’eau de pluie l’hi­ver quand elle est abon­dante. Ce­la nous per­met­tra de dé­ve­lop­per da­van­tage l’ir­ri­ga­tion dans toute la France. Car le pro­blème se pose par­tout, pas seule­ment dans le sud.

■ Il y a donc ur­gence… Les spé­cia­listes du Giec (Grou­pe­ment ex­perts d’in­ter­na­tio­naux sur l’évo­lu­tion du cli­mat) ne cessent de le dire : nous au­rons da­van­tage d’al­ter­nance de pé­riode d’ex­cès : ex­cès d’eau et ex­cès de ca­ni­cule. Nous avons eu cette an­née l’illus­tra­tion de ce que disent ces ex­perts avec des ri­vières qui dé­bordent en mai et juin en fai­sant des dé­gâts et dès juillet, un manque d’eau. Et si nous avions sto­cké, ne se­rait­ce qu’une se­maine de l’eau qui est tom­bée au prin­temps, nous au­rions eu de quoi ar­ro­ser toutes les cultures fran­çaises.

Pour vous, la France est ■ en re­tard sur le su­jet ? Nous sto­ckons très peu l’eau de pluie. Seule­ment 4,7 % contre 48 % pour l’Es­pagne. Comme les pré­ci­pi­ta­tions y sont deux fois in­fé­rieures à celles en­re­gis­trées chez nous, ce pays a su an­ti­ci­per en dé­ve­lop­pant une vraie po­li­tique de sto­ckage. Ré­sul­tat, en terme d’ir­ri­ga­tion, nous sommes sur une moyenne de 1.700 m3 par hec­tare et par an chez nous contre 4.800 en Es­pagne et 4.000 en Ita­lie.

Plus glo­ba­le­ment, entre 2003 et 2013, quand l’ir­ri­ga­tion pro­gres­sait de 0,3 % en France, elle pro­gres­sait de 13,4 % en Europe. Du fait d’une forte op­po­si­tion qui a blo­qué les pro­jets, nous n’avons pas su pré­pa­rer la ré­ponse au chan­ge­ment cli­ma­tique.

■ Com­ment par­ve­nir à conci­lier adap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique et ré­ponse aux at­tentes so­cié­tales sur la di­mi­nu­tion de l’uti­li­sa­tion de pes­ti­cides ? Il existe une dia­bo­li­sa­tion des pro­duits phy­to­sa­ni­taires. Cer­tains laissent pen­ser que l’on peut pro­duire sans. Mais on ne peut pas faire pous­ser des plantes sans les pro­té­ger. Même en agri­cul­ture bio­lo­gique, ils sont uti­li­sés. La dif­fi­cul­té est d’ame­ner du prag­ma­tisme dans des dis­cours qui sont po­li­tiques, po­lé­miques, su­per­fi­ciels. Heu­reu­se­ment, quelques scien­ti­fiques com­mencent à éle­ver la voix.

■ La loi sur l’ali­men­ta­tion vient d’être vo­tée au Par­le­ment. Êtes-vous satisfaite ? Non, c’est une dé­cep­tion. Il a man­qué la vo­lon­té po­li­tique d’im­po­ser un garde­fou au ni­veau des in­di­ca­teurs de prix. ■

PHO­TO PIERRE COUBLE

EXEMPLE. Ch­ris­tiane Lam­bert donne en exemple l’Es­pagne dans le sto­ckage des eaux de pluie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.