Ren­trée vi­gi­lante des agri­cul­teurs

■ FNSEA et Jeunes Agri­cul­teurs se sont re­trou­vés à Ber­ti­gnat

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Puy-de-dôme Actualité -

Dé­cor de cir­cons­tance pour la FNSEA et le syn­di­cat Jeunes Agri­cul­teurs qui fai­saient leur ren­trée syn­di­cale, hier, dans une étable du Gaec des Beau­ce­rons, à Ber­ti­gnat.

Si la ren­trée sco­laire s’est faite, jusque­là, sans grosse fausse note, celle des syn­di­cats agri­coles FNSEA 63 et Jeunes Agri­cul­teurs, en re­vanche, s’est opé­ré non sans quelques dis­so­nances. Non pas entre eux, mais vis­à­vis de l’État d’abord et des pro­messes faites aux len­de­mains des États gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion sou­hai­tés par Em­ma­nuel Ma­cron.

Une ini­tia­tive vi­sant à mettre en choeur toutes les com­po­santes du sec­teur afin qu’en­semble ils conviennent d’un prix dé­cent pour les pro­duc­teurs et éta­blissent des re­la­tions com­mer­ciales équi­li­brées.

« Une marche dans le bon sens, et une note d’es­poir pour les pro­duc­teurs, qui, au­jourd’hui, semble vouée à des de­mi­me­sures lais­sant soin aux or­ga­nismes in­ter­pro­fes­sion­nels de trou­ver l’ac­cord par­fait entre eux », com­mente Da­vid Chauve, pré­sident de la FNSEA 63. « Un fa­cile ren­voi de cha­cun à ses études » de l’avis de cer­tains mi­li­tants pour qui la conver­gence des in­té­rêts et des points de vue est plus qu’hy­po­thé­tique tant les fi­lières agri­coles ont des contraintes et des charges spé­ci­fiques que l’on soit éle­veur de bo­vins ou d’ovins, pro­duc­teurs cé­réa­liers, ma­raî­chers ou lai­tiers… »

De là à en ap­pe­ler à plus de vi­si­bi­li­té dans le pro­ces­sus et à un vrai chef d’or­chestre pour mettre tout ce­la à por­tée afin de ga­ran­tir à l’agri­cul­ture une stabilité éco­no­mique et des moyens de tré­so­re­rie à même de faire face aux aléas, no­tam­ment cli­ma­tiques, comme ceux qu’elle rencontre au­jourd’hui.

Le san­glier en ligne de mire

Car, de sé­che­resse, il a bien en­ten­du été ques­tion et, là, ils n’ont pu que le­ver les yeux au ciel es­pé­rant qu’une manne « cé­leste » ou la pluie viennent étan­cher leurs be­soins, dis­pa­rates, là en­core, en fonc­tion de leur si­tua­tion.

Mais, au fi­nal, c’est un ani­mal qui a sus­ci­té les plus vives ré­ac­tions. Un san­glier au­tour du­quel il est peu pro­bable qu’agri­cul­teurs et chas­seurs s’as­ soient de si­tôt à la même table si ce n’est au­tour d’une soupe à la gri­mace. Les uns re­pro­chant aux autres d’en­cou­ra­ger l’éle­vage d’un « chep­tel » dont la po­pu­la­tion a été mul­ti­pliée par sept en vingt­cinq ans, cau­sant dans les ex­ploi­ta­tions agri­coles des dom­mages éva­lués au­jourd’hui à plu­sieurs di­zaines de mil­lions d’eu­ros. Aus­si les deux syn­di­cats ap­pellent­ils à une vé­ri­table ré­gu­la­tion afin que l’ob­jet de loi­sirs des uns ne dé­truise pas l’ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle des autres… Le ton est donc don­né. ■

AS­SEM­BLÉE. Ch­ris­tian Chauve (pre­mier à gauche), pré­sident de la FNSEA 63, et Bap­tiste Ar­naud, pré­sident des JA 63 (troi­sième à gauche) ont fait un tour d’ho­ri­zon des ques­tions agri­coles tou­jours en sus­pens à l’heure de cette ren­trée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.