Coup de gueule ély­séen !

■ « Ar­rê­tez d’em­mer­der les re­trai­tés » dit Ma­cron

La Montagne (Clermont-Limagne) - - France & Monde Actualités -

« Ar­rê­tez d’em­mer­der les re­trai­tés », a lan­cé, hier, Em­ma­nuel Ma­cron à des col­la­bo­ra­teurs, ex­cluant de mo­di­fier les droits de suc­ces­sion du­rant le quin­quen­nat, a fait sa­voir l’Ély­sée après les dé­cla­ra­tions de Ch­ris­tophe Cas­ta­ner sur l’ou­ver­ture d’une « ré­flexion sans ta­bou sur la fis­ca­li­té des suc­ces­sions ».

Le pré­sident « a for­mel­le­ment ex­clu toute mo­di­fi­ca­tion des droits de suc­ces­sion sous sa pré­si­dence » : « On n’y tou­che­ra pas tant que je se­rai là », a dit, hier, le pré­sident au cours d’une réunion de ser­vice, se­lon l’Ély­sée.

« Piste de ré­flexion »

« On a de­man­dé des ef­forts aux re­trai­tés. Mais main­te­nant, ar­rê­tez de les em­mer­der », a­t­il tran­ché.

Ces pro­pos veulent mettre fin aux in­ter­ro­ga­tions sou­le­vées par les pro­pos de Ch­ris­tophe Cas­ta­ner, dé­lé­gué gé­né­ral de La Ré­pu­blique en marche (LREM), qui a dé­cla­ré, ven­dre­di, vou­loir « une ré­flexion sans ta­bou » sur la fis­ca­li­té des suc­ces­sions afin de lut­ter contre la « pro­gres­sion des in­éga­li­tés de nais­sance ».

Il avait alors pré­ci­sé qu’il ne s’agis­sait pas « d’an­nonces », mais d’une « piste de ré­flexion » du par­ti ma­jo­ri­taire.

Une re­fonte de cette fis­ca­li­té « ne peut que si­gni­fier une aug­men­ta­tion », a ex­pli­qué une source LREM en l’ex­pli­quant par la vo­lon­té de li­bé­rer l’épargne pour la flé­cher vers l’in­ves­tis­se­ment et de va­lo­ri­ser le tra­vail plu­tôt que l’hé­ri­tage. « Ce­la avait été abor­dé pen­dant la cam­pagne », mais fi­na­le­ment, pas trai­té. « Il y a une co­hé­rence mais un risque po­li­tique réel », tou­jours se­lon cette source.

L’im­pôt sur la suc­ces­sion « est com­plexe, il est mal ac­cep­té, il n’a pas vrai­ment sui­vi l’évo­lu­tion de la so­cié­té et les nou­velles formes fa­mi­liales », avait sou­li­gné Ch­ris­tophe Cas­ ta­ner, qui est par ailleurs se­cré­taire d’État aux Re­la­tions avec le Par­le­ment, lors d’une confé­rence de presse à Pa­ris.

Dé­but 2017, un rap­port de l’or­ga­nisme pu­blic France stra­té­gie alors di­ri­gé par l’éco­no­miste proche d’Em­ma­nuel Ma­cron, Jean Pi­sa­ni­Fer­ry, avait ap­pe­lé à « re­voir en pro­fon­deur » cette fis­ca­li­té pour lut­ter contre « l’ap­pa­ri­tion d’une so­cié­té à deux vi­tesses ».

Ba­rèmes pro­gres­sifs

Cet im­pôt com­prend des ba­rèmes pro­gres­sifs se­lon la somme hé­ri­tée, avec des tranches al­lant jus­qu’à 60 % en cas de lien de pa­ren­té éloi­gné. Mais de nom­breux abat­te­ments ont été mis en place, qui per­mettent aux trans­mis­sions d’être plus fai­ble­ment taxées.

Le dé­bat sur cet im­pôt a été lan­cé alors que l’exé­cu­tif connaît une forte baisse dans les son­dages, no­tam­ment au­près des re­trai­tés, mé­con­tents de la hausse de la CSG et la dé­ci­sion de li­mi­ter la re­va­lo­ri­sa­tion des re­traites à 0,3 % en 2019 et 2020, soit bien en de­çà de l’in­fla­tion. ■

AFP

TRANCHES. Jus­qu’à 60 % en cas de lien de pa­ren­té éloi­gné.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.