Itur­ria, un ave­nir qui « poste » ques­tions

■ Après deux re­mar­quables per­for­mances en troi­sième ligne

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Top 14 - Ch­ris­tophe Bu­ron

Beau­coup d’ob­ser­va­teurs, dont Oli­vier Magne et Fa­bien Pelous, pré­disent une grande car­rière au pro­dige Ar­thur Itur­ria. Reste à sa­voir à quel poste va se des­si­ner le meilleur pour le Cler­mon­tois.

Quel que soit le nu­mé­ro qu’il au­ra dans le dos, Ar­thur Itur­ria, de l’avis de la très grande ma­jo­ri­té des ex­perts de ce sport, a un ave­nir do­ré qui l’at­tend. A 24 ans, le joueur ar­ri­vé de son cher Pays basque à l’âge de 17 ans, aborde pro­ba­ble­ment un pre­mier car­re­four de sa car­rière.

Ré­vé­lé au poste de deuxième ligne il y a deux sai­sons, le joueur cler­mon­tois vient de re­battre les cartes en sor­tant deux per­for­mances ma­jus­cules en troi­sième ligne. Sa­me­di der­nier, face à Tou­lon, avec 11 bal­lons, il a dé­jà bat­tu le re­cord de la sai­son des balles cap­tées en touche (sur lan­cers de son ta­lon­neur et en contre). Ar­thur Itur­ria joueur aé­rien, c’est une évi­dence. Mais il n’a pas brillé que dans les airs.

Flan­ker cô­té fer­mé, voi­là un nou­veau poste pour un nou­veau chal­lenge, qui était dans les tuyaux du staff de l’ASM de­puis un mo­ment. Sa­me­di soir, après la vic­toire sur le RCT, Itur­ria glis­sait une ph­rase symp­to­ma­tique : « Je suis moins mâ­ché à la fin du match quand je joue en 3e ligne. »

Et si ce joueur, sou­vent ex­po­sé, avec plu­sieurs com­mo­tions cé­ré­brales ces der­nières sai­sons, gar­dait la lu­ci­di­té né­ces­saire en évo­luant à un poste plus adap­té pour lui, ce­lui de troi­sième ligne ? « La mê­lée change la donne entre ces deux postes, ana­lyse Fa­bien Pelous, re­cord­man des sé­lec­tions (118) en équipe de France. En deuxième ligne, tu es obligé de mettre beau­coup d’in­ten­si­té pen­dant un long mo­ment alors qu’un troi­sième ligne est plu­tôt, en mê­lée, sur le sou­tien et la dé­fense. Donc, je com­prends qu’Ar­thur ait l’im­pres­sion de se faire moins mal à ce poste. »

Pour ce qui est des per­for­mances du Cler­mon­tois au poste de flan­ker, Oli­vier Magne (89 sé­lec­tions) est ca­té­go­rique. « C’est son poste ! Il peut évi­dem­ment res­ter po­ly­va­lent, mais en troi­sième ligne il va pro­gres­ser et se dé­cou­vrir d’autres pos­si­bi­li­tés dans le jeu. J’es­père qu’il se­ra uti­li­sé sur des com­bi­nai­sons, des lan­ce­ments de jeu où il pour­ra éta­ler ses qua­li­tés. Pour moi, c’est un Jé­rôme Kai­no (AllB­lack au­jourd’hui à Tou­louse) avec des qua­li­tés tech­niques au­des­sus de la moyenne. S’il fait ce qu’il faut, ce se­ra un très grand joueur », pro­met l’an­cien flan­ker mont­fer­ran­dais.

Une in­té­gri­té phy­sique plus pré­ser­vée en troi­sième ligne ?

Po­ly­va­lent au dé­but de sa car­rière (deuxième ligne et nu­mé­ro 8), Fa­bien Pelous plaide un peu plus pour la po­ly­va­lence. « 2e ou 3e ligne, c’est un très bon joueur de rug­by. Il prouve que dans le rug­by mo­derne il y a en­core de la place pour ce pro­fillà. Après, ce n’est pas sou­vent dit, mais il met beau­coup d’en­ga­ge­ment dans ce qu’il fait. C’est un com­bat­tant. Et qui sait se pla­cer avec d’ex­cel­lents ti­mings et la vo­lon­té de jouer un rug­by aé­ré. Pour moi, l’im­por­tant est qu’Ar­thur soit sur le ter­rain. La ques­tion du poste ne se pose même pas ; quand tu as un joueur de cette qualité, tu le mets dans le quinze et tu construis au­tour. »

Et là, se­lon l’op­po­si­tion, se­lon la confi­gu­ra­tion re­cher­chée par le coach pour son équipe, se­lon le jeu prô­né aus­si, Ar­thur Itur­ria trou­ve­ra for­cé­ment sa place. Deuxième ou troi­sième ligne, c’est éga­le­ment et pro­ba­ble­ment lui qui dé­ci­de­ra de son des­tin. ■

PHO­TO RI­CHARD BRU­NEL

ADRESSE. Face au Tou­lon­nais Ma­la­kai Fe­ki­toa, Ar­thur Itur­ria dé­livre sur cette ac­tion un bi­jou de passe (de la main gauche) pour Toea­va. Un geste qui montre toute l’ai­sance tech­nique du Cler­mon­tois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.