Hin­sch­ber­ger : « Un bon dé­but de sai­son »

Phi­lippe Hin­sch­ber­ger (58 ans) a été nom­mé cet été à la tête du GF 38 qui ac­cueille Cler­mont, de­main soir (20 heures). Le coach s’es­time plu­tôt sa­tis­fait du dé­but de sai­son pour le re­tour du club à ce ni­veau.

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Sports - Di­dier Cros

■ Vous res­tez sur une vic­toire contre le Red Star à Beau­vais (3-2). Que re­te­nez­vous de ce match ? Ce­la a été un match un peu bi­zarre. On est me­né à la mi­temps sans le mé­ri­ter vrai­ment. Mais on a eu une bonne ré­ac­tion en deuxième pé­riode où on marque deux fois. Néan­moins, on se fait éga­li­ser bê­te­ment avant de l’em­por­ter sur un pe­nal­ty. On ne peut pas se sa­tis­faire de notre pres­ta­tion dé­fen­sive mais on est ac­tuel­le­ment en réus­site sur le plan of­fen­sif. Ce­la nous per­met de ga­gner même en en­cais­sant deux buts comme contre Va­len­ciennes.

■ Ce­la vous in­quiète ? S’il faut mar­quer trois fois pour ga­gner, ce­la risque d’être com­pli­qué. En dé­but de sai­son, c’était le contraire : on mar­quait peu mais on en­cais­sait peu de buts. On avait fait 0­0 contre Châ­teau­roux ou ga­gné 1­0 contre Niort. En ce mo­ment, on n’est pour­tant pas moins équi­li­bré mais on est plus ef­fi­cace. Et puis, il faut ajou­ter que notre dé­fense a été cham­bou­lée ces der­niers temps. On a joué sans trois des ti­tu­laires du dé­but de sai­son lors des trois der­niers matchs. On com­met des er­reurs que l’on peut mettre sur le coup d’un manque d’au­to­ma­tismes.

■ Hui­tièmes avec 14 pts : comment qua­li­fiez-vous votre dé­but de sai­son ? Plu­tôt bon. Quand on ar­rive en L2, ce n’est ja­mais fa­cile. Le GF 38 a certes un pas­sé en Ligue 2 et en Ligue 1. Mais il était des­cen­du jus­qu’en CFA2 il y a sept ans. C’est un club qui re­vient du plus pro­fond du ni­veau ama­teur. Pour nous, l’ob­jec­tif se­ra de nous main­te­nir le plus vite pos­sible. Re­trou­ver ce ni­veau avec un groupe qui a été re­con­duit presque dans son in­té­gra­li­té avec l’ap­port de quatre ou cinq re­crues, c’était un peu par­tir à la dé­cou­verte. Mais Gre­noble, en Na­tio­nal ou CFA, avait pu recruter de bons joueurs qui, au fil des sai­sons, se sont trans­for­més en bons joueurs de L2.

■ La L2, vous la con­nais­sez bien aus­si ? Oui, c’est là où j’ai oeu­vré la ma­jeure par­tie de ma car­rière.

■ Quel re­gard por­tez-vous sur ce dé­but de cham­pion­nat ? Il y a des équipes qui ont ra­té leur dé­but. C’est éton­nant de voir Nan­cy, Auxerre, voire Troyes ou l’AC Ajac­cio si bas. In­ver­se­ment, il y a trois ou quatre équipes avec qui on ne pour­ra pas ri­va­li­ser, comme Metz, Lens sur­tout, mais aus­si Lo­rient et Brest. ■

PHO­TO R BRU­NEL

HIN­SCH­BER­GER. « S’il faut mar­quer trois fois à chaque fois pour ga­gner, ce­la risque d’être com­pli­qué. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.