Nour­ri­ture

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Magazine - M. F.

Jean de Ros­nay est l’in­ven­teur du terme mal­bouffe (1970). Mais c’est L’aile ou la Cuisse (1976) qui offre un plat de ré­sis­tance à cette den­rée. De Fu­nès et Co­luche y dé­noncent, entre autres, ces pâtes chi­miques de­ve­nant des pou­lets rô­tis et ces ali­ments ver­dâtres à faire pâ­lir une lai­tue. Un film à re­dif­fu­ser en di­rec­tion des jeunes. À preuve ce me­nu du jour du Col­lège cu­li­naire de France : 87 % des gé­né­ra­tions mon­tantes ne savent pas de quel ani­mal pro­vient le jam­bon, croient que les frites poussent dans la terre, et que les pois­sons sont car­rés. Beurk ! De là à dire qu’il faut mettre le ham­bur­ger au ré­gime, ce se­rait faire af­front à Maï­té qui a lan­cé à la té­lé (1992) le pre­mier « bur­ger made in France ». Avec, s’il vous plaît, du ma­gret et du foie gras chaud ! Au­jourd’hui une va­riante du ham­bur­ger (il a dé­trô­né le cé­lèbre jam­bon-beurre) se re­trouve sur les tables de chefs. Avec une viande cer­ti­fiée d’ani­maux nour­ris à l’herbe. Ac­cep­ter la mal­bouffe est une at­teinte à l’adage du « bien man­ger pour mieux vivre ». Une source de ma­la­die. Soi­gnons-nous ! Dans l’an­ti­qui­té grecque, Hip­po­crate l’af­firme dé­jà avec force : « Que ton mé­di­ca­ment soit dans ta nour­ri­ture. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.