Chamalières sou­haite se main­te­nir et conti­nuer à se construire

■ Les Pan­thères lancent leur sai­son au Can­net, ce soir (20 heures)

La Montagne (Clermont-Limagne) - - La Une - Ma­non PER­FET­TI Pho­to : Jean-Louis Gorce

VOL­LEY-BALL. Le club pro­fes­sion­nel en­tame sa deuxième sai­son d’af­fi­lée en Ligue A Fé­mi­nine, ce soir (20 heures), sur le ter­rain du Can­net.

Chamalières aborde sa deuxième sai­son de rang en Ligue A Fé­mi­nine. Un cham­pion­nat à 14 équipes avec la pro­mo­tion de France Ave­nir 2024, ex-IFVB, où les Pan­thères vi­se­ront le main­tien.

LJean-Fran­çois Nu­nez

a sai­son du re­nou­veau. Le cham­pion­nat de France de Ligue A Fé­mi­nine n’a pas to­ta­le­ment fait peau neuve, mais cet exer­cice 2018­2019 porte bien le sceau du chan­ge­ment. Avec 14 équipes sur la ligne de dé­part contre 12 ces der­nières sai­sons, des phases fi­nales qui concernent tou­jours les huit pre­miers mais une seule des­cente pro­gram­mée (lire pré

ci­sions ci­des­sus), la Ligue Na­tio­nale de Vol­ley a donc op­té pour un nou­veau sché­ma de com­pé­ti­tion.

Une for­mule lé­gè­re­ment dé­pous­sié­rée avec la pro­mo­tion d’of­fice de France Ave­nir 2024, an­cien­ne­ment IFVB, dans la pers­pec­tive de pré­pa­rer la fu­ture équipe de France fé­mi­nine pour les jeux Olym­piques de Pa­ris. Dans les faits, ce­la ne mo­di­fie pas fon­ciè­re­ment l’ap­proche du Vol­ley­Ball Club de Chamalières, plus que ja­mais as­pi­rant au main­tien pour sa deuxième sai­son consé­cu­tive en Ligue A Fé­mi­nine.

« Avec une seule des­cente pré­vue, il fau­dra donc lais­ser une équipe der­rière nous, peut­être deux si France Ave­nir 2024, qui ne peut pas des­cendre, ter­mine der­nier, pré­cise At­man Tou­ba­ni. Il fau­dra al­ler cher­cher un ex­ploit spor­tif dans un cham­pion­nat où le ni­veau ne cesse d’aug­men­ter. Les ef­fec­tifs sont de plus en plus équi­li­brés. Mou­gins et Marcq­en­Ba­roeul, les pro­mus spor­tifs, ain­si que Quim­per, ont mis le pa­quet fi­nan­ciè­re­ment. Il va fal­loir faire mieux que ces équipes. »

Chamalières en­dosse en­core une fois le plus pe­tit rôle de Ligue A Fé­mi­nine, mais pas ques­tion de voir le verre à moi­tié vide. Une dy­na­mique po­si­tive anime les dif­fé­rents ac­teurs du club, sur et en de­hors du ter­rain. A com­men­cer par le tech­ni­cien. Par­ti en­traî­ner aux EtatsU­nis cet été, At­man Tou­ba­ni s’est en ef­fet ou­vert. Une nou­ velle vi­sion qui lui donne en­vie de da­van­tage pro­fi­ter pour per­mettre à Chamalières et son bud­get de 700.000 € de sai­sir sa chance dans un contexte où il n’est pas le mieux lo­ti.

Quand Le Can­net, avec un pré­vi­sion­nel fixé à 3,5 M€, aligne un col­lec­tif de 17 joueuses et des postes dou­blés et cer­tains tri­plés, Chamalières mise sur un groupe plus ser­ré avec seule­ment neuf pro­fes­sion­nelles, dont deux cen­trales. Un re­cru­te­ment ci­blé avec des élé­ments ayant la connais­sance de l’Eu­rope et des cham­pion­nats avec de l’en­jeu comme Dia­na Ar­re­chea et Aman­da Brown. Un groupe avec des pro­fils plu­tôt ath­lé­tiques et une concep­tion de jeu avec trois poin­tues, ce qui reste aty­pique.

« Le main­tien se­ra un ex­ploit, concède At­man Tou­ba­ni. Mais

je suis fier de la po­li­tique im­pul­sée par les di­ri­geants. Ce se­ra dur pour tout le monde. On est sur un fil à tous les ni­veaux, mais mon nerf de la guerre c’est la vic­toire. Le dé­but de sai­son comp­te­ra énor­mé­ment avec deux dé­pla­ce­ments chez des té­nors et les ré­cep­tions de deux concur­rents di­rects. »

Sur le ter­rain du Can­net, ce soir (20 heures), pour le lan­ce­ment de la sai­son, comme à Nantes, le 2 no­vembre, Chamalières sait où il met les pieds. En re­vanche, les deux pre­mières ré­cep­tions à Cha­trousse, France Ave­nir 2024 sa­me­di pro­chain, puis celle de Mou­gins le 10 no­vembre don­ne­ront une pre­mière ten­dance réa­liste. Face à des ad­ver­saires di­rects, Chamalières de­vra ra­fler la mise et sur­tout ne rien lais­ser à ses ad­ver­saires.

« C’est à la fois dan­ge­reux et bien de les af­fron­ter vite, pour­suit l’en­traî­neur. L’am­bi­tion se­ra de prendre ra­pi­de­ment des points. Mieux vaut faire la course de­vant au clas­se­ment. Ce sont dé­jà des matchs pour le main­tien. » Psy­cho­lo­gi­que­ment bien sûr. Ma­thé­ma­ti­que­ment sur­tout.

« La connais­sance de l’Eu­rope et des cham­pion­nats avec de l’en­jeu »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.