Rome pro­met à l’UE de conte­nir la dette

La Montagne (Clermont-Limagne) - - France & Monde -

La coa­li­tion po­pu­liste au pou­voir en Ita­lie a main­te­nu in­chan­gées ses pré­vi­sions de bud­get, sans creu­ser da­van­tage le dé­fi­cit ou la dette.

La coa­li­tion for­mée de la Ligue (ex­trême droite) et du Mou­ve­ment 5 étoiles (M5S, an­ti­sys­tème) a ré­af­fir­mé son at­ta­che­ment à l’Union eu­ro­péenne et à la zone eu­ro, as­su­rant qu’il n’y avait « au­cune chance » que l’Ita­lie en sorte.

Le gou­ver­ne­ment pré­voit un dé­fi­cit à 2,4 % du PIB en 2019, contre 0,8 % pour le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment, puis à 2,1 % en 2020 (contre 0) et à 1,8 % en 2021. Dans le même temps, Rome s’est en­ga­gé à por­ter la dette pu­blique, ac­tuel­le­ment à quelque 131 % du PIB, à 126,5 % en 2021.

Alors que Bruxelles l’avait som­mée de lui four­nir hier des « cla­ri­fi­ca­tions » sur son bud­get, « ju­gé hors des clous » eu­ro­péens, l’Ita­lie a main­te­nu le cap.

Dans une lettre de quatre pages, le gou­ver­ne­ment sou­ligne qu’il sa­vait que ce bud­get n’était « pas en ligne avec les normes du Pacte de sta­bi­li­té et de crois­sance ».

Dé­ci­sion dif­fi­cile

« C’était une dé­ci­sion dif­fi­cile mais né­ces­saire à la lu­mière du re­tard pour re­trou­ver le ni­veau de PIB d’avant la crise et des condi­tions éco­no­miques dra­ma­tiques dans les­quelles se trouvent les couches les plus désa­van­ta­gées de la so­cié­té ita­lienne », as­sure le gou­ver­ne­ment dans cette lettre.

Mais « si les rap­ports dette/PIB et dé­fi­cit/PIB ne de­vaient pas être en ligne avec ce qui est pré­vu, le gou­ver­ne­ment s’en­gage à in­ter­ve­nir en adop­tant toutes les me­sures né­ces­saires afin que les ob­jec­tifs in­di­qués soient ri­gou­reu­se­ment res­pec­tés », ajoute­t­il. ■

PHO­TO AFP

COM­PLICES. Giu­seppe Conte et Lui­gi di Maio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.