Ça va chauf­fer en Au­vergne

La Montagne (Clermont-Limagne) - - La Une - Phi­lippe Cros

■ RI­VIÈRES. La tem­pé­ra­ture de l’eau des ri­vières de­vrait aug­men­ter de 1,1 °C à 2 °C. Cette évo­lu­tion au­ra des consé­quences né­ga­tives pour la vie aqua­tique et pour les usages de l’eau. ■ PRÉ­VI­SIONS. Dans l’ave­nir, le prin­temps au­ra ten­dance à s’as­sé­cher tan­dis que les pré­ci­pi­ta­tions se­ront plus im­por­tantes l’été et en au­tomne.

Les agri­cul­teurs du Mas­sif cen­tral se pré­parent dé­jà à des prin­temps plus secs et des hi­vers moins froids à l’ho­ri­zon 2050, d’après une étude ter­ri­to­riale ex­clu­sive. À l’échelle d’une vie pro­fes­sion­nelle, ce n’est pas de la science-fic­tion : c’est dé­jà la réa­li­té du ter­rain.

Sec, l’été a été sec. L’au­tomne idem. C’est de la mé­téo, pas de l’étude cli­ma­tique ; mais im­pos­sible de ne pas ac­ti­ver notre sys­tème d’alerte même si l’an­née que nous vi­vons n’est pas for­cé­ment – im­pos­sible d’être ca­té­go­rique – un exemple de ce qui nous at­tend. Elle nous fait pour­tant tou­cher du doigt une réa­li­té qui se­ra bien plus fré­quente dans trente ans.

Les ré­sul­tats d’une étude lo­cale in­édite. Une herbe qui pousse dès la fin d’un hi­ver plus doux. Et qui jau­nit l’été. Des maïs et des cé­réales plus sen­sibles à l’échau­dage. Des ven­danges plus pré­coces. Pour les agri­cul­teurs, l’évo­lu­tion cli­ma­tique ne se conjugue pas au fu­tur.

« On voit bien que le cli­mat évo­lue mais on est en­core dans une phase d’adap­ta­tion et de ré­ac­tion, ex­plique Oli­vier Tou­rand, élu de la Chambre d’Agri­cul­ture de la Creuse. Après plu­sieurs sé­che­resses, il y a six ans, on s’est dit que l’on ne pou­vait plus su­bir. » L’élu agri­cole est au­jourd’hui à la ma­noeuvre du pro­jet AP3C (pour Adap­ta­tion des pra­tiques cultu­rales au chan­ge­ment cli­ma­tique) lan­cé à l’échelle de onze dé­par­te­ments du Mas­sif cen­tral (*).

Pour avoir des don­nées au plus près du ter­rain, et ne pas s’ap­puyer sur des rap­ports plus gé­né­raux, il a été dé­ci­dé de créer des pro­jec­tions propres au Mas­sif cen­tral, sous la di­rec­tion d’un cli­ma­to­logue is­su de Mé­téo France, Vincent Cailliez. Avec « énor­mé­ment de don­nées ob­ser­vées » sur le ter­rain, c’est­àdire en mo­bi­li­sant les don­nées d’une cen­taine de sta­tions mé­téo­ro­lo­giques sur le Mas­sif cen­tral, il a tra­cé les tra­jec­toires jus­ qu’en 2050, en se ba­sant sur les ob­ser­va­tions de 1980 à 2015 et dans l’hy­po­thèse mo­dé­rée d’une non­ac­cé­lé­ra­tion de l’évo­lu­tion cli­ma­tique dé­jà en cours.

Que faut-il re­te­nir du bi­lan cli­ma­tique ? Par sai­sons, c’est plus in­té­res­sant. « L’évo­lu­tion la plus ra­pide dans le Mas­sif cen­tral n’est pas en été, conclut le bi­lan cli­ma­tique. C’est au prin­temps que la tem­pé­ra­ture va aug­men­ter le plus (+ 2,5 °C sur 50 ans). » En été, il y a même des zones en Haute­Loire où la tem­pé­ra­ture aug­men­te­ra peu. En hi­ver, les hausses de tem­pé­ra­ture sont éga­le­ment plus im­por­tantes.

Pour la plu­vio­mé­trie, le cu­mul an­nuel est « re­la­ti­ve­ment stable ». C’est en­core la sai­son­na­li­té qui sur­prend. « Le prin­temps au­ra ten­dance à s’as­sé­cher tan­dis que les pré­ci­pi­ta­tions se­ront plus im­por­tantes l’été et en au­tomne », dé­taille Ma­rie Tis­sot, ani­ma­trice du pro­jet AP3C.

At­ten­tion, c’est une ten­dance : « On dit sou­vent en agri­cul­ture que les an­nées se suivent et ne se res­semblent pas : à l’ave­nir ce se­ra en­core plus vrai », pré­vient l’agro­nome.

Quelles consé­quences pour l’agri­cul­ture ? Ce tra­vail per­met de mon­trer que l’ana­lyse lo­cale du chan­ge­ment cli­ma­tique ne cor­res­pond pas for­cé­ment aux conclu­sions de la mo­dé­li­sa­tion cli­ma­tique glo­bale.

Pour les agri­cul­teurs, en de­mande de so­lu­tions, la pro­chaine étape se­ra le « comment on s’adapte ? » « L’ob­jec­tif est de pro­po­ser des pistes d’adap­ta­tion à l’échelle de la par­celle mais aus­si à celle de l’en­semble du sys­tème d’ex­ploi­ta­tion. Concrè­te­ment, c’est de pou­voir dire à un jeune que, dans cer­taines zones, telle culture ne pous­se­ra pas trois an­nées sur quatre », a ci­té en exemple Oli­vier Tou­rand, de­vant des pro­fes­sion­nels au der­nier Som­met de l’éle­vage. ■

(*) Al­lier, Loire, Puy­de­Dôme, HauteLoire, Creuse, Haute­Vienne, Cor­rèze, Can­tal, Lot, Avey­ron et Lo­zère.

PHO­TO JEAN-LOUIS GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.