Al­ler sif­fler, là-haut, en Top 14 et plus

Clé­mence Cor­nut fait par­tie des rares ar­bitres femmes sur les ter­rains de l’Ova­lie

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Sports Journées De L'arbitrage - Sté­pha­nie Mer­zet Twit­ter : @steph – mer­zet

Un après-mi­di dans un stade à Cour­non. Sur le pré, 30 rug­by­men et « une » ar­bitre. Il s’agit de Clé­mence Cor­nut, une femme de 22 ans, très à l’aise au sif­flet pour di­ri­ger cette ren­contre 100 % mas­cu­line.

Le rug­by fé­mi­nin est en plein es­sor. Et ce­la ne concerne pas seule­ment les joueuses. Les ar­bitres aus­si. Der­rière ce phé­no­mène, une vo­lon­té af­fi­chée de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rug­by et de la Ligue Au­RA pour fa­ci­li­ter le par­cours des filles qui sou­haitent se lan­cer sur cette voie. Tou­te­fois, pour Clé­mence Cor­nut, au­cune di­rec­tion ne lui a été né­ces­saire afin de prendre ce che­min. Elle avait de nais­sance un « GPS rug­by » et un sif­flet. « Il y a des joueurs dans ma fa­mille et mon pa­pa est ar­bitre », glisse­t­elle avec le sou­rire. C’est ain­si qu’à l’âge de 17 ans, elle en­clenche la pre­mière vi­tesse pour jouer un autre rôle sur le ter­rain que rug­by­wo­man : « J’étais dans la sec­tion rug­by du ly­cée de Brioude­Bon­ne­font et j’étais cu­rieuse d’ap­pro­fon­dir le rè­gle­ment de ce jeu, d’avoir une autre vi­sion de ce sport. »

Clé­mence pas­sa alors les mo­dules et exa­men obli­ga­toires. Elle al­la aus­si sur les ter­rains pour ap­prendre les rouages de la fonc­tion ac­com­pa­gnée de son pa­pa (for­ma­teur sur le sec­teur de la Haute­Loire).

Au­jourd’hui, cette Al­ti­li­gé­rienne est étu­diante en Mas­ter du ma­na­ge­ment du sport à Cler­mont­Ferrand et elle a pro­fi­té de ce cur­sus pour bé­né­fi­cier des cours du PERF Ar­bi­trage (le Pôle uni­ver­si­taire d’Ex­per­tise, de Re­cherche et de For­ma­tion dans l’Ar­bi­trage, voir page sui

vante). « Pour moi, c’était comme des cours sup­plé­men­taires. Grâce à cette struc­ture, j’ai pu bé­né­fi­cier de no­tions de pré­pa­ra­tion phy­sique, de l’uti­li­sa­tion de l’ou­til vi­déo, des conseils pour que mes dé­ci­sions ne soient pas in­fluen­cées par un joueur. Grâce à ça, j’ai pu évo­luer plus vite », dé­taille­t­elle.

La jeune ar­bitre in­ter­vient sur tous les ter­rains de ni­veau ré­ gio­nal se­niors. On peut aus­si l’aper­ce­voir comme juge de touche sur des ren­contres à l’éche­lon su­pé­rieur. « Il y a deux se­maines, j’ai opé­ré cette mis­sion à l’oc­ca­sion du match des filles de l’ASM Ro­ma­gnat contre Mont­pel­lier en Élite 1. Mais 99 % des ren­contres où j’of­fi­cie sont avec des hommes car je suis aus­si joueuse à La Plaine. Il ne faut pas qu’il y ait de conflit d’in­té­rêt. » Mais ar­bi­trer des hommes n’est­il pas une tâche dif­fi­cile quand on est une femme ? « Pas du tout. Je n’ai ja­mais su­bi de si­tua­tions com­pli­quées ou de ré­flexions de joueurs, par contre il y en a eu, par­fois, pro­ve­nant de sup­por­ters ou d’en­traî­neurs. Mais au rug­by, on res­pecte l’ar­bitre glo­ba­le­ment. Au foot, c’est dif­fé­rent », note­t­elle.

Et elle ne doute pas que l’ap­proche fé­mi­nine en ma­tière d’ar­bi­trage re­pré­sente un autre style par rap­port à ses ho­mo­logues mas­cu­lins. « La pé­da­go­gie n’est pas la même, nous ex­pli­quons les choses avec une autre ma­nière », af­firme la jeune femme qui n’hé­site pas à se re­mettre en cause à chaque pres­ta­tion sif­flet en main. « J’ai un coach pour m’ai­der, il m’ac­com­pagne sur les matchs et s’ils sont fil­més, il pousse en­core plus loin l’ana­lyse pour me don­ner des axes de pro­gres­sion. »

Et puis Clé­mence dis­pose d’autres atouts. Elle est tou­jours joueuse et a évo­lué à dif­fé­rents postes (1re, 2e et 3e ligne, de­mi d’ou­ver­ture et centre) lui per­met­tant de connaître les spé­ci­fi­ci­tés et les exi­gences de cha­cun. Au­jourd’hui, l’ar­bi­trage est sa prio­ri­té. Son coach à La Plaine le sait. Entre ar­bi­trer et jouer, Clé­mence a dé­ci­dé. « Mon ob­jec­tif est d’of­fi­cier au plus haut ni­veau que je pour­rai. Je suis consciente de mes ca­pa­ci­tés et je vois d’abord sur le court terme. Mais évi­dem­ment qu’ar­bi­trer une ren­contre de Top 14 ou de Coupe d’Eu­rope me fait rê­ver. » En tout cas, Clé­mence se donne les moyens pour y ar­ri­ver. La femme est un homme comme un autre, y com­pris sur un ter­rain de rug­by.

« Je n’ai ja­mais su­bi de ré­flexions de la part des joueurs »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.