« On a mis les in­gré­dients »

■ Franck Pa­na­fieu (Is­soire) se montre sa­tis­fait

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Sports Auvergne -

Les rug­by­men de l’US Is­soire sont al­lés ar­ra­cher le match nul (23-23) di­manche sur la pe­louse du lea­der Pé­ri­gueux. Un ex­cellent ré­sul­tat pour Franck Pa­na­fieu, le ma­na­ger is­soi­rien, qui se fé­li­cite d’avoir re­trou­vé une équipe d’Is­soire là où il l’at­ten­dait.

■ Ce match nul est sans au­cun doute un bon ré­sul­tat… En ef­fet. Je peux, sans contes­ta­tion pos­sible, dire oui. On a as­sis­té à une belle ren­contre de Fé­dé­rale 2 entre deux for­ma­tions qui étaient là où on les at­ten­dait. Cô­té comp­table, Pé­ri­gueux fait une moins bonne opé­ra­tion que nous. C’est même pour moi une contre­per­for­mance, car c’est la pre­mière fois, cette sai­son, qu’ils se font ac­cro­cher sur leur ter­rain et qu’ils laissent des points en route. Quant à nous, ce ré­sul­tat est à la hau­teur de ce­lui que l’on était ve­nu cher­cher. Il y a sta­tu quo en tête de poule, en sa­chant que nous les re­ce­vrons en phase re­tour. On reste deuxième avec trois lon­gueurs de re­tard, ce qui nous laisse toute la­ti­tude de re­ve­nir à leur hau­teur d’ici la trêve. L’ob­jec­tif était de ne pas lais­ser nos hôtes faire ca­va­liers seuls de­vant. On ra­mène deux points, ce qui nous per­met éga­le­ment de pré­ser­ver cinq points sur notre pre­mier pour­sui­vant Or­léans et six sur Li­moges.

■ Il y a quinze jours à Cour­non, vos joueurs étaient pas­sés à cô­té de leur match. Contre Pé­ri­gueux le com­por­te­ment a été bien dif­fé­rent… Il n’y a rien de com­pa­rable. À Cour­non on a ba­foué les va­leurs de notre sport en ou­bliant qu’au rug­by, pour es­pé­rer faire quelque chose, il faut d’abord s’en don­ner les moyens et ne pas ou­blier les bases. Di­manche, à Pé­ri­gueux, on a mis les in­gré­dients qu’il fal­lait. On a re­trou­vé la bonne at­ti­tude col­lec­tive en jouant juste et sur­tout sans ja­mais rien lâ­cher. La preuve, on per­ dait 23 à 15 à dix mi­nutes de la fin du temps ré­gle­men­taire et à force de per­sé­vé­rance on est re­ve­nu à por­tée, avant d’éga­li­ser à deux mi­nutes du terme. Rien à voir avec notre com­por­te­ment face à Cour­non.

■ Quelle est votre ana­lyse de cette ren­contre ? Pour moi, c’est un vrai match de haut de ta­bleau de Fé­dé­rale 2. On a joué une très belle équipe de Pé­ri­gueux, gaillarde et très mo­bile. Aus­si, nos gars ont dû s’en­voyer pour les conte­nir. Et lo­gi­que­ment, on a été beau­coup sanc­tion­né. On prend trois car­tons. On a même évo­lué à 12 du­rant deux mi­nutes. La par­tie a été très en­ga­gée avec du com­bat in­tense de part et d’autre. De notre cô­té, je re­tien­drai l’ex­cellent état d’es­prit de nos joueurs. Ils ont re­mis les pen­dules à l’heure sur le ter­rain face à l’une des meilleures équipes du cham­pion­nat. On va sa­vou­rer ce bon ré­sul­tat mais très vite on va de­voir se re­mettre en mode tra­vail. Car on doit im­pé­ra­ti­ve­ment va­li­der tout ce­la par une vic­toire le wee­kend pro­chain lors de la ré­cep­tion de Bourges. ■

PHO­TO ÉRIC BAYARD

AB­NÉ­GA­TION. À Pé­ri­gueux, Is­soire a re­trou­vé les va­leurs qui lui avaient fait dé­faut à Cour­non.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.