Contre les sup­pres­sions de postes

■ Mo­bi­li­sa­tion d’am­pleur se­lon les syn­di­cats, li­mi­tée d’après le gou­ver­ne­ment

La Montagne (Clermont-Limagne) - - France & Monde Actualités -

La grève contre les sup­pres­sions de postes dans l’Édu­ca­tion était sui­vie, hier, par près d’un en­sei­gnant sur deux dans le se­cond de­gré et un sur quatre dans le pri­maire, se­lon les syn­di­cats. Le mi­nis­tère n’a re­cen­sé que 10 % de gré­vistes dont cer­tains ont dé­fi­lé dans plu­sieurs villes en France.

«Vingt­cinq pour cent des en­sei­gnants du pre­mier de­gré étaient en grève, hier, pour exi­ger un autre bud­get et une autre po­li­tique édu­ca­tive », a in­di­qué à la mi­jour­née le Snuipp­FSU, pre­mier syn­di­cat dans le pri­maire. Du cô­té des en­sei­gnants du se­cond de­gré (col­lège et ly­cée), « près d’un sur deux est en grève », a re­cen­sé le Snes­FSU, pre­mier syn­di­cat dans le se­con­daire, ju­geant que « c’est un mé­con­ten­te­ment pro­fond qui s’ex­prime ».

Les taux de gré­vistes com­mu­ni­qué par le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion sont bien moindres : 8,7 % dans le pre­mier de­gré, 13,8 % dans le se­cond de­gré, soit une moyenne gé­né­rale de près de 10 % chez l’en­semble des per­son­nels (11,3 % chez les seuls en­sei­gnants) pour cette pre­mière mo­bi­li­sa­tion d’am­pleur contre la po­li­tique du mi­nistre de l’Édu­ca­tion, Jean­Mi­chel Blan­quer.

Des ma­ni­fes­ta­tions étaient pa­ral­lè­le­ment pré­vues dans les grandes villes. À Pa­ris, le cor­tège de plu­sieurs cen­taines de per­sonnes s’est élan­cé du jar­din du Luxem­bourg pour ral­lier le mi­nis­tère peu après 14 heures sous une ban­de­role in­di­quant : « Pour une autre po­li­tique dans l’édu­ca­tion. Re­fus de toutes les sup­pres­sions de postes ».

« Plus ten­du »

« On nous dit qu’on va sup­pri­mer des postes alors qu’on a des ré­formes dans le se­con­daire et une hausse de la dé­mo­gra­phie des élèves », a dé­cla­ré Fré­dé­ric Mar­chand, se­cré­taire gé­né­ral de la fé­dé­ra­tion SE­Un­sa.

Toutes les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales se re­trouvent sur un socle com­mun : « les sup­pres­sions de postes ; tout le monde s’est mis d’ac­cord pour dire stop », a ex­pli­qué Sté­phane Cro­chet, à la tête du SE­Un­sa édu­ca­tion.

Se­lon le syn­di­ca­liste, c’est la pre­mière fois de­puis 2011 qu’un ap­pel à la grève dans l’édu­ca­tion ras­semble toutes les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales, de la ma­ ter­nelle au ly­cée, dans le pu­blic et dans le pri­vé.

So­phie Sau­va­geot, conseillère prin­ci­pale d’édu­ca­tion (CPE) au ly­cée po­ly­va­lent Gus­tave­Mo­nod d’En­ghien­les­Bains (Val d’Oise), ex­plique que son éta­blis­se­ment a « per­du 7 per­sonnes l’an der­nier dans l’équipe de vie sco­laire alors qu’il y en avait 18 l’an­née d’avant. C’est plus ten­du parce que les élèves sentent que l’adulte n’est plus là ».

À Mar­seille, la ma­ni­fes­ta­tion a réuni dans la ma­ti­née 1.000 per­

sonnes, se­lon la po­lice. « Ça fait un an que le gou­ver­ne­ment fait du mar­ke­ting avec un dis­cours très sé­dui­sant pour les fa­milles, mais sa ré­forme se tra­duit en fait par des sup­pres­sions de postes », a dé­cla­ré Laurent Tra­mo­ni, res­pon­sable ré­gio­nal du Snes­FSU.

Quelque 800 per­sonnes ont aus­si dé­fi­lé à Caen, et 700 à Cler­mond­Fer­rand, se­lon les pré­fec­tures. À Saint­Étienne, une ma­ni­fes­ta­tion a réuni un mil­lier de per­sonnes se­lon les or­ga­ni­sa­teurs, 700 d’après la po­lice. ■

PHO­TO AFP

MA­NI­FES­TA­TION. Toutes les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales se sont re­trou­vées sur un socle com­mun.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.