Flau­raud en pleine phase d’ac­cé­lé­ra­tion

■ Ac­tion­naire, stra­té­gie et pro­duits nou­veaux pour le groupe ba­sé à Cler­mont­Fer­rand

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Les Mardis De L'economie - Pa­trice Cam­po pa­trice.cam­[email protected]­tre­france.com

L’an­cien groupe fa­mi­lial d’Au­rillac a pris une autre di­men­sion de­puis son ins­tal­la­tion à Cler­mont-Fer­rand en 2012. Il a chan­gé de main à deux re­prises dans l’in­ter­valle et veut dou­bler son ac­ti­vi­té d’ici 2021.

Le groupe Flau­raud, em­blème au­ver­gnat du sec­teur de l’équi­pe­ment au­to­mo­bile, évo­lue sous pa­villon suisse de­puis juin 2017 et son ra­chat par le dis­tri­bu­teur Émile Frey. Lui­même a ab­sor­bé PGA Mo­tors (groupe Volks­wa­gen), qui avait ra­che­té l’en­tre­prise à la fa­mille fon­da­trice fin 2017.

De­puis cette date, Er­wann Cha­te­lais as­sure la di­rec­tion gé­né­rale et en­tend pour­suivre la po­li­tique de crois­sance en­ta­mée dès son ar­ri­vée.

100 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires

« Nous sommes le cin­quième dis­tri­bu­teur fran­çais mais ne pe­sons que 1 % de notre mar­ché, l’après­vente au­to­mo­bile. Notre am­bi­tion, par crois­sance in­terne et ex­terne, est de dou­bler notre taille en trois ans, c’est­à­dire d’ici 2021. »

Pour le di­ri­geant, ce­la si­gni­fie d’abord dou­bler le chiffre d’af­faires ac­tuel de 100 mil­lions d’eu­ros. Quant à l’ef­fec­tif, 550 col­ la­bo­ra­teurs évo­luent à 92 % sur Flau­raud France, le reste se ré­par­tis­sant entre les fi­liales ita­lienne et es­pa­gnole, il ne dou­ble­ra pas for­cé­ment. « C’est dif­fi­cile à éva­luer no­tam­ment en rai­son de l’ac­cé­lé­ra­tion que nous pré­voyons sur la par­tie di­gi­tale, pour­suit le di­ri­geant. Mais notre vo­lon­té reste de de­meu­rer au plus près de nos clients. Nous avons vingt­deux ma­ga­sins en France et cou­vrons un gros 10 % du ter­ri­toire. L’ob­jec­tif est d’en cou­vrir 100 %. »

L’ac­qui­si­tion, en juillet der­nier, d’AID à Mont­pel­lier (douze em­ployés, en­vi­ron deux mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires) consti­tuait une étape de ce dé­ploie­ment.

Les clients du groupe Flau­raud sont uni­que­ment des pro­fes­sion­nels du sec­teur (ga­ra­gistes, dis­tri­bu­teurs de pièces dé­ta­chées, etc.). Le gros­siste pos­sède une dou­zaine de marques propres et dis­tri­bue tous les grands équi­pe­men­tiers « sans être mo­no­marque, mais en pro­po­sant sys­té­ma­ti­que­ment une offre al­ter­na­tive », sou­ligne Er­wann Cha­te­lais. Une vo­lon­té dé­cli­née tant sur l’au­to­mo­bile que sur le poids lourd, qui pèse seu­le­ment 5 % de l’ac­ti­vi­té et re­pré­sente aus­si un axe fort de dé­ve­lop­pe­ment.

Cette crois­sance, le groupe veut la me­ner de­puis Cler­mont­Fer­rand, où se si­tuent son siège so­cial et sa base lo­gis­tique, à un car­re­four que les nou­veaux di­ri­geants consi­dèrent aus­si comme idéal. « De­puis le ra­chat, nous y avons in­ves­ti 4 M€ », rap­pelle Er­wann Cha­te­lais.

Quatre mil­lions in­ves­tis dans la base lo­gis­tique de Cler­mont

Et Flau­raud pour­suit sa route, même après le dé­part l’été der­nier de Tho­mas, der­nier re­pré­sen­tant de la fa­mille fon­da­trice dans l’en­tre­prise. « C’était la fin d’un cha­pitre mais nous ne chan­ge­rons pas de nom, as­sure le di­rec­teur gé­né­ral. Flau­raud, c’est une image de marque. Nous sommes un dis­tri­bu­teur lo­cal de­ve­nu na­tio­nal et qui en­tend l’être de plus en plus, près de ses clients. » ■

PHO­TOS FRÉ­DÉ­RIC MAR­QUER ET RÉ­MI DUGNE

VI­TRINE. Er­wann Cha­te­lais, di­rec­teur gé­né­ral du groupe Flau­raud de­puis fin 2017, lors du ré­cent sa­lon Ino­tech, à la Grance Halle de Cour­non, où le dis­tri­bu­teur réunit tous les deux ans clients et par­te­naires du­rant deux jours. En haut, à gauche, la base lo­gis­tique de Cler­mont-Fer­rand qui reste le centre né­vral­gique du groupe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.