LD Contrôles, une en­tre­prise can­ta­lienne en bé­ton

■ La so­cié­té a mul­ti­plié les im­plan­ta­tions de la­bo­ra­toires sur le ter­ri­toire en onze an­nées

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Les Mardis De L'economie - Pierre Ray­naud

L’aven­ture de LD Contrôles est née d’une op­por­tu­ni­té. Fa­brice La­pié, Laurent Du­jols et Ni­co­las Breuil ont pro­fi­té du re­cen­trage des ac­ti­vi­tés du ci­men­tier Vi­cat pour re­prendre le la­bo­ra­toire au­rilla­cois de ce groupe. Ce ra­chat s’ac­com­pagne tou­te­fois d’une res­tric­tion : LD Contrôles ne peut pas mul­ti­plier ses im­plan­ta­tions du­rant cinq ans.

Les trois as­so­ciés mettent à pro­fit ce quin­quen­nat pour peau­fi­ner leur dé­ve­lop­pe­ment et leur stra­té­gie. Ils dé­mé­nagent en 2011 à Nau­celles, à proxi­mi­té d’Au­rillac, un site de­ve­nu au­jourd’hui le siège de l’en­semble du ré­seau. Un an plus tard, la so­cié­té d’études et d’es­sais dans le do­maine des bé­tons, des ci­ments et des gra­nu­lats en­tame une nou­velle phase.

« On a mon­té une fran­chise, LD Contrôles est de­ve­nue une marque », rap­pelle Fa­brice La­pié, le di­rec­teur gé­né­ral du ré­seau. L’en­tre­prise tisse sa toile dans l’Hexa­gone en bâ­tis­sant un ré­seau na­tio­nal de­puis le Can­tal. Des la­bo­ra­toires fleu­rissent à Pa­ris, à Ar­ras, à Lyon, à Cler­mont, à Bor­deaux… Un maillage de onze en­ti­tés pour cou­vrir le ter­ri­toire et « pro­po­ser une qua­li­té et un ser­vice de haute vo­lée ».

Le dé­ve­lop­pe­ment de LD Contrôles est rai­son­né. À chaque ou­ver­ture d’un la­bo­ra­toire, la so­cié­té prend une nou­velle com­pé­tence « mise à dis­po­si­ tion de l’en­semble du ré­seau, comme le trai­te­ment des eaux ou le contrôle des fon­da­tions pro­fondes. La force de notre ré­seau, c’est de par­ta­ger nos in­for­ma­tions et de par­ta­ger nos com­pé­tences », sou­ligne Fa­brice La­pié. Un choix qui a per­mis à LD Contrôles, in­dé­pen­dant de tout groupe, de ga­gner en ex­per­tise et de de­ve­nir en onze ans une ré­fé­rence na­tio­nale au­près des PME, qui pèsent pour 80 % dans le chiffre d’af­faires de la so­cié­té, jus­qu’aux ma­jors de la pro­fes­sion (Eif­fage, Vin­ci, Bouygues, En­gie, Are­va, etc.). Dès la pré­pa­ra­tion du chan­tier, les tech­ni­ciens de la so­cié­té ap­portent leurs conseils, par exemple, sur le choix des bé­tons les plus ap­pro­priés et réa­lisent des for­mu­la­tions.

Grand Pa­ris, Las­caux, ré­ac­teur nu­cléaire…

L’en­tre­prise contrôle les bé­tons dans les nou­velles lignes de mé­tro du Grand Pa­ris, des cel­lules de ra­dio­gra­phie dans les hô­pi­ taux, du ré­ac­teur nu­cléaire Ca­da­rache (Bouches­duR­hône) et a, aus­si, me­né toutes les études bé­ton de la ré­plique de la grotte de Las­caux.

Mais il n’y a pas que le bé­ton dans la vie de LD Contrôles : « On a élar­gi notre coeur de mé­tier. Les bé­tons et les gra­nu­lats, qui re­pré­sen­taient 80 % de notre ac­ti­vi­té à nos dé­buts, pèsent au­jourd’hui 35 %. On est de­ve­nu des ex­perts dans d’autres do­maines comme le trai­te­ment des eaux, la mé­tro­lo­gie, les re­jets dans les nappes phréa­tiques au­tour des car­rières… », af­firme le chef d’en­tre­prise.

La so­cié­té sous­traite moins et s’est équi­pée d’ou­tils de plus en plus per­for­mants. Ce qui se res­sent sur son chiffre d’af­faires, pas­sé de 300.000 € en 2007 à 4,5 mil­lions d’eu­ros l’an der­nier. Les ef­fec­tifs connaissent la même dy­na­mique : deux sa­la­riés au dé­but contre soixante au­jourd’hui. Dé­ci­dé­ment, LD Contrôles as­sure son dé­ve­lop­pe­ment tout en contrôle. ■

PHO­TO CH­RIS­TIAN STAVEL

NAU­CELLES. Trois à quatre ca­mions livrent chaque jour des ma­té­riaux pour des études au centre tech­nique de Nau­celles qui est le siège du ré­seau, dont le di­rec­teur gé­né­ral est Fa­brice La­pié (à droite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.