Le de­si­gn as­so­cié à l’éner­gie po­si­tive

■ Cour­non ac­cueille une nou­velle concep­tion de mai­son à hautes per­for­mances

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Puy-de-dôme Actualité - Pa­trick Ehme

Elle est sobre et de bon goût mais ne s’ar­rête pas là. La mai­son, bap­ti­sée Po­si­ti­vix, est, au-de­là de cet étrange pa­tro­nyme, un ber­ceau d’éner­gie po­si­tive et de ré­vo­lu­tions en termes d’évo­lu­tions et de ré­vo­lu­tions en­vi­ron­ne­men­tales.

Mal­gré son nom que l’on di­rait en tous points « Gos­cin­nyien », la mai­son Po­si­ti­vix n’a rien d’une hutte d’ir­ré­duc­tible Gau­lois. Tout au contraire. Elle est l’un des vingt pro­to­types de l’ha­bi­tat de de­main en France et le seul im­plan­té en Au­vergne, à Cour­non.

L’ha­bi­tat de de­main

Un spé­ci­men ex­pé­ri­men­tal, fruit du pro­gramme Co­me­pos (concep­tion et construc­tion op­ti­mi­sée de mai­son à éner­gie po­si­tive) fi­nan­cé par l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe), au­tour du­quel se sont as­so­ciés le Com­mis­sa­riat à l’éner­gie ato­mique (CEA), le CNRS, Les Mines, les uni­ver­si­tés de Gre­noble et Bor­deaux et le construc­teur Tra­di­mai­sons®.

Tout est à l’in­té­rieur

D’ap­pa­rence un cot­tage de deux étages, aux lignes si épu­rées que l’on pour­rait de prime abord les trou­ver presque ba­nales, mais qui cache der­rière ses murs des tré­sors d’in­no­va­tions et de tech­no­lo­gie. À com­men­cer par la lu­mière qui inonde d’en haut tout l’es­pace de vie et baigne, à tra­vers ses mul­tiples baies et puits, chaque pièce, du sa­lon jus­qu’aux salles de bains d’une sen­sa­tion fla­grante de bien­être.

Qui dit lu­mière pense bien sûr so­laire et, bien évi­dem­ment, l’éner­gie né­ces­saire au confort de l’en­semble est cap­tée par les onze pan­neaux pho­to­vol­taïques qui mi­roitent sur le toit, le tout re­layé par une chau­dière d’ap­pa­rence or­di­naire, si ce n’est qu’elle est pi­lo­tée, comme toute la mai­son, par un or­di­na­teur conçu par le CEA, dé­po­si­taire d’un bre­vet eu­ro­péen. Car, bien évi­dem­ment, Po­si­ti­vix est con­nec­té du sol jus­qu’au pla­fond : aus­si bien pour son éclai­rage que pour son chauf­fage ; pour la com­mande de ses ou­ver­tures, de son élec­tro­mé­na­ger comme pour toute l’élec­tro­nique qui y est em­bar­quée. Mais les raf­fi­ne­ments ne s’ar­rêtent pas là dans ce « home sweet home » nou­velle gé­né­ra­tion. Ils se cachent jusque dans les murs qui peuvent es­ca­mo­ter portes ou baies vi­trées tout comme les cloi­sons. De même qu’ils dis­si­mulent tous les câ­blages et toutes les ca­na­li­sa­tions lais­sant un in­té­rieur vierge de la moindre as­pé­ri­té.

Le nec plus ul­tra étant, sans nul doute, le sys­tème d’aé­ra­tion de la mai­son pour­vu de cais­sons de ven­ti­la­tion na­tu­relle à même de cas­ser les dif­fé­rentes strates de l’air am­biant pour une ré­par­ti­tion ho­mo­gène de la cha­leur en hi­ver ou de la cli­ma­ti­sa­tion en été.

So­brié­té, confort et per­for­mances

« Il offre la ca­pa­ci­té de faire ga­gner 5 °C dans un sens comme dans l’autre en fonc­tion du temps ou des sai­sons », pré­cise San­drine, res­pon­sable du pro­jet construc­teur.

Une ère nou­velle dans un air sain, puisque la mai­son, pour faire bonne me­sure, est éga­le­ment pour­vue d’un sys­tème dé­pol­lueur am­biant, consti­tué de plaque « ac­tiv air » à même d’ab­sor­ber les com­po­sants or­ga­niques vo­la­tiles (COV ) en sus­pen­sion dans l’en­vi­ron­ne­ment, por­teuses d’odeurs plus ou moins sub­tiles ou de pous­sières in­fimes.

Un co­con nour­ri d’éner­gie po­si­tive

Un co­con en un mot, nour­ri d’éner­gie po­si­tive, dont le sur­coût de construc­tion os­cille entre 12 et 20 % du prix d’une mai­son « clas­sique », or­phe­line de toutes ces op­ti­mi­sa­tions éco­lo­giques et en­vi­ron­ne­men­tales.

Soit pour ce « spé­ci­men » au­ver­gnat de 400 m2, dont 135 ha­bi­tables et de 70 m2 de sous­sol, la ba­ga­telle de 350.000 € qui n’a pas re­froi­di les ac­qué­reurs puis­qu’il est, au­jourd’hui, bel et bien ha­bi­té, au­tant par des hu­mains que par de la haute tech­no­lo­gie.

Une ré­fé­rence en la ma­tière et une nou­velle ma­nière de pen­ser l’ha­bi­tat, conci­liant confort, de­si­gn, lu­mière et per­for­mances éner­gé­tiques. ■

PHO­TO RÉ­MI DUGNE

QUE LA LU­MIÈRE SOIT. Des puits de lu­mière pour pri­vi­lé­gier une am­biance na­tu­relle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.