« Les ventes pri­vées ont tué la fa­çon de consom­mer des clients »

La Montagne (Clermont-Métropole) - - Le Fait Du Jour - Fan­ny Gui­né

Dès le len­de­main de Noël, les ventes pri­vées ont lan­cé la pé­riode des ra­bais dans le Puy-de-Dôme. Même s’ils les pra­tiquent, cer­tains com­mer­çants re­grettent que ces pro­mo­tions fassent de l’ombre aux soldes.

Au­cun com­mer­çant ne le cache : les ventes pri­vées, qui courent sur deux se­maines, sont clai­re­ment des « pré­soldes ». Ces ra­bais, ré­ser­vés à la clien­tèle fi­dèle, peuvent mon­ter jus­qu’à 50 %. Avant d’en­ta­mer en­core six se­maines de pro­mo­tions, les en­seignes font le bi­lan.

À Cler­mont­Fer­rand, le ma­ga­sin de vê­te­ments La Fée Ma­ra­bou­tée a réus­si à sau­ver le mois de dé­cembre grâce à la der­nière se­maine. Li­la, la res­pon­sable, es­père que les clientes re­vien­dront pour les soldes : « Leur com­por­te­ment a vrai­ment évo­lué. Les ventes pri­vées ont tué les soldes et la fa­çon de consom­mer. »

Émi­lie, la res­pon­sable du Pe­tit Souk, un ma­ga­sin de dé­co et de pué­ri­cul­ture, res­sent aus­si cette « ambiance mo­rose » et fait le même constat. « Les ventes pri­vées ont été très calmes, on ver­ra pour les soldes. On a édu­qué les gens à avoir des offres toute l’an­née, du coup, il n’y a plus d’ef­fet “vague” au mo­ment des soldes ».

L’in­fluence d’In­ter­net et des achats en ligne est aus­si au centre des dé­bats. Se­lon Sa­bri­na, ven­deuse du ma­ga­sin de lin­ge­rie Au­bade, c’est « le pire pour les af­faires ». « Les gens viennent es­sayer les tailles puis achètent sur le site quand les soldes ar­rivent. Ils ont les frais de dé­pla­ce­ment en moins, mais nous, on a moins de tra­vail », con­clut­elle. ■

« On a édu­qué les gens à avoir des offres toute l’an­née »

PHOTO RI­CHARD BRU­NEL

VENTES PRI­VÉES. Elles ont com­men­cé le 26 dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.