Ac­ti­vi­tés en hausse et dé­fi­cit en baisse au CHU de Cler­mont

De­puis fin 2017, les ac­ti­vi­tés du CHU de Cler­mont­Fer­rand sont en hausse. Une bonne nou­velle pour les in­ves­tis­se­ments.

La Montagne (Clermont-Volcans) - - La Une - Mi­chèle Gar­dette mi­chele.gar­dette@cen­tre­france.com

De­puis la fin de l’an­née 2017, le CHU de Cler­mont­Fer­rand a connu un es­sor im­por­tant de son ac­ti­vi­té. Et les chiffres com­mu­ni­qués par la di­rec­tion pour ce dé­but 2018 confirment cette aug­men­ta­tion de l’ac­ti­vi­té. Aug­men­ta­tion forte de l’ac­ti­vi­té. L’hos­pi­ta­li­sa­tion aug­mente de près de 6 % et l’hos­pi­ta­li­sa­tion en am­bu­la­toire de 5,5 %. C’est aus­si 7 % d’ac­cou­che­ments de plus qu’au 1er tri­mestre 2017. 3 % de pas­sages en plus aux ur­gences pé­dia­triques. 8 % de pas­sages aux ur­gences adultes en plus et 16 % de prises en charge aux ur­gences gy­né­co­lo­giques de plus. Les consul­ta­tions ex­ternes ne cessent d’aug­men­ter avec 600.000 par an, soit 4 % d’aug­men­ta­tion en 2017. Des re­cettes. Cette ac­ti­vi­té très sou­te­nue se tra­duit par 2 mil­lions de re­cettes sup­plé­men­taires. Une in­ci­dence po­si­tive qui, comme l’ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral du CHU Di­dier Hoelt­gen, « doit être éga­le­ment cou­plée à des ef­forts en ma­tière de ra­tio­na­li­sa­tion des bud­gets ». En 2017, les dé­penses du CHU ont été mieux maî­tri­sées : les charges ont aug­men­té seule­ment de 0,44 %.

De plus, la re­né­go­cia­tion de la dette avec les par­te­naires ban­caires de­vrait se concré­ti­ser par des gains fi­nan­ciers de 600 à 900.000 € par an dès 2019.

Ré­duc­tion du dé­fi­cit. Pour un budget de 700 mil­lions d’eu­ros, le dé­fi­cit pas­se­rait de 17 mil­lions d’eu­ros (dé­but 2018) à un peu moins de 8 mil­lions, fin 2018.

« Un beau ré­ta­blis­se­ment », com­men­tait le di­rec­teur. Un pro­gramme d’in­ves­tis­se­ments. Grâce à ces ca­pa­ci­tés plus im­por­tantes, le CHU va lan­cer un grand pro­gramme d’in­ves­tis­se­ments pour 2018. Après 23 mil­lions d’eu­ros in­ves­tis en 2017, le CHU porte son in­ves­tis­se­ment à 28 mil­lions. Équi­pe­ments. 2018 se­ra l’an­née de re­nou­vel­le­ment de nom­breux équi­pe­ments lourds pour 4,6 mil­lions d’eu­ros : un IRM 3 tes­la, un IRM 1,5 tes­la, une ima­ge­rie de pointe pour la pé­dia­trie… Un ro­bot chi­rur­gi­cal va éga­le­ment être mis en place.

Re­cru­te­ment.

L’aug­men­ta­tion de l’ac­ti­vi­té au­ra­t­elle une in­ci­dence sur le re­cru­te­ment, une des prin­ci­pales re­ven­di­ca­tions des syn­di­cats ? « Nous re­cru­tons plus qu’on ne le dit, note Di­dier Hoelt­gen, et notre ef­fec­tif est plus im­por­tant d’an­née en an­ née. Par exemple, avec 29 postes sup­plé­men­taires entre 2017 et 2018. Il y a par­fois des dif­fé­rences entre le res­sen­ti des agents et ce que les chiffres montrent ». Un res­sen­ti qui peut s’ex­pli­quer, se­lon lui, par un fort taux d’ab­sen­téisme (9,2 %), et donc la charge de tra­vail.

Dé­sa­mian­tage et GM3.

Les opé­ra­tions de tra­vaux de dé­sa­mian­tage se pour­suivent ain­si que la ré­ha­bi­li­ta­tion du site Ga­brielMont­pied dont l’aile ouest de­vrait être dé­cons­truite cette an­née. Le pro­jet du bâ­ti­ment neuf GM3 (Gabriel­Mont­pied 3) a été re­vu com­plè­te­ment et se­ra dé­ve­lop­pé dans le pro­jet mé­di­cal en cours. De 75 mil­lions d’in­ves­tis­se­ment, le pro­jet passe à 50 mil­lions.

Ser­vices des ur­gences.

Le pro­jet GM3 per­met­tra une ré­no­va­tion com­plète du ser­vice des ur­gences mais pas avant trois ans. Afin de ten­ter de mettre fin à ce « gou­lot d’étran­gle­ment » des ur­gences, des tra­vaux d’amé­na­ge­ment de l’ac­cueil vont être lan­cés dès sep­tembre dans le ser­vice. De même que l’ad­mis­sion aux ur­gences se­ra re­vue.

15 conven­tions pour des lits sup­plé­men­taires d’aval.

Afin d’amé­lio­rer et flui­di­fier le par­cours pa­tient, no­tam­ment pour ceux qui ar­rivent aux ur­gences, le CHU va conclure des conven­tions avec des éta­blis­se­ments de san­té pu­blics et pri­vés à but non lu­cra­tif. Une co­opé­ra­tion pour prendre en charge des pa­tients en soins de suite et de ré­adap­ta­tion, en Eh­pad, en uni­té de long sé­jour… à l’is­sue de leur hos­pi­ta­li­sa­tion au CHU. Ce qui per­met­tra de li­bé­rer des lits de mé­de­cine à l’hô­pi­tal. Ce­ci pour avoir moins de pa­tients sur des bran­cards et d’une ma­nière gé­né­rale, pour mieux prendre en charge les ma­lades.

PHOTO D’ARCHIVES TH. LINDAUER

PRO­JET. 2018 se­ra l’an­née de re­nou­vel­le­ment de nom­breux équi­pe­ments lourds pour 4,6 mil­lions d’eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.