Ivre, il avait bles­sé celle qui l’hé­ber­geait

Le qua­dra­gé­naire condam­né à quatre ans de pri­son ferme Ju­gé par le tri­bu­nal de grande ins­tance de Cus­set, hier, Pa­trick Mal­le­ret a été condam­né à cinq ans de pri­son, dont un avec sur­sis.

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Région Actualité - De­nis Lo­rut

En avril der­nier, cet homme de 41 ans, ori­gi­naire de la ré­gion de Chan­telle, avait poi­gnar­dé celle qui l’hé­ber­geait après une jour­née trop ar­ro­sée.

In­car­cé­ré de­puis les faits de vio­lence pour les­quels il était ju­gé, le qua­dra­gé­naire est ar­ri­vé au tri­bu­nal sous es­corte pé­ni­ten­tiaire.

Le 27 avril, les gen­darmes sont ap­pe­lés chez San­drine, à Échas­sières (*) alors qu’elle vient d’être prise en charge par les sa­peurs­pom­piers, aler­tés par le 15. La re­trai­tée a le vi­sage tu­mé­fié et souffre d’une plaie au ventre sai­gnant abon­dam­ment.

Cou­teau de poche

À leur ar­ri­vée dans la mai­son, un homme al­coo­li­sé et ex­ci­té tient des pro­pos in­co­hé­rents. Il s’agit du pré­ve­nu. Il se pré­sente comme le pe­tit ami de San­drine. Le dé­pis­tage d’al­coo­lé­mie ré­vé­le­ra un taux de 2,64 grammes par litre de sang. Ce­lui de la vic­time at­tei­gnait 2 grammes. Le ma­tin même, Pa­trick Mal­le­ret avait com­ man­dé à l’épi­ce­rie trois cu­bi­tai­ners de ro­sée, dix bières et une bou­teille de whis­ky. Les deux amis avaient bu toutes la jour­née.

Après avoir été se­cou­rue, la re­trai­tée avait ex­pli­qué aux gen­darmes que son hôte avait fait une crise de ja­lou­sie parce qu’elle avait passé un coup de fil à un ami, dont les gen­darmes n’ont tou­te­fois pas re­trou­ vé de traces. En re­vanche, ils ont mis la main sur un cou­teau de poche avec le­quel le qua­dra­gé­naire a bles­sé San­drine.

De­vant les en­quê­teurs, ce der­nier a tou­jours nié. Mais hier, à la barre, il a in­di­qué ne plus avoir de sou­ve­nirs : « J’étais al­coo­li­sé. J’avais bu de fortes doses. Si j’ai fait des er­reurs, c’est pos­sible, je n’étais pas dans mon état nor­mal. » Pour Me Causse, son client a évo­lué, pas­sant de la né­ga­tion aux sou­ve­nirs ef­fa­cés. En dé­ten­tion, où il a été main­te­nu à l’is­sue de l’au­dience, il fait par­ti d’un « groupe de vio­lence, ce qui marque une autre évo­lu­tion ». (*) Pré­nom d’em­prunt. La Mon­tagne pu­blie l’iden­ti­té des per­sonnes condam­nées à par­tir d’un an de pri­son ferme.

PHOTO D’ILLUSTRATION

AL­COOL. La jour­née trop ar­ro­sée s’était ter­mi­née de fa­çon dra­ma­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.