La pre­mière fois que j’ai don­né mon sang

Ce 14 juin est la Jour­née mon­diale des don­neurs de sang Plus de dix ans que je couvre des dons du sang. Dix ans à se ré­pé­ter « Et si j’en pro­fi­tais pour don­ner aus­si ». Et dix ans, sans ja­mais don­ner…

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Puy-de-dôme / Actualité - Si­mon An­to­ny

Pas de fausses ex­cuses. Je connais les chiffres : un mil­lion de per­sonnes soi­gnées chaque an­née grâce aux dons. 10.000 dons né­ces­saires chaque jour. Donc, cette an­née, je prends ren­dez­vous à l’Éta­blis­se­ment fran­çais du sang, et je donne. C’était hier.

« Ça va ? Vous êtes un peu pâle là »

Après le ques­tion­naire classique, place au ren­dez­vous avec l’in­fir­mière pour ap­pro­fon­dir deux ou trois ques­tions et vé­ri­fier que j’ai as­sez de glo­bules rouges. Pi­qûre dans le doigt, une goutte de sang… Tout est en ordre.

Di­rec­tion la salle. « Calme ce ma­tin. » Une cin­quan­taine de per­sonnes dé­filent chaque jour pour don­ner son sang. Une tren­taine pour le plas­ma.

Bras ten­du sur l’ac­cou­doir. « Une grande ins­pi­ra­tion », une lé­gère pi­qûre, et voi­là. Je pense que j’ai fait le plus dur. « Y a plus qu’à at­tendre dix mi­nu­ tes. » Mais le mé­de­cin n’ar­rête pas de tour­ner au­tour de moi : « Ça va ? ». Oui, bon ça va, je ne veux pas de trai­te­ment de fa­veur parce que je suis jour­na­liste. « Pas du tout, mais vous êtes as­sez pâle là. » Ah ? Ef­fec­ti­ve­ment, pi­co­te­ment dans la nuque, dé­but de nau­sée. « OK, on va ar­rê­ter là », me dit le mé­de­cin en re­ti­rant l’ai­guille. 240 ml de sang, c’est tout ce qu’ils au­ront eu le temps de me pré­le­ver. Se­lon les mé­de­cins, la faute à des nuits trop courtes der­niè­re­ment. « Er­reur de dé­bu­tant, les ha­bi­tués savent quand ils sont trop fa­ti­gués pour don­ner. »

Il fau­dra donc en­core pas­ser une de­mi­heure al­lon­gé. Trois prises de ten­sion. Puis vingt mi­nutes en salle de col­la­tion. « Pre­nez votre temps, il ne faut pas lut­ter contre les ma­laises, ils gagnent tou­jours. » D’autres don­neurs dans la salle sou­rient et me ras­surent. Eux ont don­né leur sang comme on fe­rait ses courses.

J’ai un peu honte. Dans deux mois, je se­rai de re­tour. Après une bonne nuit de som­meil…

➔ Au­jourd’hui. Col­lecte de sang à la salle du Ga­lion, à Ger­zat, de 15 heures à 19 heures.

Pdd

PHO­TO FAN­NY ARLANDIS

PRO­CÉ­DURE. Pour un pre­mier don : avoir dé­jeu­né, une pièce d’iden­ti­té et pré­voir une heure, en tout et pour tout.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.