Vent fron­deur à Royat et Cha­ma­lières

Mar­cel Ale­do et Louis Gis­card d’Es­taing s’op­posent à une ligne B en site propre Mar­cel Ale­do ne veut pas qu’on « bou­sille l’ave­nue de Royat » et Louis Gis­card d’Es­taing dé­nonce la « mé­thode an­ti­dé­mo­cra­tique » d’Oli­vier Bian­chi. Le pro­jet d’une ligne de bu

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Clermont / Vivre Sa Ville - Jean-Paul Gon­deau

Un vent fron­deur ba­laye Royat et Cha­ma­lières ! Si Oli­vier Bian­chi croyait au consen­sus sur son pro­jet de bus en site propre concer­nant les lignes B et C de l’ag­glo­mé­ra­tion, la ré­ac­tion des maires ri­ve­rains, Mar­cel Ale­do (LR) et Louis Gis­card d’Es­taing (UDI) lui en­lè­ve­ra toute il­lu­sion.

À Cournon, en re­vanche, souffle le zé­phyr de la paix et de la sé­ré­ni­té avec un maire, pre­mier vice­pré­sident de la mé­tro­pole, qui se fé­li­cite de ce que la ligne C re­vue et cor­ri­gée sa­tis­fe­ra sa prin­ci­pale re­ven­di­ca­tion : le pas­sage par la Grande Halle (lire ci­des­sous).

« Ce pro­jet est pré­ma­tu­ré »

À l’évo­ca­tion d’un site uni­que­ment dé­vo­lu au bus sur la ligne Jaude­Cha­ma­lières­Royat, Mar­cel Ale­do s’in­surge : « Je n’ai pas les te­nants et les abou­tis­sants de ce pro­jet, ce n’est que de la pro­jec­tion, mais, per­son­nelle­ ment, je me vois mal ac­cep­ter qu’on bou­sille l’ave­nue de Royat, qu’on coupe ses arbres, qu’on en­lève des places de par­king… Nous sommes une sta­ tion ther­male et j’es­time qu’un site propre avec voie rou­lante et piste cy­clable, des bus de vingt­quatre mètres de long en conti­nu, va dé­na­tu­rer l’en­vi­ronne­ ment et oc­ca­sion­ner beau­coup de nui­sances. »

Le ver­dict du maire de Royat tombe comme la lame sur le billot : « Tel quel, ce pro­jet est pré­ma­tu­ré. J’es­père qu’il ne ver­ra pas le jour. »

Moins vi­ru­lent dans la forme, son voi­sin cha­ma­lié­rois en fait d’abord une af­faire de prin­cipe. « Ce pro­jet pose un pro­blème de gou­ver­nance, in­siste Louis Gis­card d’Es­taing, on ne peut pas l’an­non­cer avant que les élus mé­tro­po­li­tains se soient pro­non­cés en toute connais­sance de cause. L’es­sen­tiel, c’est de sa­voir si les dé­ci­sions sont prises dans des condi­tions de dé­mo­cra­tie et d’écoute des vingt et une com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion. »

S’il donne qui­tus à Oli­vier Bian­chi d’avoir écar­té l’op­tion tram « pour des ques­tions fi­nan­cières », le maire de Cha­ma­lières tique comme son col­lègue roya­dère de­vant la pers­pec­tive d’un amé­na­ge­ment en site propre : « Le choix du bus me pa­raît al­ler dans le sens d’une vi­sion prag­ma­tique du dos­sier mais il faut qu’elle soit dé­bat­tue avec les élus com­mu­nau­taires. La meilleure for­mule me pa­raît le bus élec­trique en lieu et place des ac­tuels, mais pas for­cé­ment en site propre. Je le ré­pète : outre l’as­pect fi­nan­cier, il faut prendre en compte la ques­tion du gain de temps de tra­jet et la com­pa­ti­bi­li­té avec l’en­vi­ron­ne­ment ur­bain tra­ver­sé. »

« Le bus élec­trique mais pas for­cé­ment en site propre »

PHO­TO D’AR­CHIVES PIERRE COUBLE

PERS­PEC­TIVE. L’ave­nue de Royat dans sa par­tie roya­dère, agré­men­tée d’une double haie d’arbres que tient à conser­ver le maire Mar­cel Ale­do.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.