➔ TROIS QUES­TION À La ré­dac­tion de la mo­tion a été tri­cé­phale (LFI, PCF et PS). Y a-t-il eu des points d’achop­pe­ment ?

AN­DRÉ CHAS­SAIGNE

La Montagne (Clermont-Volcans) - - France Actualités - Jean-Paul Gon­deau

Dé­pu­té PCF du Puy-de-Dôme, il dé­fen­dra, cet après-mi­di, la mo­tion de cen­sure dé­po­sée en com­mun par les groupes LFI, PCF et PS. Les trois pro­jets conver­geaient sur le constat de l’illé­ga­li­té des actes com­mis le 1er mai, la vio­la­tion de l’obli­ga­tion pé­nale de les dé­non­cer et la vo­lon­té de l’exé­cu­tif de les ca­cher.

À ce constat s’ajou­tait le re­fus du Pre­mier mi­nistre de ve­nir s’ex­pli­quer de­vant l’As­sem­blée. Nous n’avons donc eu au­cune dif­fi­cul­té à ré­di­ger un texte com­mun.

Votre choix comme por­te­pa­role des trois groupes n’a pas prê­té à contes­ta­tion ?

Il est ap­pa­ru à cha­cun que cette res­pon­sa­bi­li­té re­ve­nait au plus an­cien des trois pré­si­dents de groupe, avec un sen­ti­ment par­ta­gé que je n’ins­tru­men­ta­li­se­rai pas à des fins par­ti­sanes la confiance qui m’était faite.

LR dé­pose aus­si sa mo­tion de cen­sure. N’est-ce pas l’al­liance de la carpe et du la­pin ?

Notre mo­tion a certes l’ob­jec­tif, comme celle des Ré­pu­bli­cains, de dé­non­cer les dé­rives de l’hy­per­pré­si­den­tia­li­sa­tion et les dys­fonc­tion­ne­ments de l’État. Sur ce point, nous ne sor­tons pas un la­pin dif­fé­rent de nos cha­peaux res­pec­tifs. Mais contrai­re­ment à LR, nous n’au­rons pas le si­lence d’une carpe pour ex­pli­quer que nous avons là les consé­quences de la pré­si­den­tia­li­sa­tion ex­trême ins­crite dans la consti­tu­tion de la Ve Ré­pu­blique. Alors que le pré­sident avait fait de la mo­ra­li­sa­tion de la vie pu­blique l’une des pro­messes ma­jeures de sa cam­pagne, il se trouve au­jourd’hui em­pê­tré dans ce qu’il faut ap­pe­ler un scan­dale d’État.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.