Un avo­cat cler­mon­tois soup­çon­né de tra­fic de titres de sé­jour

Il au­rait ob­te­nu la ré­gu­la­ri­sa­tion in­due d’une qua­ran­taine d’étran­gers.

La Montagne (Clermont-Volcans) - - La Une - Sté­phane Bar­noin ste­phane.bar­noin@cen­tre­france.com tion du 25 oc­tobre). (notre édi­

Un avo­cat cler­mon­tois est pour­sui­vi de­puis hier pour tra­fic d’in­fluence, cor­rup­tion ou en­core aide au sé­jour ir­ré­gu­lier. Il est soup­çon­né d’avoir ob­te­nu des ré­gu­la­ri­sa­tions en sé­rie sur la base de faux do­cu­ments. Le tout avec la com­pli­ci­té pré­su­mée d’une em­ployée de la pré­fec­ture.

Deux se­maines seule­ment après la condam­na­tion de l’une de ses membres (*), le bar­reau cler­mon­tois est à nou­veau se­coué par une affaire ju­di­ciaire. Cette fois, c’est un spé­cia­liste du droit des étran­gers qui est dans le col­li­ma­teur des po­li­ciers et des ma­gis­trats.

Des dos­siers « bi­don­nés »

Se­lon nos in­for­ma­tions, confir­mées par le par­quet, Me Ra­chid Lou­rai­chi a été pla­cé en garde à vue, mer­cre­di, dans les lo­caux du SRPJ. L’abou­tis­se­ment de plu­sieurs mois d’in­ves­ti­ga­tions me­nées par les en­quê­teurs de la di­vi­sion éco­no­mique et fi­nan­cière. L’auxi­liaire de jus­tice de 41 ans, qui exerce de­puis fin 2005, est soup­çon­né d’avoir mis en place un sys­tème frau­du­leux per­met­tant l’ob­ten­tion de titres de sé­jour in­dus. À ce stade, il lui est re­pro­ché d’avoir trans­mis quan­ti­té de do­cu­ments fal­si­fiés, entre le prin­temps 2016 et l’été 2017, à l’ap­pui de de­mandes de ré­gu­la­ri­sa­tion. Les faux – cer­ti­fi­cats mé­di­caux, fac­tures ou en­core at­tes­ta­tions de loyer – étaient re­mis à une seule et même em­ployée du ser­vice « étran­gers », à la pré­fec­ture du Puy­de­Dôme. La pré­cieuse com­pli­ci­té de cette contrac­tuelle au­rait permis à Me Lou­rai­chi de faire abou­tir sur quinze mois une qua­ran­taine de dos­siers « bi­don­nés », éma­nant no­tam­ment de res­sor­tis­sants al­gé­riens. En contre­par­tie de sa col­la­bo­ra­tion, la jeune femme au­rait été ré­mu­né­rée par l’avo­cat lui­même à hau­teur de plu­sieurs cen­taines d’eu­ros men­suels, ver­sés en es­pèces. Les doutes gran­dis­sants à son su­jet avaient d’ailleurs pous­sé son em­ployeur à aler­ter le pro­cu­reur. Les po­li­ciers du SRPJ ont lon­gue­ment per­qui­si­tion­né le ca­bi­net et le do­mi­cile de Ra­chid Lou­rai­chi, jeu­di, à la re­cherche de nou­veaux élé­ments. Hier, à l’is­sue de la garde à vue du sus­pect, le par­quet a dé­ci­dé de pour­suivre les in­ves­ti­ga­tions dans le cadre d’une in­for­ma­tion ju­di­ciaire ou­verte pour une sé­rie d’in­frac­tions : cor­rup­tion ac­tive et pas­sive ; tra­fic d’in­fluence ; faux et usage de faux ; aide au sé­jour ir­ré­gu­lier. L’au­di­tion de Me Lou­rai­chi – qui clame son in­no­cence – a donc dé­bou­ché, dans l’après­mi­di, sur sa pré­sen­ta­tion à une juge d’ins­truc­tion et sa mise en exa­men. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique avait re­quis son pla­ce­ment sous contrôle ju­di­ciaire, com­pre­nant no­tam­ment une in­ter­dic­tion d’exer­cer. Sa com­plice pré­su­mée a elle aus­si été in­ter­ro­gée, en dé­but de se­maine, par le SRPJ. La garde à vue de cette jeune femme de 27 ans, qui ne tra­vaille plus à la pré­fec­ture de­puis l’an der­nier, a été le­vée mer­cre­di. Se­lon le par­quet, elle de­vrait être mise en exa­men à son tour dans les pro­chains jours. Contac­tée hier, la pré­fec­ture n’a pas sou­hai­té faire de com­men­taires. Maud Vian, le bâ­ton­nier de l’Ordre des avo­cats, a sim­ple­ment te­nu à rap­pe­ler de son cô­té que Me Lou­rai­chi res­tait « pré­su­mé in­no­cent à ce stade ». ■

(*) L’avo­cate avait éco­pé de quatre mois de pri­son avec sur­sis pour tra­vail dis­si­mu­lé, fraudes aux pres­ta­tions et su­bor­na­tion de té­moin. Une sanction as­sor­tie d’une in­ter­dic­tion dé­fi­ni­tive d’exer­cer sa pro­fes­sion

Le qua­dra­gé­naire clame son in­no­cence

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION RI­CHARD BRU­NEL

SOUPÇONS. Le mis en cause se se­rait ap­puyé sur la co­opé­ra­tion ré­mu­né­rée d’une contrac­tuelle de la pré­fec­ture pour dé­cro­cher des titres de sé­jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.