Pas­sage de té­moin dans la conti­nui­té

Après 5 ans à la tête de l’as­so­cia­tion Ch­ris­tian Tschann passe la main à Mi­chel Re­nault

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Puy-de-dôme Solidarité - Ar­naud Ver­net ar­naud.ver­net@cen­tre­france.com

Mi­chel Re­nault est dé­sor­mais le qua­trième pré­sident de la banque ali­men­taire d’Au­vergne. Suc­cé­dant à Ch­ris­tian Tschann, il a dé­sor­mais la lourde charge de ras­sem­bler de quoi fa­bri­quer 1,3 mil­lion de re­pas par an !

L’an­cien avait tra­vaillé 34 ans chez Mi­che­lin avant d’en­trer à la Banque ali­men­taire d’Au­vergne et d’en de­ve­nir le pré­sident. Le nou­veau a, lui, tra­vaillé 40 ans pour la même en­tre­prise avant d’oc­cu­per la même place à peine l’heure de la re­traite ar­ri­vée. C’est pour­tant là le seul point com­mun entre les deux hommes… qui ne se sont ja­mais croi­sés lors de leur vie pro­fes­sion­nelle. Ques­tion d’af­fec­ta­tions, et de gé­né­ra­tion qui n’au­ra pas em­pê­ché Ch­ris­tian Tschann et Mi­chel Re­nault de se suc­cé­der à la tête d’un des poids lourds de la so­li­da­ri­té en Au­vergne, qui au­ra ali­men­té l’an der­nier près de 70 as­so­cia­tions, per­met­tant de dis­tri­buer l’équi­valent de 1,3 mil­lion de re­pas en Au­vergne. Après Mau­rice De­laire, pré­sident fon­da­teur de la banque ali­men­taire d’Au­vergne (1984­2002) et Bru­no Mo­raisse, pré­sident de 2004 à 2013, Mi­chel Re­nault a ain­si suc­cé­dé hier à Ch­ris­tian Tschann, pré­sident, lui de­puis 2013 après avoir passé 5 an­nées dans l’as­so­cia­tion en tant que bé­né­vole.

Une struc­ture so­lide

Jeu­di soir, au cours d’une cha­leu­reuse cé­ré­mo­nie qui réunis­sait dans le grand hall du dé­pôt de la rue du Che­val de Cler­mont­Fer­rand une cen­taine d’autres bé­né­voles, mais aus­si de par­te­naires et ins­ti­tu­tion­nels, on a sur­tout fê­té Ch­ris­tian Tschann qui, bien que l’heure de la re­traite ait son­né pour lui de­puis de nom­breuses an­nées va en­fin pou­voir jouir d’une vraie re­traite (bien que lui­même n’en soit pas en­core vrai­ment sûr). Pen­dant ces cinq an­nées qui au­ront re­pré­sen­té pour lui « un peu plus qu’un mi­temps à temps com­plet », il au­ra par­ti­ci­pé à la ré­no­va­tion des dé­pôts de la rue du che­val et des Gra­vanches, à la créa­tion de l’épi­ce­rie so­li­daire Esope 63 qui four­nit des re­pas à plus de 300 étu­diants, étof­fé les équipes de bé­né­voles et fi­na­le­ment lais­sé entre les mains de son suc­ces­seur une struc­ture « so­lide et res­pec­tée ». L’aven­ture se pour­suit bien évi­dem­ment, avec pour quelques an­nées Mi­chel Re­nault aux com­mandes, qui pré­ci­sait jeu­di soir sou­hai­ter s’ins­crire dans les traces de Ch­ris­tian Tschann qui était fait « pré­sident d’hon­neur » dans l’es­poir vrai­sem­blable de res­ter un mo­ment en­core sous son re­gard éclai­ré et qui sem­blait ap­por­ter un élé­ment de ré­ponse en an­non­çant en con­clu­sion : « Je ne res­te­rai pas très loin de vous ».

« La banque ne touche que 20 % des per­sonnes vi­vant en des­sous du seuil de pau­vre­té ! »

On pré­fé­re­rait bien évi­dem­ment que la banque ali­men­taire n’existe pas. Que dans un pays mo­derne, dé­ve­lop­pé, et consi­dé­ré comme l’un des plus pros­père du monde, per­sonne n’ait be­soin du moindre se­cours ali­men­taire. Pour­tant, comme le rap­pe­lait Ch­ris­tian Tschann, « Nous ne tou­chons au­jourd’hui que 20 % des per­sonnes qui vivent en des­sous du seuil de pau­vre­té ». Une ma­nière de rap­pe­ler que beau­coup de tra­vail reste à faire à la banque ali­men­taire. On sou­haite bon cou­rage à Mi­chel Re­nault. ■

TRANS­MIS­SION. Ch­ris­tian Tschann, pré­sident de la Banque ali­men­taire de­puis 2013, a trans­mis les rênes de l’as­so­cia­tion à Mi­chel Re­nault.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.