Oc­tobre, la meilleure pé­riode pour les sor­ties or­ni­tho­lo­giques

La Montagne (Corrèze) - - Limousin L'actu -

Le dixième mois de l’an­née a la par­ti­cu­la­ri­té de voir le plus d’es­pèces en mi­gra­tion en jour­née.

« Pen­dant les autres pé­riodes, les oi­seaux voyagent plu­tôt la nuit », pré­vient An­tho­ny Vi­ron­deau.

En oc­tobre, pas be­soin de res­ter éveiller. « Les grues, le mi­lan royal et les pi­geons sont les plus ob­ser­vables », as­sure le char­gé de mis­sion à la LPO.

Cer­taines es­pèces, comme les ca­nards, ne sont tou­te­fois ob­ser­vables qu’à la nuit tom­bée. Dès le mois de no­vembre, le phé­no­mène se calme. Il peut en­suite être ob­ser­vé à cer­tains mo­ments de l’hi­ver, pen­dant des vagues de froids.

Pour aper­ce­voir des grues ou des ra­paces, il ne faut tou­te­fois pas se pos­ter n’im­porte où. « Les meilleurs en­droits sont les lieux do­mi­nants », conseille An­tho­ny Vi­ron­deau. Au­tre­ment dit : les lieux où la vue est dé­ga­gée et où elle porte loin. « De pré­fé­rence orien­tés vers le nord­est ».

En Haute­Vienne, la com­mune de Fla­vi­gnac est ré­pu­tée pour l’ob­ser­va­tion des oi­seaux mi­gra­teurs. « Le lieu­dit Ces­sa­guet est sui­vi de fa­çon his­to­rique par les ama­teurs, de­puis plu­sieurs an­nées », pour­suit l’or­ni­tho­logue.

Iden­ti­fier les cris

Pour ce der­nier, la vue n’est pas le seul sens à tra­vailler lorsque l’on parle d’oi­seaux. « Il faut aus­si écou­ter les cris. Les grues et les pas­se­reaux sont fa­ciles à iden­ti­fier. » Plu­tôt en cam­pagne. « La ville est un in­con­vé­nient, avec une pol­lu­tion so­nore im­por­tante. » ■

Où ob­ser­ver ? En un lieu do­mi­nant, orien­té au nord­est

PHO­TO : LPO

FLA­VI­GNAC. A l’ouest de la Haute-Vienne, la com­mune est ré­pu­tée pour être un lieu d’ob­ser­va­tion pri­vi­lé­gié.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.