Le Li­moges CSP fi­dèle à lui-même

Lour­de­ment bat­tu sur le par­quet de Mo­na­co (87­68), hier soir

La Montagne (Corrèze) - - Sports Basket-ball - Mat­thieu Ma­rot Twit­ter : @Mat­thieuMa­rot7

Sans sur­prise, les Li­mou­geauds ont es­suyé une deuxième dé­faite consé­cu­tive sur le Ro­cher face à une for­ma­tion mo­né­gasque qui n’a même pas eu be­soin de for­cer son ta­lent.

Le CSP n’y ar­rive dé­ci­dé­ment pas. La réunion de crise or­ga­ni­sée par Oli­vier Bour­gain sur le Ro­cher n’a stric­te­ment rien chan­gé. Après s’être in­cli­nés à Gdy­nia (87­78), Kyle Milling et ses troupes ont connu le même sort en Prin­ci­pau­té. Sans sur­prise. De­puis des se­maines, une cer­taine fa­ta­li­té se dé­gage quand on as­siste aux pres­ta­tions des Li­mou­geauds et on com­prend très vite, trop vite, quelle se­ra l’is­sue du match.

Hier soir, le CSP a bien ten­té de faire illu­sion lors des pre­mières mi­nutes. Pour une fois, il a at­ten­du un peu avant de lais­ser la vie belle à son ad­ver­saire. La « Ro­ca Team » a même dû pa­tien­ter 3’12” avant d’ins­crire son pre­mier pa­nier. Après 7 mi­nutes, le CSP fai­sait même jeu égal avec Mo­na­co (11­11).

« On a bien com­men­cé le match », se fé­li­ci­tait Dwight Har­dy. Son en­traî­neur Kyle Milling, lui, sou­li­gnait « les bonnes at­ti­tudes » de ses joueurs et leur bonne « vo­lon­té ». Le coach li­mou­geaud rap­pe­lait éga­le­ment à quel point le ca­len­drier n’épar­gnait pas sa for­ma­tion… Sur ce point, dif­fi­cile de lui don­ner tort. Sauf que la suite de la sai­son s’an­nonce en­core dé­li­cate pour les Li­mou­geauds avec un dé­pla­ce­ment mer­cre­di à Za­greb puis un autre à Le­val­lois le lun­di sui­vant avant la ré­cep­tion de Kras­no­dar…

Sur ce que Jo­na­than Rous­selle et les siens ont mon­tré sur le par­quet de la salle Gas­ton­Mé­de­cin, im­pos­sible d’en­vi­sa­ger l’ave­nir avec op­ti­misme. Si le CSP n’a pas été ri­di­cule du­rant la pre­mière pé­riode (47­39), il a, de nou­veau, af­fi­ché beau­coup trop de la­cunes en dé­fense pour pou­voir pré­tendre à la vic­toire fi­nale. Mam Jai­teh, cloué au banc et vi­si­ble­ment plus en odeur de sain­te­té à Li­moges, Sa­mar­do Sa­muels, à la peine face aux 211 cen­ti­mètres d’El­me­din Ki­ka­no­vic, Li­moges a re­mis son des­tin entre les mains de Jer­ry Bout­siele au poste de pi­vot. Mais si l’an­cien in­té­rieur de Cho­let s’est mon­tré à son avan­tage, no­tam­ment en dé­fense, il n’a pas pu tout faire.

Dé­but de deuxième pé­riode fa­tal

Les Li­mou­geauds ont aus­si et sur­tout été les au­teurs d’un dé­but de deuxième pé­riode to­ta­le­ment ra­té. En en­cais­sant d’em­blée un 9­0 en seule­ment 2’16”, ils se sont en­core ren­du la mis­sion im­pos­sible (56­39). Dès le temps mort pris par Kyle Milling, tout le monde avait com­pris : le sus­pense dé­jà tout re­la­tif avait dé­fi­ni­ti­ve­ment dis­pa­ru et le CSP se di­ri­geait tout droit vers une lourde dé­faite. Une de plus à l’ex­té­rieur.

Face à une for­ma­tion mo­né­gasque plus phy­sique, plus ath­lé­tique, plus ré­flé­chie et plus sou­dée, William Ho­ward, une nou­velle fois en souf­france, et ses co­équi­piers ont conti­nué de don­ner le bâ­ton pour se faire battre (21 bal­lons per­dus). « C’est nor­mal de perdre à l’ex­té­rieur quand on perd au­tant de bal­lons », poin­tait d’ailleurs Kyle Milling si­tôt la fin du match.

Alors bien sûr, comme l’a rap­pe­lé l’en­traî­neur li­mou­geaud, perdre à Mo­na­co n’a rien de désho­no­rant en soi – il avait dit la même chose à Stras­bourg, puis à Villeur­banne –, mais le pro­blème, c’est que son équipe n’avance pas. Col­lec­ti­ve­ment et comp­ta­ble­ment. Après 8 jour­nées, le 4e bud­get du cham­pion­nat af­fiche un bi­lan de trois vic­toires pour 5 dé­faites. Il est très loin du compte. Et le pire est peut­être en­core à ve­nir… ■

PHO­TO PQR

DO­MI­NÉS. Jo­na­than Rous­selle et ses co­équi­piers ont, de nou­veau, mon­tré un triste vi­sage en Prin­ci­pau­té où ils se sont lo­gi­que­ment in­cli­nés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.