Des « sym­boles » gra­vés sur la peau

La neu­vième conven­tion ta­touage se tient jus­qu’à ce soir à la salle cultu­relle

La Montagne (Corrèze) - - Corrèze Actualité - Tan­guy Ol­li­vier tan­guy.ol­li­[email protected]­tre­france.com

Les fans de ta­touages ont ren­dez-vous ce week-end à Allassac. Bien sou­vent, les des­sins qu’ils se font gra­ver sur la peau sont char­gés de sym­boles.

Dans la salle cultu­relle d’Allassac, qui ac­cueille jus­qu’à de­main une « conven­tion ta­touage », Fran­çoise fait le tour des stands, té­lé­phone por­table en main. Sur son écran, elle montre aux pro­fes­sion­nels pré­sents le nou­veau des­sin qu’elle sou­haite se faire gra­ver sur la peau : une lune et un so­leil. « Pour moi, ce sont des op­po­sés, mais qui sont com­plé­men­taires. Un peu comme mon ma­ri et moi. »

Fran­çoise a dé­jà été ta­touée à cinq re­prises. « La pre­mière fois, j’avais trente ans, ra­conte cette Bri­viste qui a au­jourd’hui qua­rante­deux ans. C’était sur l’omo­plate, un bé­bé avec une rose. »

Elle a en­chaî­né avec une « de­mi­fleur de tia­ré » ou un pa­pillon ac­com­pa­gné des ini­tiales de ses en­fants et de son ma­ri. « Cha­cun de mes ta­touages a une signification, af­firme­t­elle. Ce­la cor­res­pond à une pé­riode de ma vie. Mais cette fois, j’ai dé­ci­dé que ce se­rait le der­nier. C’est mon ma­ri qui me l’offre pour Noël et comme on ne roule pas sur l’or, je cherche le ta­toueur qui me fe­ra le meilleur prix. En moyenne cha­cun de mes ta­touages m’a coû­té 80 eu­ros. »

Comme Fran­çoise, à peu près la moi­tié des vi­si­teurs de la conven­tion se fait ta­touer sur place, es­time Sté­pha­nie Pois­son, se­cré­taire de l’as­so­cia­tion Dream Fish Kus­tom qui or­ga­nise l’évé­ne­ment de­puis neuf ans.

« Crois en tes rêves »

Et le ta­touage a aus­si ses modes. « En ce mo­ment, je fais beau­coup de man­da­las, ex­plique Ar­naud, ta­toueur de­puis cinq ans à Bi­ga­nos (Gi­ronde). Tout ce qui touche à la culture hin­doue marche très bien, no­tam­ment chez les femmes. Mais c’est plus es­thé­tique que sym­bo­lique. Et puis il y a les phrases, du style “Crois en tes rêves” ou “Vis tes rêves, ne rêve pas ta vie” qui ont tou­jours beau­coup de suc­cès. »

« On nous de­mande sou­vent des choses qui ont du sens, abonde Chris, ta­toueuse à Ro­dez (Avey­ron). Que ce soit pour une nais­sance ou un dé­cès, beau­coup res­sentent le be­soin d’en­crer sur leur peau des choses im­por­tantes pour eux. » ■

➡ Pra­tique. Au­jourd’hui de 10 heures à 19 heures, salle cultu­relle d’Allassac. En­trée : 3 eu­ros.

PHO­TOS STÉ­PHA­NIE PA­RA

CHOIX. Fran­çoise a fait le tour des stands hier à Allassac. Cette Bri­viste cherche le pro­fes­sion­nel qui lui fe­ra son sixième « et der­nier » ta­touage. « Tous ont un sym­bole », ex­plique-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.