JEAN-MARC JOS­SE­LIN

« SE DÉ­VE­LOP­PER À L’EX­PORT »

La Montagne Entreprendre - - VINS -

Fils de vi­gne­ron co­opé­ra­teur, Jean-marc Jos­se­lin a pris les com­mandes de la co­opé­ra­tive de

Saint-pour­çain pour la faire évo­luer au fil des an­nées vers plus de pro­fes­sion­na­lisme. Avec un ob­jec­tif tou­jours d’ac­tua­li­té rendre at­trac­tif le mé­tier.

Pré­ci­sions.

Quels sont les trois ob­jec­tifs prio­ri­taires de votre co­opé­ra­tive pour les cinq pro­chaines an­nées ? Le pre­mier, as­su­rer la pé­ren­ni­té de la cave en créant une struc­ture fon­cière CEA) pour gar­der le po­ten­tiel de pro­duc­tion ac­tuel, et même le dé­ve­lop­per. Deuxième, at­ti­rer de nou­veaux as­so­ciés co­opé­ra­teurs aux ori­gines di­verses : jeunes di­plô­més, agri­cul­teurs cher­chant une di­ver­si­fi­ca­tion sur leurs ex­ploi­ta­tions, pas­sion­nés en quête de re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle, in­ves­tis­seurs etc… Nous de­vons re­nou­ve­ler les gé­né­ra­tions. En­fin troi­sième, aug­men­ter le re­ve­nu/ ha de la pro­duc­tion pour rendre plus at­trac­tif l ’ ins­tal­la­tion des j eunes et dé­ve­lop­per nos vo­lumes com­mer­cia­li­sés sur tous les mar­chés et no­tam­ment sur l’ex­port. Comment mo­ti­ver les jeunes à s’ins­tal­ler dans votre vi­gnoble avec le sta­tut co­opé­ra­teur ? Par une com­mu­ni­ca­tion po­si­tive au ni­veau des or­ga­ni­sa­tions pro­fes­sion­nelles agri­coles du dé­par­te­ment, no­tam­ment dans les centres de ges­tion, les ly­cées agri­coles et les CFPPA. Notre co­opé­ra­tive doit mettre en avant son s a v o i r - f a i r e e t s o n i nf r a s t r uct ure constam­ment mo­der­ni­sée par des in­ves­tis­se­ments. Nous de­vons mon­trer que notre co­opé­ra­tive est un mo­dèle éco­no­mique ef­fi­cace et qu’elle est le pro­lon­ge­ment de leurs ex­ploi­ta­tions. Ils peuvent s’ins­tal­ler avec un mi­ni­mum d’ i nves­tis­se­ments et une ga­ran­tie d’écou­ler 100% de leur pro­duc­tion grâce à la men­sua­li­sa­tion du paie­ment de leur ré­colte. Et sur­tout, ils peuvent par­ti­ci­per plei­ne­ment à la vie de la co­opé­ra­tive en ren­trant au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion et dé­ci­der de la stra­té­gie. Les coef­fi­cients ap­pli­qués par la res­tau­ra­tion ne ruinent t ils pas la consom­ma­tion et l a dé­cou­verte de l ’ ac­cord mets-vins ? C’est l’éter­nel pro­blème de la res­tau­ra­tion. Je pense que les coef­fi­cients ap­pli­qués sur les prix du vin sont trop éle­vés et freinent les consom­ma­teurs. Si la res­tau­ra­tion ap­pli­quait des prix rai­son­nables, nous pour­rions nous dé­ve­lop­per da­van­tage. Le consom­ma­teur se­rait moins ré­ti­cent à prendre un verre ou une bou­teille lors de son re­pas pour dé­cou­vrir des vins qu’il ne connaît pas. Les prix éle­vés des vins en res­tau­ra­tion ain­si que l es con­trôles d’al­coo­lé­mie en­traînent une baisse de consom­ma­tion. Quels en­jeux pour le mar­ché du vin en France et dans le monde ? Le mar­ché du vin en France est com­pli­qué, mais il y a en­core des pers­pec­tives de dé­ve­lop­pe­ment pour le vi­gnoble de Saint Pour­çain. Le mar­ché mon­dial, il donne des pers­pec­tives de dé­ve­lop­pe­ment: la consom­ma­tion mon­diale aug­mente, ce qui n’est pas le cas en France. Par contre, il faut ci­bler un ou deux pays et mettre des moyens fi­nan­ciers et de com­mu­ni­ca­tion en face pour dé­ve­lop­per nos ventes. Avec un risque pour notre vi­gnoble , ne pas avoir as­sez de pro­duc­teurs pour sa­tis­faire ce mar­ché et le perdre ra­pi­de­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.