C’était d’abord un grand com­po­si­teur

La Montagne (Haute-Loire) - - Musiques -

Pour Io­na, sa nièce, Mike Brant « ai­mait faire la fête, c’était un amou­reux de l’amour ».

ter­na­tives de cer­tains de ses suc­cès, avec des pa­roles dif­fé­rentes.

■ Ce nou­vel al­bum est- il l’oc­ca­sion de conqué­rir un nou­veau pu­blic ?

Il y a dé­jà l’en­vie de sa­tis­faire les fans qui sont très nom­breux. J’ai eu en­vie de par­ta­ger avec eux ce que j’ai res­sen­ti en écou­tant ces in­édits. C’est­à­dire un grand bon­heur. On re­donne aus­si un nou­veau souf­

fle à la car­rière de Mike, en le fai­sant connaître au­près de nou­velles générations. On dé­couvre aus­si q u’ i l était ca­pable de chan­ter dans de nom­breuses langues. C’était un chan­teur in­ter­na­tio­nal qui a beau­coup tra­vaillé. Rien n’est ar­ri­vé comme ça ! Il avait un don avec cette voix ex­tra­or­di­naire, mais c’était d’abord un per­fec­tion­niste.

Quelle est la pé­pite que vous re­tien­drez de cet al­bum ?

La ver­sion ita­lienne de Je t’aime plus que moi. Il y met une fougue ex­tra­or­di­naire. Il ado­rait chan­ter les chan­sons en ita­lien.

■ Se­lon vous, Mike Brant in­carne-t-il une cer­taine époque de la va­rié­té ?

Je suis as­sez nos­tal­gique de cette pé­riode. J’adore la va­rié­té fran­çaise des an­nées 70, même si j’ai une culture

in­ter­na­tio­nale. En même temps, il faut lais­ser son uni­vers à chaque pé­riode. mais la va­rié­té des an­nées 70 est très an­crée dans la mé­moire col­lec­tive. Les chan­sons de Mike Brant sont tou­jours dans le coeur des gens. Ses mu­siques se trans­mettent de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion. Ce sont des mu­siques so­laires qui font par­tie du pa­tri­moine fran­çais.

■ Comment ex­pli­quez- vous cette po­pu­la­ri­té ?

Les chan­sons de Mike et d’autres chan­teurs po­pu­laires ont ac­com­pa­gné la vie des gens.

■ M i ke Brant était plus qu’un chan­teur à mi­nettes.

C’était d’abord un grand com­po­si­teur qui au­rait pu par­tir à la conquête des États­Unis. Mike a com­po­sé pas mal de ses suc­cès après la pé­riode vé­cue avec Jean Re­nard. La mu­sique, c’était sa vie. Le star­sys­tem ne l’in­té­res­sait pas. Ce qu’il ai­mait, c’était mon­ter sur scène et chan­ter. Au­de­là de sa beau­té, il était vrai et gé­né­reux. C’était ce mes­sage qu’il trans­met­tait à tra­vers sa voix. C’est pour cette rai­son que le phé­no­mène dure. ■

Un grand bon­heur (War­ner). www.mi­ke­brant.co.il/fr fa­ce­book.com/of­fi­ciel­mi­ke­brant

PHOTO KUKHAN

VE­DETTE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.