La Bour­bon­naise Ly­ra Ceoltóir vient de pu­blier l’Oracle des runes

La Mont­lu­çon­naise a été édi­tée par les Édi­tions Tré­da­niel, en sep­tembre der­nier

La Montagne (Montluçon) - - La Une - Se­her Turk­men se­her.turk­[email protected]­tre­france.com

CARTOMANCIENNE. Cette Mont­lu­çon­naise signe le livre pa­ru aux Édi­tions Tré­da­niel qui ac­com­pagne les cartes réa­li­sées par une illus­tra­trice.

La nou­velle an­née, ses ré­so­lu­tions. Tien­dront, tien­dront pas ? Ly­ra Ceoltóir est cartomancienne. Mais n’al­lez pas lui de­man­der ce que vous ré­serve votre fu­tur. Les cartes « ne servent sur­tout pas à pré­dire l’ave­nir », dit la Mont­lu­çon­naise, « car­té­sienne ». Elle vient de pu­blier l’« Oracle des runes ».

Son ca­bi­net de consul­ta­tion mont­lu­çon­nais dé­borde de ta­rots et d’oracles (lire par ailleurs). Dont un tout par­ti­cu­lier. C’est le sien. Son tout pre­mier. Il s’ap­pelle l’« Oracle des Runes », né le 11 sep­tembre der­nier aux Édi­tions Tré­da­niel.

À 32 ans, Ly­ra Ceoltóir, c’est son nom ma­gique, signe le livre qui ac­com­pagne les vingt­quatre cartes illus­trées par la Stras­bour­geoise Gul­li­ver l’Aven­tu­rière. C’est aus­si son nom ma­gique.

« Dé­pous­sié­rer les cli­chés » sur les peuples nor­diques

Les deux femmes ne se sont en­core ja­mais ren­con­trées. Et pour­tant. Ce­la donne un cof­fret abri­tant des images chaudes, dé­li­cates, pleines de sym­boles, dé­cryp­tées dans un livre, sour­ cé. Il est riche de dé­tails sur les peuples scan­di­naves, com­mu­né­ment ap­pe­lés les Vi­kings.

La ge­nèse du pro­jet re­monte à quatre ans. « Gul­li­ver m’a contac­tée via le blog que je te­nais à l’époque, m’in­di­quant qu’elle vou­lait créer un oracle à par­tir de runes. Le mail était ac­com­pa­gné d’images. Et je me suis dit “en­fin quel­qu’un qui a com­pris ce que sont les runes !’ Elle en avait des­si­né dix­sept dé­jà, sans me dire un mot. J’ai re­gar­dé chaque illus­tra­tion, écrit ce qui me ve­nait. Et tout col­lait, entre son res­sen­ti et le mien. Elle a ter­mi­né les sept der­nières. Et j’ai éla­bo­ré le li­vret, qui de­vait être pe­tit à la base… »

Un al­pha­bet

Sauf que, sauf que… les deux femmes vou­laient « dé­pous­sié­rer les cli­chés » sur les peuples nor­diques. « Dans le livre, pour chaque carte, je parle de la let­ tre en ques­tion. Car les runes sont d’abord un al­pha­bet. Je me base sur le plus an­cien, le Fu­thark. Comme les hié­ro­glyphes égyp­tiens, elles trans­crivent un son et un mot. Puis je dé­ve­loppe la toile de fond : la my­tho­lo­gie, l’his­toire. Vient en­suite le mes­sage di­vi­na­toire. »

Des mo­dèles d’uti­li­sa­tion sont aus­si pro­po­sés. Car l’idée est de pou­voir ti­rer les cartes pour soi­même ou son en­tou­rage.

À quoi ça sert ?

Mais at­ten­tion, elles « ne servent sur­tout pas à pré­dire l’ave­nir… ». Alors à quoi ? « Elles per­mettent de nous par­ler à nous­mêmes, à en­trer en contact avec notre in­cons­cient. Toutes ces im­pres­sions de dé­jà­vu, les in­tui­tions… On part du prin­cipe qu’on connaît la ré­ponse à nos ques­tions. Et les cartes montrent com­ment une si­tua­tion peut évo­luer si on conti­nue sur le che­min qu’on a pris. Si ce­la ne nous plaît pas, il suf­fit de chan­ger d’angle. Elles cal­culent le dé­rou­le­ment lo­gique des choses. La meilleure fa­çon de pré­dire son ave­nir, c’est de le créer. » En clair, rien n’est gra­vé dans le marbre.

« Je suis maître de mon des­tin. Et tout le monde peut l’être. » C’est d’ailleurs le pou­voir d’une sor­cière, que Ly­ra est, bien sûr… « C’est quel­qu’un qui a prise sur son propre sort. »

Faut-il y croire ?

Un vieux sage a dit un jour, « ce n’est pas une ques­tion de croyance mais d’ex­pé­riences ». Ly­ra nuance. « La ques­tion de la foi se pose évi­dem­ment. Nous sommes dans une époque où nous avons be­soin de preuves pour tout. Mais par­fois, il faut sa­voir lâ­cher prise. Le vent, on ne le voit pas, mais on voit ses ré­sul­tats. Avec les cartes, c’est pa­reil. Si votre in­cons­cient choi­sit une carte, il sait que c’est elle qu’il vous faut. »

Ma­gique

Ma­gique, avez­vous dit ? « La ma­gie, ce n’est pas ce qu’on voit à la té­lé­vi­sion ou ce que le ci­né­ma nous fait pas­ser. C’est la mani­pu­lation des éner­gies. Per­sonne n’a de pou­voirs. La ma­gie, on l’a tous en nous : c’est la syn­chro­ni­ci­té, les bonnes ondes qu’on en­voie, le bi­sou que l’on fait sur le ge­nou d’un en­fant… » Ce­lui qui gué­rit d’un coup de ba­guette. ■ ➔ Où se pro­cu­rer l’oracle ? Dans les li­brai­ries, sur les pla­te­formes en ligne, ou di­rec­te­ment au­près des Édi­tions Tré­da­niel. Ta­rif : 23 €. Ly­ra Ceoltóir consulte éga­le­ment dans son ca­bi­net mont­lu­çon­nais. Contact : 06.26.36.94.07. Chaîne You­tube : Ly­raCeol­toir

Les cartes montrent com­ment une si­tua­tion peut évo­luer si on conti­nue sur le che­min qu’on a pris. Si ce­la ne nous plaît pas, il suf­fit de chan­ger d’angle.

PHO­TO FLO­RIAN SALESSE

COL­LA­BO­RA­TION. Ly­ra Ceoltóir a si­gné le li­vret ex­pli­ca­tif de l’oracle. Les cartes sont illus­trées par la Stras­bour­geoise Gul­li­ver l’Aven­tu­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.