Au­rore exerce un mé­tier ori­gi­nal : of­fi­ciant en cé­ré­mo­nie laïque

La Montagne (Moulins) - - Moulins Vivre Son Agglo - Bou­hours ariane.bou­[email protected]­tre­france.com

Jour J Cé­ré­mo­nies, c’est le nom de la mi­croen­tre­prise créée en 2017 par Au­rore Lou­ra­dour.

La jeune Bour­bon­naise est l’une des 37 ex­po­sants du Sa­lon du ma­riage de Mou­lins. Elle a créé sa propre ac­ti­vi­té d’or­ga­ni­sa­tion de cé­ré­mo­nies laïques en mars 2017 : ma­riages, unions ci­viles, re­nou­vel­le­ment de voeux, an­ni­ver­saires de ma­riage, mais aus­si bap­têmes et cé­ré­mo­nies fu­né­raires. « Rien de re­li­gieux, rien d’of­fi­ciel », sou­ligne la jeune of­fi­ciante de cé­ré­mo­nie, qui bé­né­fi­cie d’une so­lide ex­pé­rience dans le sec­teur de l’évé­ne­men­tiel. À 15 ans, elle était ser­veuse chez un trai­teur. Puis elle a tra­vaillé dans un hô­tel 5 étoiles, dans l’Oise, où elle était char­gée des ma­riages et des évé­ne­ments.

Au­rore Lou­ra­dour, au­jourd’hui ins­tal­lée à Bres­nay, of­fi­cie sur les ma­riages mixtes, les ma­riages gays, et au­près de tous ceux qui ne veulent pas pas­ser par une église, quelle qu’elle soit. Dans quels lieux ? Ab­so­lu­ment par­tout, à l’Amé­ri­caine. « Un jar­din, le parc d’un châ­teau, le sa­lon de la mai­son… Je m’adapte aux goûts des clients. Si des époux choi­sissent une rue, je me charge des dé­marches pour que ce soit pos­sible. Je conseille les époux sur l’écri­ture des voeux et la ré­dac­tion de leurs dis­cours tout en res­pec­tant leur per­son­na­li­té. J’aide à or­ga­ni­ser une cé­ré­mo­nie per­son­na­li­sée. On tra­vaille sur le choix des mu­siques, les textes… »

Pen­dant la cé­ré­mo­nie, elle pro­pose des ri­tuels : échange d’al­liances, mé­lange de sables co­lo­rés pour les fa­milles re­com­po­sées, plan­ta­tion d’un arbre pour sym­bo­li­ser les fon­da­tions d’une fa­mille, mé­lange de deux bou­tilles de vin…

Pas de cos­tume of­fi­ciel. Là en­core, elle s’adapte aux choix des fa­milles et aux thèmes re­te­nus pour les cé­ré­mo­nies. « Par exemple, je viens de faire un ma­riage mé­dié­val. Je m’étais ha­billée dans le thème ! » Si elle s’ef­force de res­ter dans son rôle d’of­fi­ciante, l’émo­tion perce par­fois : « Le ma­rié avait les yeux rou­gis. Des vio­lons jouaient une mé­lo­die de John­ny Hal­ly­day… Je n’ai pas pu ré­sis­ter!»

Ses pres­ta­tions dé­butent à par­tir de 390 €. « Je m’aligne sur les ta­rifs des églises. » Si au nord de la Loire, ce type d’ac­ti­vi­tés se dé­ve­loppe, dans la ré­gion, elle confie n’avoir pas de vrai concur­rent, hor­mis les so­cié­tés de wed­ding plan­ner. Et ça marche : on la de­mande jus­qu’à 150 km au­tour de Mou­lins, dans les dé­par­te­ments li­mi­trophes et jusque dans l’Yonne.Ariane

PHO­TO SI­MON DUBOS

OF­FI­CIANTE. Au­rore Lou­ra­dour of­fi­cie jus­qu’à 150 km au­tour de Mou­lins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.