Fran­chir les portes à la Ré­si­dence

L'ex­po de Sé­bas­tien Vé­niat jus­qu'au 27 oc­tobre

La Montagne (Moulins) - - Dompierre - Sologne Vivre Son Pays -

Sé­bas­tien Vé­niat, ar­tiste ac­cueilli en ré­si­dence courte à Dompierre, pré­sente son ex­po­si­tion Coexis­tence des contraires jus­qu'au sa­me­di 27 oc­tobre.

La Ré­si­dence de Dompierre ac­cueille l’ex­po­si­tion de Sé­bas­tien Vé­niat, ar­tiste en ré­si­dence courte de­puis le dé­but du mois de sep­tembre à Dompierre.

In­ti­tu­lée Coexis­tence des contraires, cette ex­po­si­tion pré­sente le tra­vail réa­li­sé par ce jeune ar­tiste (*) à Dompierre pen­dant ces quatre se­maines à tra­vers des des­sins et une ins­tal­la­tion so­nore.

Sé­bas­tien Vé­niat s’est in­té­res­sé à la no­tion de seuil, de pas­sage, et à sa sym­bo­lique : « J’ai vou­lu créer une in­ter­face entre l’es­pace in­té­rieur et ex­té­rieur. C’est pour ce­la que les portes sont très pré­sentes dans mon tra­vail. Elles ca­rac­té­risent cette no­tion de pas­sage, entre ab­sence et pré­sence » ex­plique Sé­bas­tien Vé­niat.

Les portes sont ain­si ame­nées à faire ré­flé­chir les vi­si­teurs sur plu­sieurs dy­na­miques, plu­sieurs in­ter­pré­ta­tions. Fran­chir le seuil sym­bo­li­se­rait la fron­tière entre l’in­té­rieur et l’ex­té­rieur, l’in­ter­face en­ tre le de­dans (l’in­time) et le de­hors (le col­lec­tif) : « J’ai axé mon pro­jet de ré­si­dence sur les in­ter­pré­ta­tions que les portes peuvent en­gen­drer et no­tam­ment sur les mul­tiples in­ter­pré­ta­tions qu’elles pour­raient sou­le­ver : cir­cu­la­tions, tran­si­tions, al­té­ri­tés, rites, confi­gu­ra­tions spa­tiales, normes so­ciales… ». ■

(*) Sé­bas­tien Vé­niat a re­mer­cié l’as­so­cia­tion « As’art » qui a gran­de­ment contri­bué à la réa­li­sa­tion de cette ex­po­si­tion, mais éga­le­ment plu­sieurs Dom­pier­rois qui ont ac­cep­té de po­ser pour lui.

VER­NIS­SAGE. Sé­bas­tien Vé­niat a ex­pli­qué son tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.