Dix mil­liards pour l’in­no­va­tion

En par­te­na­riat avec

La Montagne (Moulins) - - Magazine Tendances Bourse -

Dans le cadre du pro­jet de loi Pacte, l’As­sem­blée na­tio­nale a don­né son feu vert, jeu­di, à la pri­va­ti­sa­tion du groupe Aé­ro­ports de Pa­ris (ADP) ain­si qu’à celle de la Fran­çaise des jeux (FDJ).

Les dé­pu­tés ont au­to­ri­sé cette se­maine l’État à pro­cé­der à la vente au pri­vé de « tout ou par­tie » des ac­tifs qu’il dé­tient dans ADP, soit 50,63 % des parts re­pré­sen­tant quelque 9,5 mil­liards d’eu­ros. L’État était jus­qu’alors te­nu par la loi de conser­ver la ma­jo­ri­té des parts du groupe aé­ro­por­tuaire.

Le pro­duit des ces­sions d’ac­tifs d’ADP, ain­si qu’une par­tie de ceux dé­te­nus par l’État dans La Fran­çaise des jeux et En­gie, de­vrait rap­por­ter 10 mil­liards d’eu­ros. Cette somme in­ves­tie en obli­ga­tions d’État doit rap­por­ter 250 mil­lions d’eu­ros par an qui ser­vi­ront à fi­nan­cer des pro­jets in­no­vants.

La fu­ture pri­va­ti­sa­tion d’ADP, qui pren­dra la forme d’une conces­sion pour 70 ans, se­ra en­ca­drée par « un ca­hier des charges strict et contrai­gnant, concer­nant no­tam­ment la ré­gu­la­tion des ta­rifs », as­sure Bru­no Le Maire.

An­cien éta­blis­se­ment pu­blic, de­ve­nu so­cié­té ano­nyme en 2005, ADP bé­né­fi­cie ac­tuel­le­ment d’un droit d’ex­ploi­ta­tion ex­clu­sif des aé­ro­ports de Pa­ris­Charles­de­Gaulle, Pa­ris­Or­ly, Pa­ris­Le Bour­get, ain­si que de dix aé­ro­dromes en Île­de­France. En 2017, plus de 102 mil­lions de voya­geurs sont pas­sés par ses aé­ro­ports. Les deux prin­ci­pales pla­te­formes, CDG et Or­ly, em­ploient à elles seules près de 9.000 per­sonnes. De­puis 2005, ADP a connu une aug­men­ta­tion moyenne de ses re­ve­nus de 3,8 % par an.

Éga­le­ment vo­té, l’ar­ticle du pro­jet de loi qui per­met le trans­fert au pri­vé de la ma­jo­ri­té du ca­pi­tal de la FDJ, ac­tuel­le­ment dé­te­nu à 72 % par l’État, ce­lui­ci de­vant conser­ver « au mi­ni­mum » 20 % des parts, se­lon le mi­nistre de l’Eco­no­mie Bru­no Le Maire.

La FDJ dé­tient en France le mo­no­pole des jeux de ti­rage et de grat­tage. Le texte main­tient ce mo­no­pole mais pour une du­rée li­mi­tée à 25 ans. Il pose aus­si le prin­cipe d’une re­fonte de la ré­gu­la­tion des jeux d’ar­gent et de ha­sard par or­don­nances, celle­ci de­vant pré­cé­der la pri­va­ti­sa­tion.

Aux cri­tiques for­mu­lées par l’op­po­si­tion dé­non­çant la lo­gique éco­no­mique de l’opé­ra­tion et les risques ac­crus d’ad­dic­tion aux jeux, le mi­nistre de l’Éco­no­mie a as­su­ré que le gou­ver­ne­ment en­ten­dait « ré­gu­ler da­van­tage » le jeu, mais a te­nu à « dé­ connec­ter com­plè­te­ment » cet as­pect de la pri­va­ti­sa­tion. Fai­sant ob­ser­ver que les jeux avaient « ex­plo­sé », alors que l’en­tre­prise était pu­blique, avec une hausse de « 64 % de chiffre d’af­faires en dix ans ».

Il y au­ra une au­to­ri­té de ré­gu­la­tion « par­fai­te­ment in­dé­pen­dante », mais au moins dans un pre­mier temps, les ca­si­nos res­te­ront sous l’au­to­ri­té du mi­nis­tère de l’In­té­rieur, a pré­ci­sé le mi­nistre.

La FDJ, dont la pri­va­ti­sa­tion n’est pas at­ten­due avant 2019, a en­re­gis­tré 15,1 mil­liards d’eu­ros de mises en 2017. L’État em­poche chaque an­née plus de trois mil­liards d’eu­ros pré­le­vés sur les mises des 26 mil­lions de joueurs, une manne qui se­ra main­te­nue. ■

La ma­jo­ri­té du ca­pi­tal de la Fran­çaise des jeux

AFP

AÉ­RO­PORTS DE PA­RIS. 50,63 % des parts ven­dus re­pré­sen­tant quelque 9,5 mil­liards d’eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.