« Ici, c’est un lieu de tous les pos­sibles »

A Saint­Ch­ris­tophe, non loin de Vi­chy, un ca­fé­as­so­cia­tif est por­té par un bel élan po­pu­laire

La Montagne (Moulins) - - Allier Actualité - Pierre Gé­rau­die pierre.ge­rau­[email protected]­tre­france.com

Il y a un an, une pe­tite struc­ture as­so­cia­tive voyait le jour dans le pe­tit bourg de Saint-Chis­tophe, près de Vi­chy. De­puis, elle a réus­si à re­grou­per plus de 300 sym­pa­thi­sants. Ré­cit d’une aven­ture hu­maine.

C’est l’his­toire, un peu folle, d’un an­cien com­merce de village qui au­rait pu tom­ber dans l’ou­bli le plus to­tal. Comme tant d’autres, avant lui, dans les pe­tits bourgs ru­raux du Bour­bon­nais. Mais ici, à SaintCh­ris­tophe, le bar­épi­ce­rie « his­to­rique » de la com­mune a connu un des­tin bien dif­fé­rent : il est de­ve­nu un pôle d’ac­ti­vi­té ma­jeur aux portes de Vi­chy.

L’an­cien ba­ré­pi­ce­rie au­rait pu tom­ber dans l’ou­bli, mais…

Ma­jeur ? Le qua­li­fi­ca­tif n’est nul­le­ment exa­gé­ré. Il suf­fit, pour s’en convaincre, de ve­nir pous­ser les portes de l’an­cienne épi­ce­rie d’Oc­ta­vine et Ga­brielle à l’en­trée du village. Re­bap­ti­sé « Chez Vi­vine et Ga­by », dé­sor­mais trans­for­mé en ca­féas­so­cia­tif, le lieu vit de­puis un an au rythme d’ac­ti­vi­tés en tout genre. On y joue, on y ri­gole, on s’y ren­contre, et on y vient ex­près de tout l’ar­ron­dis­se­ment vi­chys­sois. Voire de plus loin en­core.

La belle his­toire dé­bute cou­rant 2017. À cette époque, l’an­cien bar­épi­ce­rie est fer­mé de­puis plu­sieurs an­nées, suite au dé­cès de ses deux pro­prié­taires. À l’en­trée du bourg, sur la route de La­pa­lisse, se trouve donc un bâ­ti­ment vide. Grand, fonc­tion­nel, bien si­tué. Mais vide. Ce qui n’est pas du goût des ha­bi­tants de Saint­Ch­ris­tophe, Pao­la Vo­cat en tête.

Gé­rante de l’as­so­cia­tion « Troc’Pop », cette der­nière dé­cide d’in­ves­tir le lieu, de­ve­nu pro­prié­té d’un ha­bi­tant du bourg, pour y or­ga­ni­ser une pe­tite bourse d’échanges. Le suc­cès est au ren­dez­vous. Ce qui donne une pe­tite idée à une poi­gnée d’amis : pour­quoi ne pas trans­for­mer la vieille épi­ce­rie en salle de vie et de loi­sirs ? Le pro­jet de ca­fé as­so­cia­tif émerge alors. Il se trans­forme vite en vraie cause com­mune.

Dès la fin de l’an­née 2017, tout le village se mo­bi­lise pour re­don­ner une se­conde jeu­nesse au lo­cal. « Tout le monde a par­ti­ci­pé et a mis la main à la pâte, des en­fants aux per­sonnes les plus âgées », se rap­pelle Pao­la. Pein­ture, bri­co­lage, ré­fec­tion du mo­bi­lier (qui da­tait des an­nées 1950) : bien vite, le lieu re­trouve une âme nou­velle. Et le ca­fé­as­so­cia­tif ouvre ses portes dé­but jan­vier 2018. De­puis, il est de­ve­nu l’em­blème du village.

« Au dé­part du pro­jet, on était une poi­gnée de vo­lon­taires avec seule­ment 58 € en poche, se sou­vient Pao­la. Au­jourd’hui, le ca­fé­as­so­cia­tif re­groupe près de 350 adhé­rents ». Des adhé­rents qui tous par­ti­cipent à l’éla­bo­ra­tion du pro­gramme des ac­ti­vi­tés. Le­quel est par­ti­cu­liè­re­ment riche : cours de sport et de danse, ate­liers in­for­ma­tiques, spec­tacles hu­mo­ris­tiques, soi­rées à thèmes, concerts, ac­ti­vi­tés ma­nuelles… Tout est fait pour conten­ter le plus grand monde.

« Ici, tout le monde est ac­teur, même les en­fants qui animent eux­mêmes cer­tains ate­liers », sou­rit en­core Pao­la, heu­reuse d’avoir pu « re­créer du lien so­cial ». « Ici à SaintCh­ris­tophe, il n’y avait plus de com­merces, les gens ne se re­trou­vaient qu’aux com­mé­mo­ra­tions. Il fal­lait créer ce lieu de ras­sem­ble­ment ».

Le ras­sem­ble­ment et le sens du par­tage. C’est donc ce­la que viennent cher­cher ceux qui, chaque se­maine plus nom­breux, se rendent « Chez Vi­vine et Ga­by ». Ch­ris­tiane en té­moigne. Ins­tal­lée dans la com­mune de­puis 10 ans, cette re­trai­tée n’y avait ja­mais vrai­ment noué de connais­sances jus­qu’alors. « Mais de­puis que je viens au ca­fé, je connais tout le monde », sou­rit­elle.

Mais, plus qu’un lieu de ren­contre où l’on chasse le « cha­cun pour soi », le ca­fé est aus­si un vec­teur de bon­heur. Le pro­prié­taire des lo­caux, Ber­nard, en est en tout cas per­sua­dé. « Les gens qui viennent sont heu­reux. Ici, il y a tou­jours quel­qu’un pour faire, pour pro­po­ser. Ça fait vrai­ment plai­sir à voir ». « Tout le monde a ef­fec­ti­ve­ment quelque chose à ap­por­ter et par­ta­ger. Notre ca­fé est un lieu de tous les pos­sibles », conclut Pao­la. Cer­taine que la belle his­toire n’en est qu’à son dé­but. ■

Un ca­féas­so­cia­tif qui ap­porte aus­si « du bon­heur »

P.G.

ÉQUIPE. Plu­sieurs fois par se­maine, les ac­teurs du ca­fé-as­so­cia­tif se re­trouvent au­tour de di­verses ani­ma­tions. C’est tous en­semble, au­tour de leur pré­sident Pao­la Vo­cat (à gauche), qu’ils éta­blissent le pro­gramme de leurs ac­ti­vi­tés.

PHO­TO S.FER­RER

SPEC­TACLE. Le ca­fé-as­so­cia­tif ac­cueille des ac­ti­vi­tés de tout genre, comme ici une soi­rée hu­mo­ris­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.