Jes­sy Tré­mou­lière, joueuse de l’an­née

La Bri­va­doise et an­cienne joueuse de Ro­ma­gnat meilleure rug­by­wo­man du monde

La Montagne (Moulins) - - Sports Rugby - Ch­ris­tophe Bu­ron

Elles étaient cinq no­mi­nées au titre de meilleure joueuse mon­diale de l’an­née, dont quatre Fran­çaises. C’est Jes­sy Tré­mou­lière, ori­gi­naire de Brioude, qui a dé­cro­ché le gros lot.

Pour une sur­prise… c’est une belle sur­prise. Ac­tuel­le­ment bles­sée à un ge­nou (rup­ture li­ga­ment la­té­ral in­terne), la can­di­da­ture de Jes­sy Tré­mou­lière sem­blait lé­gè­re­ment plom­bée par son ab­sence lors du ré­cent et ma­gni­fique suc­cès de l’équipe de France sur l’ogresse néo­zé­lan­daise. Mais la pro­cé­dure de vote (un pa­nel d’an­ciens in­ter­na­tio­naux et le pu­blic) n’a fi­na­le­ment pas por­té om­brage aux nom­breux suf­frages ob­te­nus par la joueuse ori­gi­naire de Brioude (Haute­Loire).

« Un gros jeu au pied, pas cou­rant dans le rug­by fé­mi­nin » Ri­bey­rolles

Jes­sy Tré­mou­lière était donc en lice aux cô­tés de ses par­te­naires tri­co­lores Pau­line Bour­don, Gaëlle Her­met et Sa­fi N’Diaye, quatre filles dans le vent, face à la seule Néo­Zé­lan­daise Fiaoo’o Faa­mau­si­li, qui n’a donc fi­na­le­ment pas fait le… poids.

Ce cas­ting des no­mi­nées ins­pi­rait pour­tant quelques craintes à An­nick Hay­raud, ma­na­ger gé­né­ral de l’équipe de France. « Fran­che­ment, avant cette soi­rée, j’avais un peu peur que les votes s’épar­pillent pour nos joueuses. Fi­na­le­ment, je suis heu­reuse comme tout pour Jes­sy. Pour moi, ce n’est pas une sur­prise ; elle a tou­jours été per­for­mante dans les grandes com­pé­ti­tions, no­tam­ment le Tour­noi. C’est une joueuse sym­pa qui est dans l’échange, ce qui n’est pas neutre non plus. »

Si c’est na­tu­rel­le­ment tout le rug­by fé­mi­nin fran­çais qui a été consa­cré par cette dis­tinc­tion his­to­rique, Jes­sy Tré­mou­lière a pour elle un pe­tit quelque chose de plus.

C’est ce que pense Fa­brice Ri­bey­rolles, son an­cien coach à Ro­ma­gnat. « Jes­sy, dé­jà, c’est un jo­li ga­ba­rit, elle est grande, élan­cée, une belle ath­lète qui va vite. Ses qua­li­tés de bu­teur ont cer­tai­ne­ment pe­sé dans la ba­lance aus­si. Elle pos­sède un gros jeu au pied, ce qui n’est pas cou­rant dans le rug­by fé­mi­nin. Au poste d’ar­rière, elle amène vrai­ment un plus. »

Joueuse aux qua­li­tés tech­niques très su­pé­rieures à la moyenne, Jes­sy Tré­mou­lière n’a pas que le pied comme corde à son arc. « La qua­li­té de sa passe, des deux cô­tés, peut être ci­tée en exemple », précise l’en­traî­neur au­ver­gnat.

Bri­va­doise, for­mée et ré­vé­lée avec Ro­ma­gnat, Jes­sy Tré­mou­lière a don­né en 2017 une nou­velle orien­ta­tion à sa car­rière en si­gnant à Rennes. Éga­le­ment sous contrat avec la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rug­by, es­sen­tiel­le­ment pour dis­pu­ter le cir­cuit mon­dial à 7, elle joue fi­na­le­ment as­sez peu à quinze avec son club. « Je pense que le fait de briller à quinze et à 7 a été pris en compte dans sa dé­si­gna­tion. Ça ré­com­pense tout son par­cours, exem­plaire », es­time d’ailleurs Ri­bey­rolles.

Meilleure joueuse du monde de l’an­née, Jes­sy Tré­mou­lière avouait hier soir toute sa fier­té de re­pré­sen­ter ce pe­tit coin de la Haute­Loire qu’est Brioude. « Moi, je suis fière de mon pe­tit vil­lage, de le re­pré­sen­ter le mieux que je peux. Quant à ce titre, j’ai vou­lu à un mo­ment chan­ger mon des­tin. Et le rêve est de­ve­nu réa­li­té, c’est beau », nous a dé­cla­ré la joueuse… la meilleure joueuse au monde de l’an­née. ■

La ci­té de Brioude (Haute­Loire) peut s’en­or­gueillir d’avoir, avec Ro­main Bar­det et Jes­sy Tré­mou­lière, deux illustres am­bas­sa­deurs.

NU­MÉ­RO 1. L’an­cienne joueuse de Ro­ma­gnat, ar­rière de l’équipe de France (ici contre les Gal­loises lors du der­nier Tour­noi), a re­çu di­manche soir, à Mo­na­co, la plus belle ré­com­pense in­di­vi­duelle dans le rug­by.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.