At­ter­ris­sage réus­si sur Mars pour InSight

La Montagne (Moulins) - - Jeux -

« At­ter­ris­sage confir­mé ! » La sonde InSight de la Na­sa s’est po­sée hier soir comme pré­vu à la sur­face de Mars après sept mois de voyage dans l’es­pace et sept mi­nutes d’an­goisse du­rant sa pé­rilleuse des­cente.

InSight est le pre­mier en­gin à se po­ser sur Mars de­puis six ans. Deux heures avant le dé­but de la phase cri­tique de l’at­ter­ris­sage, InSight se trou­ vait en­core à plus de 25.000 km de la pla­nète rouge et les in­gé­nieurs de la Na­sa ne pou­vaient rien faire d’autre que croi­ser les doigts. De l’en­trée dans l’at­mo­sphère mar­tienne et ses tem­pêtes de pous­sière jus­qu’au contact avec le sol, tout était en ef­fet pré­pro­gram­mé. Toutes les dé­li­cates phases d’en­trée dans l’at­mo­sphère mar­tienne se sont dé­rou­lées con­for­mé­ment aux pré­vi­sions.

Le der­nier ap­pa­reil à avoir réus­si à at­ter­rir sur Mars est le vé­hi­cule Cu­rio­si­ty de la Na­sa, le seul en­core ac­tif sur cette pla­nète voi­sine de notre Terre. Seuls les États­Unis ont réus­si à y po­ser des ro­bots. L’URSS a écra­sé plu­sieurs at­ter­ris­seurs, tout comme les Eu­ro­péens, tout ré­cem­ment en 2016.

InSight a pour but prin­ci­pal de po­ser sur la sur­face mar­tienne un ins­tru­ment de concep­tion fran­çaise : le sis­mo­mètre SEIS. Un pro­gramme de tra­vail char­gé at­tend la sonde. Elle doit écou­ter l’in­té­rieur de Mars pour ten­ter de com­prendre l’épais­seur et la com­po­si­tion du sol, de la croûte jus­qu’au noyau, dont on ignore s’il est li­quide ou so­lide. Des connais­sances qui per­met­tront de mieux com­prendre la for­ma­tion de la pla­nète, il y a des mil­liards d’an­nées, et par consé­quent de la Terre…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.