L’un des der­niers em­pe­reurs Scan­dale

Le ci­néaste ita­lien Ber­nar­do Ber­to­luc­ci est dé­cé­dé hier, à Rome

La Montagne (Moulins) - - Jeux -

Le réa­li­sa­teur ita­lien Ber­nar­do Ber­to­luc­ci, au­teur du Der­nier

Tan­go à Pa­ris, est mort à Rome hier, à 77 ans. Consi­dé­ré comme l’un des der­niers géants du ci­né­ma, il avait rem­por­té l’Os­car du meilleur réa­li­sa­teur en 1988.

Ber­nar­do Ber­to­luc­ci, consi­dé­ré comme l’un des der­niers géants du ci­né­ma, est dé­cé­dé à Rome, hier, des suites d’un can­cer. Il avait 77 ans. Né le 16 mars 1941 à Parme, dans le nord de l’Ita­lie, il a gran­di dans un mi­lieu ai­sé et in­tel­lec­tuel. Fils aî­né du poète At­ti­lio Ber­to­luc­ci, il a été l’au­teur d’une oeuvre han­tée par le scé­na­rio freu­dien, dans la­quelle il n’au­ra ja­mais ces­sé de cher­cher à se li­bé­rer de ses fi­gures pa­ter­nelles.

Dans ses jeunes an­nées, il passe en ef­fet de la coupe de son père à celle de Pier Pao­lo Pa­so­li­ni, l’un des plus grands ci­néastes ita­liens, dont il est l’as­sis­tant sur Ac­cat­tone (1961). Il se pas­sionne en­suite pour la Nou­velle Vague fran­çaise, par­ti­cu­liè­re­ment pour l’un de ses chefs de fil, Jean­Luc Go­dard. Sa dé­vo­ tion pour ce mou­ve­ment ci­né­ma­to­gra­phique le pour­sui­vra jus­qu’à In­no­cents : The Drea­mers (2003), en­tiè­re­ment tour­né dans la nos­tal­gie d’un Mai 68 vé­cu à Pa­ris, où les jeunes in­sur­gés bous­culent les modes de vie de leurs aî­nés.

Dans toute son oeuvre, le thème ré­cur­rent de l’OE­dipe s’ac­com­pagne de ce­lui d’une gêne vis­à­vis de ses ori­gines so­ciales. Im­bi­bé d’édu­ca­tion bour­geoise et en­ga­gé au Par­ti com­mu­niste, il res­te­ra un fils de fa­mille mal dans sa peau, mar­qué par le pé­ché ori­gi­nel d’être né chez les pri­vi­lé­giés.

En 1969 sort Il était une fois dans l’Ouest, de Ser­gio Leone, dont il a écrit le scé­na­rio avec Da­rio Ar­gen­to. C’est cette même an­née que Ber­to­luc­ci tourne Le Con­for­miste, d’après un ro­man d’Al­ber­to Mo­ra­via. Le film fait par­ler de lui, mais c’est en 1972, avec Le der­nier Tan­go à Pa­ris, que le ci­néaste fait scan­dale et ex­plose sur la scène in­ter­na­tio­nale.

Alors vé­ri­table lé­gende vi­vante, Mar­lon Bran­do y in­ter­pré­tait un de ses der­niers rôles. Une scène de so­do­mie avait fait scan­dale et pro­vo­qué l’in­ter­dic­tion du film en Ita­lie. La jeune ac­trice Ma­ria Sch­nei­der, âgée de 19 ans au mo­ment du tour­nage, en avait été pro­fon­dé­ment mar­quée, le réa­li­sa­teur ayant ra­con­té par la suite que l’ac­trice n’avait pas été com­plè­te­ment aver­tie avant le tour­nage du conte­nu de cette scène. Après le scan­dale, mais aus­si le suc­cès du film, le ci­néaste dis­pose d’as­sez de moyens pour tour­ner sa grande fresque his­to­rique, 1900, qui em­brasse près d’un siècle de lutte des classes dans la riche plaine du Pô.

En 1988, il rem­porte l’Os­car du meilleur réa­li­sa­teur pour Le Der­nier Em­pe­reur. ■

PHO­TO AFP

PRI­MÉ. Le réa­li­sa­teur a re­çu de nom­breuses dis­tinc­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.