Si­mu­to­ga, l’heure de se faire vio­lence

Nou­velle chance pour le jeune droi­tier, cet après­mi­di (13 h 30) à Ti­mi­soa­ra

La Montagne (Moulins) - - Sports Rugby - Ch­ris­tophe Bu­ron

Sou­vent per­tur­bé par des bles­sures, qui ex­pliquent son temps de jeu fa­mé­lique, Mi­ckaël Si­mu­to­ga a l’oc­ca­sion tout à l’heure, à Ti­mi­soa­ra, de mon­trer qu’il mé­rite la confiance que veut lui ac­cor­der le staff ; même au-de­là de cette sai­son.

«Si­mu », c’est une sorte d’énigme. Un joueur an­non­cé à très fort po­ten­tiel, pas­sé par l’es­sen­tiel des sé­lec­tions na­tio­nales chez les jeunes, mais dont on ne peut pas vé­ri­ta­ble­ment jau­ger le ni­veau, faute de ré­fé­rences. Six feuilles de match (zé­ro ti­tu­la­ri­sa­tion) sur les trois pre­mières sai­sons, trois pré­sences dans le quinze de dé­part la sai­son der­nière, des bribes de match ici et là qui n’aident pas à la connais­sance.

Ex­pli­ca­tions de Ber­nard Gout­ta. « C’est une force de la na­ture, une force tran­quille, un gar­çon très in­tro­ver­ti. C’est un joueur d’ave­nir qui a été contra­rié par les bles­sures (her­nie cer­vi­cale, frac­ture or­teil…), il n’a pas pu en­chaî­ner les matchs ni les per­for­mances », re­grette le coach des avants cler­mon­tois.

Ex­trê­me­ment ré­ser­vé, le gar­çon de 22 ans à la car­rure im­pres­sion­nante n’élève ja­mais la voix. A son poste, il ap­prend dé­jà à écou­ter. Aux cô­tés de Zi­ra­ka­sh­vi­li et Sli­ma­ni, deux maîtres à pous­ser comme il en existe peu dans le Top 14. « Ce sont deux gros monstres (sic) qui me parlent beau­coup, sur­tout pour la mê­lée. C’est très en­ri­chis­sant, ils voient tous les dé­tails qui ne vont pas chez moi », glisse le jeune droi­tier.

Cet après­mi­di, Mi­ckaël Si­mu­to­ga va ho­no­rer sa troi­sième ti­tu­la­ri­sa­tion de la sai­son ; après Bor­deaux et dé­jà Ti­mi­soa­ra au match al­ler. Un jo­li sou­ve­nir pour 51 mi­nutes de temps de jeu, une ra­re­té pour l’heure dans sa jeune car­rière. « Cette équipe rou­maine met beau­coup de coeur sur le ter­rain, on va chez eux en connais­sant l’in­ten­si­té qu’ils peuvent mettre. On s’at­tend à ce que ce soit plus dur que le match al­ler. »

Après cette ren­contre ga­gnée lar­ge­ment (70­12), le joueur for­mé à Pont­du­Châ­teau puis à l’ASM à par­tir des ca­dets a eu droit à un pe­tit dé­brie­fing. « Ce que l’on de­mande à Mi­ckaël en prio­ri­té c’est d’être plus agres­sif sur l’homme et col­lec­ti­ve­ment sur les phases statiques. Il doit avoir plus de chan­ge­ments de rythme dans l’en­chaî­ne­ment des tâches qu’il doit ac­com­plir. Face à Ti­mi­soa­ra, il n’avait pas été mau­vais et on lui avait fixé les axes de tra­vail que je viens d’énon­cer », dé­taille Ber­nard Gout­ta.

Voi­là donc un joueur cos­taud, un droi­tier à la marge de pro­gres­sion énorme semble­t­il, mais qui doit dé­sor­mais pas­ser des caps. A 22 ans, son éclo­sion ne pas­se­rait­elle pas par la Pro D2, dans un club où il pour­rait en­chaî­ner ? « Je suis ici pour ap­prendre, dé­clare tran­quille­ment l’in­té­res­sé. Je ne me prends pas la tête. Je suis en fin de contrat, c’est vrai, mais je n’ai pas en­core ré­flé­chi à la suite. »

Du cô­té de l’ASM, Ber­nard Gout­ta est beau­coup plus clair sur l’ave­nir du jeune homme. « Il a été for­mé au club, on veut le gar­der ab­so­lu­ment. On veut l’ame­ner à ma­tu­ri­té et on sait qu’il joue à un poste où il faut un peu de temps. » Une belle et convain­cante pres­ta­tion face aux Rou­mains ai­de­rait dé­jà à en sa­voir un peu plus sur ce joueur un peu énig­ma­tique. ■

De la pres­sion ? Un peu, oui, sur ce que je dois faire ; non, parce que c’est un plai­sir de jouer, d’être sur le ter­rain. »

PHOTO FRED MARQUET

MATCH AL­LER. Face aux Rou­mains, Si­mu­to­ga balle en main. « J’aime beau­coup le jeu avec bal­lon, confie-t-il. Et c’est en mê­lée que je dois le plus pro­gres­ser ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.