Acro­ba­ties au-des­sus de Su­per Besse

Nou­veau par­cours à sen­sa­tions, l’X’Trem Aven­ture de la Biche s’étend sur 2.600 mètres de long

La Montagne (Moulins) - - Région Actualité - Ré­mi Pi­ro­nin

Avec l’X’Trem Aven­ture de la Biche, la sta­tion de Su­per Besse pour­suit sa po­li­tique de di­ver­si­fi­ca­tion de l’offre tou­ris­tique. L’ou­ver­ture est pré­vue pour les va­cances de Noël.

Deux mille mètres de vol en ty­ro­lienne, dix ponts sus­pen­dus, une luge sou­ter­raine, quatre sauts dans le vide… L’X’Trem Aven­ture de la Biche est unique dans le San­cy.

À tra­vers ses 45 ate­liers (de deux à 30 mètres de haut), ce par­cours per­met de dé­cou­vrir le ver­sant mé­ri­dio­nal du mas­sif de ma­nière lu­dique. Avant son ou­ver­ture pré­vue pour les va­cances de Noël, nous avons pu nous aven­tu­rer sur un tron­çon du par­cours pour vous don­ner un avant­goût.

Neige ou non, hi­ver ou été, le dé­part s’ef­fec­tue tou­jours à plus de 1.500 mètres d’al­ti­tude, au même en­droit que la ty­ro­lienne Fan­tas­ti­cable, après avoir pris le té­lé­siège de la Fa­laise. Au coeur de l’hi­ver, il est né­ces­saire donc d’être bien équi­pé car les tem­pé­ra­tures peuvent être bien in­fé­rieures à 0 °C.

Une fois le bau­drier et le casque en­fi­lés, place aux règles de sé­cu­ri­té. La ligne de vie est as­su­rée avec une double longe au­to­ vér­rouillée. Pas de simples mous­que­tons donc, mais un sys­tème d’at­tache plus sé­cure et un peu plus dif­fi­cile à prendre en main. Mais après quelques mi­nutes de pra­tique, le geste de­vient fluide. La tête se lève et le spec­tacle gran­diose.

En avan­çant sur le pre­mier pont sus­pen­du, c’est tout le cirque de la Biche qui s’étend à vos pieds avec, au loin, le bas de la sta­tion et le lac des Her­ est mines. Une pre­mière ty­ro­lienne, une deuxième, puis une troi­sième donnent les pre­mières sen­sa­tions de vi­tesse. Un pont de cordes et ar­rive dé­jà le der­nier mo­dule de ce prac­tice (*) : un « quick­ jump » ou saut dans le vide. En ar­ri­vant sur la pla­te­forme, la sen­sa­tion est étrange. Se je­ter dans le vide en étant re­te­nu sim­ple­ment par une longe est peu ras­su­rant. Mais la sen­sa­tion est forte.

Le par­cours dans son en­tier pren­dra trois heures

D’au­tant plus quand on sait qu’il ne s’agit que d’un pe­tit saut ré­ser­vé au prac­tice. D’autres, au loin, semblent beau­coup plus im­pres­sion­nants. Tout comme la grande ty­ro­lienne de­vant nous, qui s’aven­ture à tra­vers le cirque de la Biche.

C’est ici que les choses sé­rieuses com­mencent. Mais pour nous, l’aven­ture s’ar­rête ici. Un peu frus­trés, tel­le­ment la pro­messe de ce par­cours de trois heures qui nous tend les bras est grande. À dé­cou­vrir dans quelques jours à Su­per Besse. ■

(*) Ini­tia­tion avant de se lan­cer sur le grand par­cours de trois heures.

PHO­TO RÉ­MI DUGNE

PA­NO­RA­MA. Dans la neige, comme au gré des sai­sons. ici il y a quelques jours, où dans la cha­leur de l’été, le par­cours change de vi­sage

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.