Gra­tui­té des trans­ports pu­blics : pour ou contre ?

CLER­MONT-FER­RAND. Une étude va être lan­cée par la mé­tro­pole.

La Montagne (Riom) - - La Une - Phi­lippe Cros

Anne Hidalgo, maire de Pa­ris, a re­mis le dos­sier à la une de l’ac­tua­li­té, en an­non­çant que la mai­rie de Pa­ris ré­flé­chis­sait à rendre les trans­ports pu­blics gra­tuits et qu’une étude sur le su­jet al­lait être lan­cée.

L’autre ville en France qui lance une étude sur « les im­pacts so­cio­éco­no­miques, opé­ra­tion­nels, or­ga­ni­sa­tion­nels et fi­nan­ciers » de la gra­tui­té c’est Cler­mont­Fer­rand. La Mon­tagne prend les de­vants, en pe­sant le pour et le contre.

1

Dé­ve­lop­per la fré­quen­ta­tion. L’ef­fet im­mé­diat de la gra­tui­té est l’aug­men­ta­tion de la fré­quen­ta­tion. On l’a dé­jà vu, avec la dé­ci­sion de rendre l’abon­ne­ment à C.Vé­lo gra­tuit, avec une prise en charge du coût par la mé­tro­pole : la courbe des abon­ne­ments est mon­tée en flèche. À Cler­mont, le bus de nuit Ben est éga­le­ment gra­tuit. Les éco­liers de la mé­tro­pole peuvent al­ler à la pis­cine sans payer leur ti­cket de trans­port.

Les com­munes qui ont adop­té la gra­tui­té ont vu la fré­quen­ta­tion pro­gres­ser et ont dû aug­men­ter leur offre pour faire face. « Trop de monde, mais c’est gé­nial, com­mente Cy­ril Ci­neux, ad­joint PCF aux trans­ports à la mai­rie de Cler­mont. Il faut se don­ner les moyens d’y ré­pondre, ne pas le prendre comme un pro­blème. »

L’ob­jec­tif n’est pas de rem­plir pour rem­plir : il est de trans­fé­rer les au­to­mo­bi­listes vers le trans­port col­lec­tif. « Il y au­ra un im­pact si­gni­fi­ca­tif sur la cir­cu­la­tion et un ef­fet po­si­tif contre la pol­lu­tion », dé­fend Cy­ril Ci­neux.

La réa­li­té de ce trans­fert est mise en doute par Fran­çois Rage, pré­sident du syn­di­cat mixte des trans­ports de l’ag­glo clermontoise (SMTC) : « On risque de trans­fé­rer des usa­gers du vé­lo ou des gens qui mar­chaient vers le trans­port pu­blic. Le trans­fert des au­to­mo­bi­listes reste à dé­mon­trer. »

2

Une trans­for­ma­tion de la ville en pro­fon­deur. « Les ef­fets de la gra­tui­té ne se li­mitent pas aux trans­ports, c’est aus­si une trans­for­ma­tion de la ville. C’est un choix po­li­tique : soit on consi­dère que l’usa­ger est le seul bé­né­fi­ciaire du trans­port pu­blic, soit on consi­dère que le trans­port est un bé­né­fice pour l’en­semble de la po­pu­la­tion. » À Cler­mont­Fer­rand, Cy­ril Ci­neux vote sans hé­si­ta­tion pour la se­conde op­tion.

Être iso­lé sur cette po­si­tion ne le gêne pas « d’au­tant qu’on sent que les choses sont en train de bou­ger ». L’avo­cat de la gra­tui­té puise ses ar­gu­ments dans les villes fran­çaises qui l’ont adop­tée ou vont le faire, comme Dun­kerque, le 1er sep­tembre, après une phase de test les week­ends. « Ils ont re­créé de la mixi­té so­ciale en ren­dant le trans­port pu­blic gra­tuit. Et ce­la a sup­pri­mé les conflits et in­ci­vi­li­tés liés à la fraude et aux contrôles. »

3

Ce­la donne du pou­voir d’achat aux usa­gers. Est­ce que 15 mil­lions dé­pen­sés en moins dans le trans­port pu­blic, c’est au­tant d’eu­ros lâ­chés dans l’éco­no­mie lo­cale ? « Il y au­ra un dy­na­misme sup­plé­men­taire, no­tam­ment dans le com­merce de proxi­mi­té, as­sure Cy­ril Ci­neux. Avec la gra­tui­té, Cler­mont se­rait la ville de France la moins chère pour les étu­diants : c’est aus­si un élé­ment de dis­tinc­tion de notre ter­ri­toire. » Il fau­dra at­tendre l’étude pour mettre des chiffres sur cet es­poir. ■

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC MAR­QUET

TA­RI­FI­CA­TION. De­puis 2015, le syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion clermontoise a mis en place la ta­ri­fi­ca­tion so­li­daire, qui concerne 48 % des abon­nés aux trans­ports pu­blics.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.