La CGT Mi­che­lin craint des dé­lo­ca­li­sa­tions en sé­rie

La Montagne (Riom) - - Puy-de-dôme Actualité - Pa­trice Cam­po

Con­trai­re­ment à son ha­bi­tude, la CGT Mi­che­lin n’ap­pelle pas à ma­ni­fes­ter ce ma­tin de­vant Po­ly­dome, à Cler­mont-Fer­rand, où se tient l’as­sem­blée gé­né­rale des ac­tion­naires.

Le syn­di­cat ma­jo­ri­taire chez les agents de pro­duc­tion mais sous­re­pré­sen­té dans les autres ca­té­go­ries de per­son­nel peine à mo­bi­li­ser sur cette jour­née. Il re­porte son ap­pel à ma­ni­fes­ter sur la jour­née de contes­ta­tion com­mune pu­blic/pri­vé du 22 mai (ren­dez­vous à 10 heures, place du 1er­ Mai).

En at­ten­dant, les re­pré­sen­tants du syn­di­cat ont te­nu une conférence de presse, hier, pour évo­quer leurs pré­oc­cu­pa­tions, au centre des­quelles se trouve la baisse de l’em­ploi dans la ville­siège du groupe mon­dial.

Fonds pu­blics

« Ici, la di­rec­tion de Mi­che­lin ne parle que de La­doux et des Carmes, ja­mais plus de Ca­ta­roux, de la Com­baude ou des Gravanches. Nous crai­gnons fort que d’ici cinq ans, à la Com­baude, il n’y ait plus rien », avance Fran­çois Roca. Re­pré­sen­tant CGT au co­mi­té d’en­tre­prise, il dé­plore aus­si les ré­centes dé­lo­ca­li­sa­tions ou celles à ve­nir. « Le ser­vice paye (100 per­sonnes en­vi­ron) et le ser­vice achats lo­gis­tique (80 per­sonnes en­vi­ron) ont dé­jà été trans­fé­rés en Rou­ma­nie. Un ser­vice de lo­gis­tique du ter­tiaire si­tué à la Com­baude doit suivre d’ici 2020. Même sur des postes d’in­gé­nieurs en in­for­ma­tique, la dé­lo­ca­li­sa­tion s’or­ga­nise, vers l’Inde cette fois et, avec la ré­or­ga­ni­sa­tion en cours, nous pas­se­rons bien­tôt sous la barre des 10.000 em­ployés à Cler­mont ».

Les re­pré­sen­tants syn­di­caux pointent aus­si des aug­men­ta­tions de sa­laires moins éle­vées (­0,2 % en moyenne sur 2018) « alors que les di­vi­dendes ver­sés aux ac­tion­naires ont dou­blé en quelques an­nées et que l’AG des ac­tion­naires doit va­li­der une aug­men­ta­tion de 15 % de la ré­mu­né­ra­tion de M. Se­nard (le pré­sident, NDLR) ».

Autre grief du syn­di­cat : l’in­ves­tis­se­ment an­non­cé pour ré­no­ver le siège des Carmes (20 M€) « et les 70 M€ an­nuels de fonds pu­blics, CICE et autres uti­li­sés pour in­ves­tir puis dé­lo­ca­li­ser, comme ces ma­chines pré­vues à La Roche­sur­Yon et trans­fé­rées en Es­pagne et en Rou­ma­nie ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.