À RE­PRENDRE Des atouts de proxi­mi­té et tou­ris­tiques

Mi­chel Per­rot cherche un re­pre­neur pour la bou­che­rie d’Au­ba­zine

La Montagne (Tulle) - - Corrèze Actualité - Ch­ris­tine Moutte ch­ris­tine.moutte@cen­tre­france.com

Mi­chel Per­rot, bou­cher­char­cu­tier à Au­ba­zine, cherche un re­pre­neur pour pou­voir par­tir à la re­traite. Sa clien­tèle se ré­par­tit entre fi­dèles de ce com­merce de proxi­mi­té et tou­ristes.

Il y a dix ans quand Mi­chel Per­rot a pris la suite de l’an­cien bou­cher­char­cu­tier du bourg d’Au­ba­zine, il a to­ta­le­ment ré­amé­na­gé sa bou­tique. « Après avoir ven­du la su­pé­rette que j’ai te­nue plu­sieurs an­nées à Vay­rac dans le Lot, je re­ve­nais à mon pre­mier mé­tier : ar­ti­san­bou­cher, ra­conte cet homme ori­gi­naire de la Dor­dogne. À Au­ba­zine, j’ai ra­che­té l’im­meuble qui joux­tait l’an­cienne bou­che­rie pour créer une nou­velle sur­face de vente et un la­bo­ra­toire. » À un an de la re­traite, Mi­chel Per­rot sou­haite à son tour pas­sé le flam­beau avec sa bou­tique mo­derne et aux normes, « prête à l’em­ploi ». Mais son fonds de com­merce en vente de­puis plus de deux ans ne trouve pas de re­pre­neur. « Et pour­tant, il y a du po­ ten­tiel dans ce vil­lage très tou­ris­tique », ex­plique l’ar­ti­san dans sa bou­tique qui donne sur la place du vil­lage, face au mo­nas­tère, entre un bar, le salon de coif­fure et une su­pé­rette.

« J’ai une clien­tèle de fi­dèles et je bé­né­fi­cie aus­si du pas­sage en sai­son tou­ris­tique, no­tam­ment les pro­prié­taires de mai­sons se­con­daires qui sont nom­breuses à Au­ba­zine. Il y a trois mois dans l’an­née un peu plus com­pli­qués, de jan­vier à mars. Et c’est vrai qu’il faut avoir de la vo­lon­té et il faut tra­vailler du mar­di au di­manche ma­tin. »

Mi­chel Per­rot, qui em­ploie un cui­si­nier à mi­temps, pro­pose des plats cui­si­nés, fait sa char­cu­te­rie, pré­pare ses viandes… « Dans l’ave­nir, ce se­rait ju­di­cieux de dé­ve­lop­per le cô­té trai­teur, les gens sont de­man­deurs. Et je ver­rais bien un couple te­nir le com­merce. » Au fil de ses 40 an­nées de mé­tier, Micke Per­rot l’a vu évo­luer, entre concur­rence des grandes sur­faces, cri­tiques sur la viande et clients plus ano­nymes, mais il est con­vain­cu « qu’on peut tou­jours avoir une re­la­tion de confiance entre le bou­cher et le client. Et à Au­ba­zine, il y a une bonne am­biance entre les dif­fé­rents com­mer­çants du bourg. »

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

AU­BA­ZINE. Mi­chel Per­rot vend sa bou­che­rie au coeur du vil­lage tou­ris­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.