Al­tro va dé­fendre la Via At­lan­ti­ca à Bruxelles

La Montagne (Tulle) - - Limousin L'actu - Oli­vier Chap­pe­ron

Alors que le gou­ver­ne­ment a clai­re­ment in­di­qué qu’il al­lait pri­vi­lé­gier les in­ves­tis­se­ments sur les trains du quo­ti­dien, les membres d’Al­tro vont al­ler plai­der au­près de la Com­mis­sion eu­ro­péenne la Via At­lan­ti­ca lors d’une confé­rence or­ga­ni­sée le 16 oc­tobre à Bruxelles.

Ils sou­haitent ob­te­nir une étude de fai­sa­bi­li­té pour cette ligne al­lant de Tu­rin à Brest en pas­sant par Cler­mont­Fer­rand et Li­moges.

« Ce pro­jet a du sens pour l’Eu­rope et s’il existe tou­jours, c’est parce que celle­ci le sou­tient, as­sure Mi­chel Ca­niaux, dé­lé­gué gé­né­ral de l’as­so­cia­tion Al­tro et qui porte le pro­jet de­vant l’Eu­rope avec le pré­sident de l’as­so­cia­tion. Le col­loque que nous al­lons ani­mer doit per­mettre de voir com­ment un ré­seau eu­ro­péen des tran­sports peut­être en­ga­gé en 2023. Ce pro­jet per­met d’en­vi­sa­ger la re­dy­na­mi­sa­tion des ter­ri­toires de l’ouest. Notre ob­jec­tif est d’ob­te­nir, au sor­tir du col­loque, une étude que l’Eu­rope peut d’ailleurs fi­nan­ cer. L’Es­pagne et l’Ita­lie sont in­té­res­sés et se­ront re­pré­sen­tés à Bruxelles. Mais vu de la Com­mis­sion, la France est un frein. »

Les membres d’Al­tro ne sou­haitent sur­tout pas que soient op­po­sés les pro­jets.

Une course d’en­du­rance pour l’as­so­cia­tion et les col­lec­ti­vi­tés

« Mais pour ce­la il faut que les col­lec­ti­vi­tés fassent bloc et que celles qui ont bais­sé les bras à la suite des dif­fé­rents rap­ports (Spi­net­ta, Du­ron, Mo­bi­li­té, etc.) re­viennent. Li­moges sou­tient tou­jours le dos­sier mais Cler­montFer­rand a ces­sé de se battre. Pour­tant en sou­te­nant ce pro­jet glo­bal, on sou­tient éga­le­ment ceux dé­jà en cours. Se­lon nous, il s’agit d’une vraie course d’en­du­rance. Il faut res­ter mo­bi­li­sés ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.