Pour bais­ser le prix, bais­ser les charges

La ré­duc­tion an­non­cée du prix du per­mis in­quiète les pro­fes­sion­nels de l’édu­ca­tion rou­tière

La Montagne (Tulle) - - Corrèze Actualité - Dra­gan Pé­ro­vic dra­gan.per­[email protected]­tre­france.com

Pour Franck Ri­cor­del, pa­tron d’au­to-école et syn­di­ca­liste « bais­ser le prix du per­mis, c’est tout à fait pos­sible, à condi­tion que l’État ré­duise la TVA et les charges so­ciales. »

«Avec mon ex­pert­comp­table, on a pris le temps pour faire un cal­cul pré­cis. Sur une heure de conduite à 41 €, dé­duc­tions faites de toutes les charges et les frais di­vers et va­riés (*), il reste net à l’au­toé­cole 5,68 €. Donc, en sa­laire ho­raire, je gagne moins qu’une femme de mé­nage. » Le constat de Franck Ri­cor­del, 15 ans de mé­tiers, dé­lé­gué dé­par­te­men­tal de l’Union na­tio­nale des in­dé­pen­dants de la conduite (UNIC) est simple et ef­fi­cace.

Un serpent de mer

Au dé­but du mois de no­vembre, le pré­sident de la Ré­pu­blique avait an­non­cé une ré­duc­tion « dras­tique » du prix du per­mis de conduire, en pro­po­sant no­tam­ment « d’in­té­grer le code à la par­tie sco­laire ». Cette an­nonce a été très mal vé­cue par les pro­fes­sion­nels de l’édu­ca­tion rou­tière, qui craignent un pas de plus « dans l’ube­ri­sa­tion » de leur pro­fes­sion.

« Ça fait 15 ans, qu’on parle de l’en­sei­gne­ment du code à l’école, ex­plique Franck Ri­cor­del. Mais, l’Édu­ca­tion na­tio­nale ne veut pas de nous dans ses lo­caux et les en­sei­gnants consi­dè­ rent qu’ils ont dé­jà as­sez de choses à faire. Il faut sa­voir que l’en­sei­gne­ment du code de la route re­pré­sente en­vi­ron 30 % de notre chiffre d’af­faires. »

Pour le pa­tron d’au­to­école, bais­ser le prix du per­mis, c’est tout à fait pos­sible, à condi­tion que l’État ré­duise la TVA, et les charges so­ciales. « Quand un lun­di ma­tin, vous trou­vez dans votre boîte à lettres une fac­ture de 16.000 € de RSI (ré­gime so­cial des in­dé­pen­dants) sur un chiffre d’af­faires an­nuel de 80.000 €, ça fait très mal. C’est le prix d’une Clio neuve. Mon père ci­tait sou­vent un proverbe afri­cain : “Quand on a pres­sé le ci­tron, il reste des pé­pins, mais, des pé­pins on n’en a ja­mais sor­ti du jus”. »

Après avoir gé­ré une au­to­école sur Ob­jat, Franck Ri­cor­del s’ins­tal­le­ra en jan­vier sur le bas­sin de Tulle. « Je suis res­té 7 ans à Ob­jat où j’ai in­ves­ti 30.000 € dans la mise aux normes d’ac­ces­si­bi­li­té. Il faut sa­voir que dans ce do­maine une au­to­école a le même ni­veau de contraintes (le plus éle­vé) qu’un su­per­mar­ché. »

Le pa­tron d’au­to­école est très cri­tique par rap­port à une autre me­sure gou­ver­ne­men­tale : la li­mi­ta­tion de vi­tesse à 80 km/ heure. « C’est plus une me­sure fis­cale, que de sé­cu­ri­té rou­tière. À 80 km/heure, il n’y a plus de marge de to­lé­rance pour les au­to­écoles. Avec une li­mi­ta­tion à 90 km, lors­qu’un élève ap­puyait sur le cham­pi­gnon, sans s’en aper­ce­voir sur le mo­ment, on pou­vait le faire ra­len­tir avant d’être fla­shé par le ra­dar. Main­te­nant, c’est beau­coup plus dif­

Ré­forme du per­mis

L’an­née pro­chaine s’an­nonce im­por­tante pour les au­to­écoles. Une grande ré­forme du per­mis a été an­non­cée pour la fin 2019. La la­bel­li­sa­tion des au­toé­coles pré­vue au 1er no­vembre a, quant à elle, été re­por­tée au 1er tri­mestre 2019. « C’est une re­con­nais­sance pour les au­toé­coles », con­clut Franck Ri­cor­del. ■

(*) La TVA, I’Irp Au­to, le RSI, l’Urs­saf, les charges so­ciales, pa­tro­nales, sa­la­riales et re­traite, la mu­tuelle sa­la­riale, les im­pôts, les frais ban­caires, le prix du car­bu­rant, les as­su­rances di­verses, le sa­laire d’un em­ployé, les charges de fonc­tion­ne­ment, la fac­ture du té­lé­phone, l’amor­tis­se­ment du ma­té­riel, la lo­ca­tion du vé­hi­cule au­to­école, le loyer du lo­cal, les fac­tures d’EDF et d’eau, les frais de comp­ta­bi­li­té et ceux d’as­so­cia­tion de ges­tion agréés, l’en­tre­tien du vé­hi­cule, les four­ni­tures pé­da­go­giques et ad­mi­nis­tra­tives…

PHO­TO D’AR­CHIVES : PAS­CAL PERROUIN

PA­TRON D’AU­TO-ÉCOLE. Franc Ri­cor­del est in­quiet pour l’ave­nir de son mé­tier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.